Reportage

Suasion 2.0 : installation et démarrage du logiciel

Arlon (L'Entrepôt), le 11-10-2019

Mercredi 16 octobre 2019

Après deux jours de résidence à l’Entrepôt à Arlon, les voilà pour leur retour sur scène. Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
, c’est les quatre jeunes belges qui ont fait beaucoup de bruit avec leur djent-metalcore de 2014 à 2017. Durant quelques mois, ils ont teasé Stardust, l’album qu’ils appellent le « Suasion 2.0 ».



©James K. Barbosa

Afin de célébrer cette sortie et lancement sur les rails du live, ils ont invité deux groupes pour faire plaisir et se faire plaisir. On a le jeune duo rock anversois Boskat
Boskat
Clique pour voir la fiche du groupe
, bien connu en Flandre, mais qui joue pour la première fois en Wallonie. Mais ce n’est pas tout, pour ne pas oublier les racines djent, on reçoit l’artillerie lourde avec Atmospheres
Atmospheres


Clique pour voir la fiche du groupe
. Bien qu’à l’ouverture des portes, la salle reste vide ou bien au bar/merchandising, on va avoir une belle claque dès le début. ??Il est 20H30 lorsque nous ne sommes que 30 dans l’Entrepôt, Boskat
Boskat
Clique pour voir la fiche du groupe
est prêt à se pavaner dans une démonstration de force. Les influences de Royal Blood
Royal Blood


Clique pour voir la fiche du groupe
ne font pas l’ombre d’un doute, les origines punks non plus, pourtant on ne tombe dans le cliché du groupe d’ado. Les deux gars s’éclatent sur scène, et déroulent l’étendue de leur aisance et maîtrise instrumentale. En toute simplicité ce guitare/voix – batterie fait mouche avec ses compos rock-punk, voire metal ou djent selon leur envie. Mais même si on voulait les critiquer on n’aurait pas d'arguments valables. Vincent et Fabian ont appris le maximum de mots possible en français pour être crédibles. Blague sur blagues, sans se prendre au sérieux, voilà un groupe qui fait plaisir à voir. Boskat
Boskat
Clique pour voir la fiche du groupe
devrait revenir assez rapidement du côté francophone, mais en attendant allez écouter leurs morceaux.


Après ces 40min fort sympathiques, on passe à du plus consistent, derniers checks et installation des lights pour Atmospheres
Atmospheres


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ils ne sont pas nouveaux dans le milieu, et un grand nombre de gens sont arrivés entre-temps. On part pour un set de djent atmosphérique avec quelques voix claires. Ça strobe de partout d’un halo bleu ou rouge. Sans surprises, mais bien construit le quatuor délivre un son massif et affûté. Avec déjà trois albums à leur actif, dont Research le dernier en date, il y a de quoi varier le set. Belle performance, même si un rien trop progressive quand on pense aux setlist possibles.


La salle est désormais bien remplie, des tubes lumineux en mousse sont distribués pour l’intro de Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
. La scène, chargée, mais masquée par des draps noirs, se dévoile. Des poteaux blancs lumineux, draps blancs, sides avec le S résumant le groupe. Ils n’ont pas fait les choses à moitié et ça fait plaisir à voir. Même si le complet n’est pas là, c’est une grosse affluence d’amis, famille, jeunes, moins jeunes, fans de la première heure, habitués de la salle, connaissance du groupe, qui est là. Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
présente Stardust en entier, suivant l’ordre de la tracklist. Production carrée, son bien travaillé, la machine est impressionnante et bien huilée. C’est donc le « tube » Colorless qui arrive en premier lieu après l’intro, bien repris par le public. Steven prend son rôle de chanteur/frontman bien au sérieux et chauffe la salle qui bouge sur chaque morceau.

Cependant, bien que l’album soit très bon à l’écoute, en live on sent quelques difficultés. Il demande beaucoup de samples et d’effets, notamment du backing vocal, ce qui ne facilite pas l’exécution. Peu importe l’endroit dans la salle, le son de la voix est trop bas, voire pas assez audible, ou noyé dans les back qui viennent d’une bande-son. Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
enchaîne les titres, exécute parfaitement notamment Paralysed ou Elevated qui rendent magnifiquement bien en live. Seul bémol toujours : la voix n’est pas assez puissante et les chansons perdent de leur charme. Sur scène, tout est calculé dans les mouvements, le show est très plaisant visuellement. La tracklist de Stardust en live, un rien redondant en revanche. Après trois-quarts d’heure, voilà qu’on a presque fait le tour de Stardust, petite sortie de scène avant d’entamer Golden Âge. Ce ne sera heureusement pas tout pour ce soir, les quatre gars n’ont pas oublié ce qui les avait propulsées il y a quelques années. On va avoir droit à Mirabillia, qui déclenche un pogo dans la seconde où ce titre de la période djent ressurgit pour les fans de la première heure.

Malgré le fait qu’une partie du public sort pensant que la soirée est terminée, Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
revient pour « jouer une toute dernière fois » Undepraved. Grand sourire aux lèvres, ils auront pris du plaisir ce soir, le show aura été très propre, mais on peut avoir quelques doutes sur l’efficacité en live à l’écoute des avis assez partagés. Le nouveau Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
a sorti un album qui peut lui ouvrir des portes européennes, mais la partie live aura moins convaincue sous cette forme. Saluons le mérite et les moyens qu’un groupe belge francophone se donne pour s’imposer sur la scène internationale et surtout l’envie d’aller au bout de ses rêves !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE