Interview

ENDAST

Dimanche 20 avril 2014



Salut les mecs ! James, est-ce que tu pourrais te présenter toi et le groupe stp ?

James : Yeah, je m'appelle Big James, chanteur de Endast
Endast


Clique pour voir la fiche du groupe
. On est un groupe de metal basé à Montréal. Nos guitaristes s'appellent Chris et Pepe, notre bassiste Ryan et notre nouveau batteur Steve.


Cette année 2014 est une année très importante et productive pour le groupe : un quatrième album fin avril, un nouveau batteur et sûrement de nouvelles tournées… Quels sont vos autres projets et vos attentes pour cette nouvelle année ?

J : Effectivement, cette nouvelle année 2014 est une grosse année pour nous. Maintenant que nous avons trouvé un super nouveau batteur, on va pouvoir repartir en tournée de manière intensive pour promouvoir notre nouveau disque Thrive qui sort le 25 avril lors de notre release-party aux Foufounes Electriques. On espère jouer dans des salles où on n'a jamais été et découvrir de nouveaux fans.

De plus, c’est le dixième anniversaire du groupe cette année il me semble, non ? Quelque chose de spécial prévu à cet effet ?

J : Il y a quelques discussions pour faire un show spécial pour nos 10 ans... mais personnellement, je préférerais plutôt faire une tournée canadienne pour fêter nos 10 ans !

C : Déjà 10 ans... J'y pensais l'autre jour, je n'arrive toujours pas à croiser que cela fait aussi longtemps que l'on joue. On a vécu tant de choses tous ensemble durant tout ce temps. Donc le seul moyen de fêter ça dignement serait de faire quelque chose de vraiment gros ! J'avais envie de faire un gros concert ici à Montréal en invitant d'anciens membres à venir jouer sur quelques chansons. Je pense que ça serait vraiment bien d'impliquer les anciens membres du groupe, qui font aussi partie de cette histoire. Peut-être que Paul Zinay de Blackguard pourrait venir chanter avec nous ou Simon McKay qui viendrait jouer de la batterie sur une chanson. Ce serait pas mal ! Et peut-être, comme le dit James, faire une tournée anniversaire !


Revenons-en d’abord à votre nouvel album, Thrive. Pourquoi ce nom tout bêtement ? Est-ce qu’il y a un thème général pour toutes les chansons ou chacune aborde un thème différent ?

J : Chaque chanson a son propre thème mais le titre, Thrive, vient de l'idée que l'on a grandi en tant que groupe. Comme musicien, comme personne, comme famille.



J’ai eu la chance d’écouter ce nouveau disque avant sa sortie et on sent les influences que vous citez dans votre biographie, principalement trash, alliant old-school et moderne. Quels sont les groupes qui vous influencent vraiment ? Ou du moins, qui vous inspirent ?

J : On a tous des influences musicales différentes dans le groupe et chacun apporte ainsi sa petite touche quand on compose. Personnellement, j'ai grandi en écoutant la scène trash-metal de San Fransico avec Testament
Testament


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Death Angel
Death Angel


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ensuite, je me suis plus penché sur des formations telles que Machine Head
Machine Head


Clique pour voir la fiche du groupe
, Pantera
Pantera


Clique pour voir la fiche du groupe
et Sepultura
Sepultura


Clique pour voir la fiche du groupe
. Mais je dirais que les influences globales du groupes vont de Mötley Crue
Mötley Crue


Clique pour voir la fiche du groupe
à Soilwork
Soilwork


Clique pour voir la fiche du groupe
et In Flames
In Flames


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ce qui est quand même une large palette.


Il y a deux morceaux un peu étranges sur cet opus : Letting Go qui est 100% instrumentale mais punchy et The Torus qui est une sorte de balade instrumentale en acoustique. James, tu peux m’expliquer le choix de ces morceaux stp ?

J : Chaque disque que nous avons fait a toujours contenu une chanson acoustique parce que notre guitariste Chris adore écrire des chansons acoustiques, tout simplement. Ca donne une pause dans l'album et on a voulu garder cette physionomie pour tous nos CD, celui-ci y compris. The Torus est une chanson que nous avons commencé à écrire mais qui n'est jamais devenu une chanson complète. Du coup, on est resté sur cette idée de chanson instrumentale et on l'a enregistrée ainsi. J'adore comment elle sonne ! Et puis, en tout que chanteur, ça me faisait du travail en moins...

Autre morceau spécial pour une raison différente : Ocean Of Regrets qui est une des seules contenant un peu de voix claire. Pourquoi en mettre si peu par rapport au reste ? Ou pourquoi avoir décidé d’en mettre un peu alors qu’il n’y en a quasi pas sur le reste de l’album ?

J : Sur cette chanson, il y a un featuring avec Bjorn Strid de Soilwork
Soilwork


Clique pour voir la fiche du groupe
. Il a produit ce disque et c'est un chanteur incroyable ! Cela fait longtemps que je suis fan de son travail et quand je lui ai proposé de venir poser sa voix sur un de nos morceaux, il a accepté et on était tous très excité de bosser là-dessus. Il sait faire des choses avec sa voix que je n'arrive tout simplement pas à faire et c'est pour ça que je le voulais lui sur le disque car il a un timbre de voix bien à lui. C'est pour ça que c'est la seule chanson avec une voix claire. Je voulais que ce soit quelque chose d'unique sur notre CD !


Mention spéciale à la chanson This Is Ours que j’adore ! Très mélodique grâce aux solos de guitare notamment. Est-ce qu’il y a une chanson que vous préférez parmi les 11 de ce disque ?

J : Je suis content que tu mentionnes celle-là... c'est aussi ma préférée ! Notre co-producteur, Jon Howard, est également en vocal-guest sur ce titre. C'est le chanteur de Threat Signal
Threat Signal


Clique pour voir la fiche du groupe
et on a fait beaucoup de tournées ensemble. C'est une chanson idéale pour faire la fête en concert, c'était donc la personne idéale pour chanter dessus vu tout le bon temps que l'on a passé avec lui !


Malgré la longévité du groupe et votre succès au Canada, vous êtes toujours un groupe indépendant, sans label. Pourquoi ?

J : Durant toutes ces années, on a eu plusieurs offres de label mais qui n'étaient jamais intéressantes pour nous. Et aucun des labels avec lesquels on voulait travailler ne voulaient travailler avec nous. C'est pourquoi nous faisons tout nous-mêmes, de manière indépendante. Et on est fier de ce que nous avons ainsi accompli ! On a un certain succès au Canada et maintenant, on espère pouvoir partager notre travail au-delà de nos frontières et montrer à nos amis en Europe comment on fait de la musique chez Endast
Endast


Clique pour voir la fiche du groupe
!



Ancien line-up.

En parlant d'Européen, je me tourne vers Steve... Je ne t’ai pas connu dans des groupes typés metal, c’est un peu nouveau pour toi, non ? Maintenant que tu as traversé l’océan, tu as décidé d’avoir un groupe plus bourrin ahah ? Comment s’est passé ton arrivée chez Endast ?

Steve : En effet, j'ai plutôt évolué dans des groupes rock, voire rock 'n' roll! C'est assez nouveau, dans le style, c'est vrai, mais c'était surtout une affaire de "feeling"! J'ai été recommandé par Patrick Bennett (guitariste du groupe punk-rock Trigger Effect
Trigger Effect


Clique pour voir la fiche du groupe
à Montréal) et du coup, j'ai vite été "droppé" dans l'antre d'Endast
Endast


Clique pour voir la fiche du groupe
. J'ai rencontré les gars du groupe, puis on a jammé, travaillé, et le courant est très vite passé entre nous. L'ambiance est géniale, c'est plus une famille qu'un groupe (d'ailleurs James et Chris sont frangins!). Et j'ai aimé leur attitude, leur sympathie et leur accueil. Bien sûr, leur niveau technique a joué dans la balance! J'ai eu la chance d'assister à leur dernière répétition avant concert, en décembre, et je suis resté sur le cul! J'ai pas mal discuté avec Simon (drummer pour The Agonist
The Agonist


Clique pour voir la fiche du groupe
et ex-Endast
Endast


Clique pour voir la fiche du groupe
) qui était là durant la jam et il m'a conté un peu le parcours du groupe, leur mentalité, leur façon de travailler, leurs influences... etc. Ca m'a conforté dans l'idée que les gars étaient de vrais musiciens et qu'une bonne ambiance régnait dans le groupe.

Maintenant que tu vis à Montréal depuis quelques mois, pourrais-tu me dire comment est la scène musicale là-bas par rapport à Bruxelles ?

S : Disons que tout est plus évolué, côté rock 'n' roll... Il n'y a pas photo. Les groupes en veulent, ça se sent! Ce n'est pas un mythe, le niveau est vraiment très élevé ici. Il n'est pas rare de se prendre une grosse claque par un groupe local inconnu au bataillon... J'ai également été étonné de voir que la scène metal et rock est ici aussi une grande famille, un peu comme en Belgique, malgré la grandeur du pays, mais avec un niveau supérieur! Il y a beaucoup d'endroits d'enfer où se produire, les bars et salles rock 'n' roll ne manquent pas et on sent vraiment que ça bouge. C'est un tout autre univers, très anglophone d'ailleurs, en général, et il faut trouver ses marques!

Et toi, James, est-ce que tu connais un peu la Belgique ou pas du tout ? Ou as-tu déjà voyagé quelque part en Europe ?

J : Je n'ai malheureusement jamais été en Belgique mais j'ai hâte d'y aller un jour avec notre nouveau frangin Steve, tout détruire sur scène et goûter des VRAIES BIERES !!

A ce niveau-là, tu ne seras pas déçu ! Au fait, James, comment t’es venue l’idée de créer tes propres micros ? Tu ne trouvais pas ce que tu voulais dans les nombreuses gammes en magasin ? C’est une entreprise qui se porte bien ? Je suppose que tu utilises ton micro personnel autant en live qu’en studio ?

J : Pendant des années, j'ai utilisé les produits Shure et j'adore leurs micros. J'ai utilisé le même Shure 55SH pendant des années mais il est mort pendant une tournée. Du coup, je voulais changer, avoir quelque chose d'un peu plus custom, plus personnel. Au départ, je comptais simplement en racheter un et puis le customiser un peu mais finalement, je me suis dit que ce serait encore mieux d'en créer un moi-même et qui serait vraiment unique. J'en ai donc d'abord créé un qui sonnait vraiment donc j'en ai refait pour vendre à quelques autres chanteurs. Ca commence à devenir un peu connu et je suis très excité de voir comment ça va avancer ! Je pense qu'aucun chanteur n'a déjà créé sa propre marque de micros.



Vous aviez sorti en 2011 un DVD en souvenir de la tournée pour promouvoir votre précédent album. Est-ce que vous avez en tête de refaire un DVD ?

J : J'adorerais refaire un DVD avec Steve dessus et partager sa découverte du Canada avec nous ! On verra bien dans le futur...

C : Notre DVD "Where I Belong" fut un travail énorme mais le résultat vaut vraiment le coup. Si on fait un second DVD, je pense qu'on le fera différemment pour que les gens soient quand même intéressés de l'acheter. Maintenant qu'on a un nouveau batteur, ce serait sympa de le montrer à la caméra ! C'est super batteur et il me fait rire tout le temps donc j'aimerais bien partager son humour avec les fans !

Au fait, j’ai vu sur votre page Facebook qui vous avez fait 1100 concerts depuis le début du groupe… True story ?! C’est énorme ! Une moyenne de 110 concerts par an, un tous les 3 jours presque…

J : Effectivement, on est un groupe qui a déjà énormément tourné. Tu sais, je pense que ce nombre est plus proche des 1200 maintenant. Il y a eu des années où on était en tournée 200 jours ! La musique est notre vie.

C'est dingue ! Je vous souhaite en tout cas une longue longévité encore pour les prochaines années ! Et d’ici à ce qu’on vous voit en Belgique, un dernier petit mot du Grand Nord pour nos lecteurs ?

S : Gardez un œil et surtout une oreille ouverte sur Endast
Endast


Clique pour voir la fiche du groupe
! On essaiera de venir au plus vite en Europe pour tourner... Stay tuned! Et merci à toi pour le support!
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
48

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE