Chronique

MUR
Brutalism

image
Les Acteurs de l'Ombre Productions

11 pistes - 48'26''
Sorti le 25-10-2019


image
Mercredi 8 janvier 2020

Mur
Mur
Clique pour voir la fiche du groupe
. Rarement un groupe aura aussi bien porté son nom. Car c’est véritablement ce que vous vous prenez dans les dents, à l’écoute de Brutalism, premier album studio de la formation française. Un premier album, certes, mais dont les musiciens ne datent pas d’hier. Mur
Mur
Clique pour voir la fiche du groupe
, c’est tout d’abord il y a dix ans la rencontre d’artistes provenant d’horizons différents (Comity
Comity


Clique pour voir la fiche du groupe
, Mass Hysteria
Mass Hysteria


Clique pour voir la fiche du groupe
, Today is the Day
Today is the Day


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Glorior Belli
Glorior Belli


Clique pour voir la fiche du groupe
) et réunis par la volonté de faire ensemble de la musique extrême, hors des chemins balisés du metal et du hardcore. D’où la fameuse préposition « post ». Un premier EP éponyme sort en 2014 et est plutôt bien reçu. Cinq ans plus tard, finalement, arrive cet opus. Un concentré hautement inflammable de black et de noise, reposant sur une base vindicative d’hardcore et sous perfusion continue de décharges électroniques. Vous avez le cadre ? On plonge dedans à présent.

Sound of a Dead Skin pose directement la couleur de l’album : étouffante, étouffée, saturée. Mais tout en demeurant planant et même, de temps à autre, contemplatif. Sans compter l’aspect électro en lame de fond, qui ajoute une couche stérile et froide aux compositions. On s’y plaît à y déceler des similitudes avec Raketkanon
Raketkanon


Clique pour voir la fiche du groupe
, y compris par son côté chaotique. Nenuphar réquisitionne le temps, l’étire, le malaxe et le rend malléable. L’ambiance est lourde, les guitares sont pesantes et la batterie frappe au ralenti, accompagnée par le chant rauque, hurlé et désespéré de Jay Moulin. Ça joue sur les atmosphères, on pourrait se croire sur Die Kinder tanzen um das Feuer desjenigen der das Licht bringt (à vos souhaits) au beau milieu d’un paysage désolé et sous-terrain, après un éboulement et où il ne resterait plus qu’un décor calciné et jonché de fils électriques mis à nu. Une bulle hermétique avant de repartir de plus belle avec Third, certainement la piste la plus intéressante de l’album (et la plus longue, au passage, dépassant les six minutes). Une boule de nerfs confinée à son maximum, dont l’énergie se dégagerait d’un coup sans prévenir. Les racines hardcore sont saillantes et se polissent petit à petit en un metal extrême, brut de décoffrage. Ce n’est pas compliqué, chaque morceau possède son caractère, vous transporte dans une atmosphère spécifique, mais tout en restant dans un paysage atomisé : le goût baroque de My Ionic Self, le rouleau compresseur de Livity, la hargne de You Make I Real et pour finir, l’aérien BWV721, laissant planté·e là l’auditeur et l’auditrice, dans un no man’s land à jamais perdu.

Brutalism, ce sont onze compositions dont on sent qu’elles sont été construites et reconstruites, maltraitées et parfois accouchées dans la douleur. Les différents univers musicaux des artistes sont palpables, les influences sont diverses, mais se dirigent toutes vers une même direction : en ressortir quelque chose de sombre, de collant, de personnel. L’expulsion au forceps d’un goudron stagné trop longtemps dans une partie recluse de l’inconscient. Quand les Acteurs de l’Ombre , leur label, s'extirpe de sa zone de confort, ça ne rate généralement pas (on pense à Deluge
Deluge


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes


Clique pour voir la fiche du groupe
). Mur
Mur
Clique pour voir la fiche du groupe
est à suivre de près.



Tags : post black metal post hardcore electro noise
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Sekhorium
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près ...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouve...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musica...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE