Chronique

BORGNE
Y

image
Les Acteurs de l'Ombre

7 - 1'05'39''
Sorti le 06-03-2020


image
Dimanche 5 avril 2020

Le visuel n’est pas toujours un gage de qualité. Il n’empêche que l'artwork de ce nouvel album de Borgne
Borgne


Clique pour voir la fiche du groupe
- sobrement appelé Y - est pourtant de bon augure : esthétiquement glauque et macabre, en noir et rouge hémoglobine, dépeignant ce corps féminin suspendu tel un supplice. Le ton est donné, l’ambiance risque d’être lourde. As Far As My Eyes Can See confirme ce qui était pressenti : après une courte introduction lugubre, le black metal des Suisses s’installe progressivement. Lent, grave, exécuté avec une précision chirurgicale. Puis très vite apparaît la couche mécanique et électronique du band. La batterie dégaine comme une usine lancée à pleins gaz, comme une machine à tuer totalement dénuée d’âme. Des bruitages viennent subtilement renforcer l’ambiance glaciale des titres, quand ce ne sont pas des nappes au synthé qui insufflent des passages atmosphériques aseptisés, mais néanmoins planants. De la prise de hauteur dans un espace artificiel. Et puis la voix de Bornyhake, graveleuse, posée et morbide, qui ravira les amateurs et amatrices de lyrics avec une attention particulière à l’articulation, rendant les paroles intelligibles. Ce qui est loin d’être une règle générale dans le style, admettons-le. Alors quand certains passages sont exprimés en français, il est d’autant plus dur de cacher son plaisir.

Avec sa guitare sèche, Derriere les Yeux de la Création offre une petite respiration, brisant par la même occasion une certaine linéarité sonore. Les compos sont certes travaillés, certains apports sont intéressants comme la voix féminine de Ruby Bouzioti ou encore l’Intervention sur deux morceaux de CSR, guitariste/vocaliste également helvétique de Schammash, mais il faut reconnaître une ressemblance entre les titres. Il en ressort néanmoins une recherche d’ambiance assez poussée, riche et complexe, réelle marque de fabrique de leur label, les Acteurs de l’Ombre (qui semble poursuivre son exploration du black metal industriel, après le premier effort de Void en 2018).

En queue d’album, l’instrumental Paraclesium aurait pu clore cet opus. Mais il n’en est rien. Vous pensiez avoir fait le tour du propriétaire?? Borgne vous a gardé une ultime composition, en français et en anglais, telle une dernière balle dans le fusil afin de mettre tout le monde d’accord qu’en matière d’atmosphère crade, glauque et collante, ils maîtrisent leur sujet. Malgré la longueur devenue inhabituelle de l’album — un peu plus d’une heure —, je ne peux que vous conseiller de pousser l’écoute jusqu’à la fin : la voix en clôture de CSR est tout simplement sublime. À bon entendeur.




Tags : black metal indus
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Sekhorium
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près ...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouve...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musica...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE