Interview

THISQUIETARMY

Dimanche 11 mai 2014




Peux-tu brièvement nous présenter Thisquietarmy et depuis combien de temps tu es dans le milieu de la musique?

Salut Marc! Alors Thisquietarmy est mon projet solo à base de guitare/drone. J'avais commencé ce projet en 2005, en parallèle avec mon ancien et premier groupe shoegaze/post-rock Destroyalldreamers que j'ai fondé en 2003, afin d'expérimenter avec des sonorités plus poussées et des structures moins conventionnelles.

Avec Destroyalldreamers, on était quatre, donc il y avait plusieurs contraintes et des compromis à faire - nous avons quand même sorti 2 albums sur Where Are My Records en 2004 et 2007. Nos derniers concerts datent de 2007 dans le cadre du nouvel album, par après il y a eu quelques problèmes et des changements de priorités pour quelques membres du groupe, donc on a fini par ne pas aller plus loin que ça...

C'est à ce moment là que je me suis concentré sur Thisquietarmy, avec 2 albums "Unconquered" & "Blackhaunter" sorti sur les défunts labels polonais et américain Foreshadow & Elevation Recordings en 2008. Par la suite, des albums et des collaborations sur Basses Fréquences, three:four Records, Aurora Borealis, Consouling Sounds , Denovali pour ne nommer quelques labels avec qui j'ai travaillé.

Tu es actuellement en tournée en Europe, comment ça se passe?

Ça se passe très bien jusqu'à présent - il faut dire que j'en suis déjà à ma 7e tournée Européenne en 5 ans. Il y a eu de très bonnes dates et des bonnes surprises. C'est également une tournée que j'ai booké moi-même à 100% et je voyage seul cette fois, pour la plupart des dates.





J'ai joué mes 20 premières dates en 21 jours et j'ai conduit seul en bagnole (sauf pour qq dates avec André Foisy et Nadja) en Allemagne, Suisse, France, Belgique, Hollande, Republique Tchèque et Autriche - en passant par les festivals Dudefest à Karlsruhe, Dunk!Festival à Zottegem et We Are A Young Team Festival à Metz.

Je remarque que tu fais plusieurs dates dans notre pays, notamment à Gand, au Dunk! Festival mais également à Liège puis à Bruxelles, pourquoi temps de place dans ta tournée dans notre plat pays ?

C'est une question de logistique pour cette tournée par rapport à mes premières dates - de plus, mes bons amis chez Consouling Sounds à Gand m'aident beaucoup pour que je puisse rassembler mes trucs pour le début de la tournée.





Ils m'ont également aidé à presser mon vinyl de tournée "Rebirths" donc c'est normal que je me suis rendu directement en Belgique pour le début de la tournée. Et vu que ça me sert de QG en quelque sorte, je vais entreposer quelques trucs là après la tournée avant de retourner à Montréal. Et la bière est bonne!

Tu as sorti dernièrement un Split avec Syndrome, peux-tu nous parler de cette collaboration et de tes affinités avec cet artiste ?

J'ai rencontré Mathieu et l'équipe de Consouling en 2011 lors de passage à Gand avec Aidan Baker. C'est Syndrome qui ouvrait pour nous et il en était à son premier EP qu'il m'avait donné lors du concert - il m'a dit que si jamais je voulais collaborer avec lui, que je lui fasse signe.





2 ans plus tard, j'ai enregistré des pistes que je lui ai envoyé et il les a complété au cours de l'été 2013. C'est l'album intitulé "The Lonely Mountain" qui devait sortir à l'automne 2013. Du à un retard, nous avons pu ajouté une collaboration live que nous avons fait ensemble au Magasin 4 à Bruxelles en Novembre 2013.

Nous avons également joué ensemble au Musée d'Art Moderne d'Anvers (MUHKA) et nous avons enregistré 2 autres morceaux que Consouling Sounds a sorti sur un vinyl 10" pour le Record Store Day en Avril 2014, intitulé "MUHKA".

Je sais que tu es assez photographe, je voulais savoir si c'était toi qui avait réalisé la pochette de ton dernier album Hex Mountains ?

Effectivement, c'est moi qui a réalisé le artwork de Hex Mountains - je voulais donner un thème assez épique à l'album du à la présence du batteur Scotty Rooney du groupe Alaskan sur l'album - mais en ajoutant également un côté occulte pour les collaborations ambiantes et sorcières avec les chanteuses de Monarch.





Je prends toujours des photos avec mon iphone4 en tournée (que je poste sur instagram.com/thisquietarmy en passant) - je suis tombé sur des photos des Alpes en Autriche lorsque j'étais en tournée avec Caspian à l'automne 2012.

Quelles sont tes influences sur cette dernière sortie?

Après plusieurs albums solo, je trouvais qu'il était de plus en plus difficile de faire du nouveau et je ne voulais pas me répéter. Peut-être que c'était une solution facile de collaborer avec d'autres musiciens mais en même temps, ces collaborations ne se sont pas effectuées dans le contexte d'un nouvel album de Thisquietarmy.

De plus, je croise beaucoup de groupes en tournée: j'ai tournée avec et j'ai ouvert pour Caspian & Year of No Light, je jouais dans les mêmes festivals que Deafheaven, Amenra, Locrian, Om, Russian Circles, etc. - ce qui était cool pour quelqu'un qui joue de la guitare seul sur scène.





Une des ambitions de Thisquietarmy a toujours été de me définir comme étant un one-man-band et que j'étais capable de "rivaliser" au calibre des groupes à 5-6 membres, sans toutes les complications qui viennent avec un groupe.

En même temps, je crois que ça me manque de faire parti d'un groupe et avec l'influence de partager la scène avec des groupes aussi épiques et puissants, je voulais pousser le son TQA au-delà des limites auxquelles je m'étais imposé initialement, sans toutefois métamorphoser TQA comme un groupe officiel.

Tu voyages énormément de part tes tournées, aurais-tu une annecdote ou une aventure qui s'est passée dernièrement à nous faire part?

Je suis présentement dans le bus en chemin pour Tallinn en Estonie, j'ai joué ma 23e date hier à Riga après avoir pris le train de nuit de St. Petersbourg en Russie. Je crois que c'est ma tournée la plus aventureuse à ce jour en partie parce que je voyage complètement seul cette fois et à cause des dates en Russie et que je fais le reste des pays Baltiques, Scandinave et Angleterre en avion, bus, train, bateau, etc.





En fait, je devais prendre le train de nuit immédiatement après mon concert à Moscou, c'était un train avec 4 couchettes par cabine - le train était bondé de monde, il n'y avait pas beaucoup de place, il faisait chaud. Mes baggages étaient bien installés et j'étais prêt à aller au lit.

À ce moment là, il y a un gars qui arrive avec un gros sac rempli de bouteilles de vodka. Évidemment, il ne parlait pas anglais mais il m'a fait comprendre qu'il voulait échanger de couchette avec moi (sa cabine était à l'autre bout du wagon) pour qu'il puisse boire et faire la fête avec son pote qui était dans ma cabine.

Il m'a même offert quelques centaines de roubles pour essayer de me convaincre. Après 15 minutes, j'ai compris que si je ne me déplaçais pas, que j'allais passer une mauvaise nuit - donc je leur ai dit de se démerder pour aller placer mes bagages dans ma nouvelle cabine.

Après quelques engueulades entre eux et mes futurs colocs de cabine, ça s'est finalement arrangé et j'ai enfin pu aller au lit (mais pas vraiment - j'ai dormi toute la journée en arrivant à St. Petersbourg).





Aurais tu des nouveaux projets ou collaborations en vue ? Un disque, un concert spécifique ?

Il y a la collaboration avec Noveller qui devrait sortir bientôt sur Shelter Press... Nous avons enregistré ensemble à Brooklyn à l'hiver 2013.

Sinon je suis déjà booké pour le Incubate à Tilburg pour un concert en solo mais également le nouveau projet avec Aidan Baker intitulé "Hypnodrone Ensemble" accompagné de 3 batteurs basés à Berlin. Nous l'avons performé au NK à Berlin, pour la première fois il y a un peu plus d'une semaine et nous sommes content du résultat - très différents de nos autres projets, très krautrock à la Hawkwind avec des textures noises - les 3 batteurs nous ont poussé à jouer rapidement en gardant le temps pendant plusieurs dizaines de minutes à la fois.

Aidan travaille présentemment sur le mixage des enregistrements et il devrait y avoir une vidéo également. On espère que ça puisse sortir à temps pour Incubate.

Tu sais que notre boss s'appelle Erik aussi, aurais-tu un message à lui faire passer?

Que son nom est plus scandinave que le mien?
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
15
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE