Reportage

Brakfest VI - Trapped Under Ice revient en force

Lokeren (Sport & Jeugdcomplex), le 21-10-2017

Mercredi 8 novembre 2017

Qui dit octobre, dit Brakfest. Comme chaque année, peu importe les groupes à l’affiche, on se réjouit de retourner à Lokeren pour voir ce que l’organisation du Brakfest nous a concoctés. La déception n’est pas un mot dans leur vocabulaire. Cependant cette année, il faut quand même noter que le Brakfest prend des risques : cette fois-ci, on ne retrouve pas de gros groupes à l’ancienne en tête d’affiche. L’édition 2017 du festival nous réserve un line up tout aussi juteux, mais avec des noms plus jeunes, à savoir que Trapped Under Ice, Born From Pain et Headshot représentent sont les formations les plus anciennes. Un revirement plutôt inattendu pour un festival qui peut obtenir les plus grosses têtes d’affiche. La curiosité et l’excitation étaient au rendez-vous et on vous raconte tout sur cette soirée.

Toutes les photos ont été prises par Cardinalsmedia et Cruxsader live.



Ce n’est pas un bel accueil que la ville de Lokeren nous réserve avec des embouteillages juste en rentrant dans la ville, ce qui nous empêche de voir la moitié du set de Mindwar. Représentant le hardcore new blood made in Belgium, Mindwar ouvre le Brakfest pour la troisième fois d’affilée. On arrive pour les derniers morceaux du groupe et c’est sans l’ombre d’un doute qu’on découvre qu’une petite foule de courageux, autant amis que supporters de la scène locale, apprécie pleinement ce tout premier groupe de la soirée. Leur hardcore efficace, influencé par No Warning, Backtrack et bien d’autres, est une fois de plus une bonne entrée en matière.


Mindwar

C’est alors au tour de Slope de monter sur scène. Initialement pas prévu à l’affiche, l’annonce de leur présence sur le festival avait enchanté bon nombre de participants. Alors qu’ils enchainent les morceaux de leur fraichement sorti Losin’ Grip et de leur EP Helix, force est de constater que le public reste assez calme. Cela n’empêchera pas au groupe de Duisburg de se donner à fond et de balancer des morceaux plus groovys les uns que les autres. On ne peut faire aucun reproche sur la prestation en elle-même, mais il est probablement trop tôt pour que la magie opère.


Slope

L’ambiance change pratiquement du tout au tout pour Guilt Trip, très attendu après leur passage remarqué à l’Ieperfest, avec un mosh pit qui s’agrandit sévèrement dès la première note. Leur EP sorti l’année passée, Unrelenting force, a mis Guilt Trip sous les feux de la rampe et c’est grâce à celui-ci que la fête est au rendez-vous pour la première fois ce soir. Pendant vingt petites minutes, les jeunes Anglais nous assomment avec leur hardcore violent, tinté de thrash et de crossover. Leur set est court car ils ont encore peu de chansons, mais tout nous démontre que nous avons affaire à un groupe au large potentiel.


Guilt Trip

On commence à être plus que chauds quand Headshot, deuxième et dernier groupe belge de la soirée, débarque pour nous présenter son nouvel album, Self Destruct. Une ambiance vite refroidie par un sound check rapide et inattendu. Le son de la salle qui était jusqu’à présent impeccable est à présent plat et assez brouillon. La fosse est plus remplie que pour Guilt Trip, mais pourtant la réaction du public n’est pas au rendez-vous. Pour un groupe assaillant les scènes depuis dix ans, et pour une release party en plus, il est plus que surprenant de voir si peu d’engouement du public. Headshot fait donc de son mieux mais la prestation ne laissera pas un souvenir impérissable.


Headshot

La deuxième surprise de la soirée, c’est Brutality Will Prevail qui se voit forcé de jouer avant Venom Prison car ceux-ci ne sont pas encore sur place. La plupart des gens sont heureusement pour eux déjà arrivés et la foule attend avec impatience le groupe anglais. Les anciens morceaux font mouche, la foule s’embrase, mais malheureusement les extraits de leur nouvel album In Dark Places ne remuent vraiment pas grand monde. Indéniablement Brutality Will Prevail est un groupe qui ne sera plus jamais ce qu’il était autrefois. Leur énergie reste cependant intacte et le frontman clôturera leur prestation par un bain de foule impressionnant qui lui permettra de faire le tour entier de la salle.


Brutality Will Prevail

Soulagement pour tous, les retardataires de Venom Prison arrivent tout juste à la fin du dernier morceau de Brutality Will Prevail. Malgré le désagrément de leur voyage, les Anglais sont préparés à retourner la salle avec leur death metal aux influences hardcore. Quand on dit “retourner la salle”, on pèse nos mots. Pensez aux riffs les plus lourds que vous avez entendus en live de votre vie … C’était moins haineux que les moshparts de Venom Prison. La brutalité de ce set était absolument décoiffante et tout fan de musique extrême aurait pu se laisser séduire par un mur de son aussi violent. Elément essentiel, la chanteuse Larissa est au top de sa forme et sa voix résonne dans toute la salle. Depuis ses début en tant que chanteuse, ses talents vocaux n’ont jamais paru aussi évidents qu’aujourd’hui. Son charisme est d’ailleurs resté intact et il est difficile de détourner son regard de sa crinière blonde.


Venom Prison

Trente minutes plus tard, on est assez assommés par tant d’intensité et on prend une pause bien nécessaire. C’est Born From Pain qui aura la lourde tâche de voir une grande partie de la foule prendre l’air frais avant de se suer à grosses gouttes devant Trapped Under Ice.


Trapped Under Ice

Quatre ans après leur avoir fait nos adieux au Groezrock, tous les fans belges sont plus que prêts à retrouver TUI sur scène. En tant que tête d’affiche, Trapped Under Ice était bien à sa place. C’est un groupe qui rallie pratiquement tout le monde : les habitués de la scène comme les gens qu’on voit moins souvent, les plus jeunes comme les plus vieux. C’est avec un maintenant classique Pleased To Meet You que le groupe de Baltimore prend possession de la scène. En moins de dix secondes, le public est en transe absolue : le pit s’agrandit, la scène se fait envahir par les stagedivers, les téméraires du premier rang n’attendent qu’à hurler les paroles de plein poumon. La réaction pour cette première chanson décrit d’ailleurs très bien le reste des 25 prochaines minutes car jamais l’ambiance ne retombera. On notera cela dit moins d’engouement pour les quelques morceaux du nouvel album, Heatwave. Peut-être aurait-il été judicieux de la part de Trapped Under Ice de jouer des anciennes chansons comme Street Lights, mais ce choix est probablement dû à la nouvelle direction musicale plus punk du groupe. Peu importe la setlist, Justice et sa bande sont en grande forme et c’est un excellent moment qu’ils font passer aux 400 personnes du public. C’est sur un goût de trop peu que les musiciens américains déposent leurs instruments, et pourtant il est difficile de citer les titres qu’ils n’ont pas joué et qu’on aurait aimé entendre. Il semblerait que TUI ait visé juste et bien : cette prestation courte aura défini la notion d’efficacité.


Trapped Under Ice

La soirée prend fin et une fois de plus on a passé un moment épique à Lokeren. Alors oui, les Américains de King Nine ont annulé leur tournée en dernière minute et oui, bon nombre de hardcore kids ont perdu leur intérêt pour cette édition du festival. Oui on l’a ressenti, malgré les efforts de l’équipe organisatrice : les visiteurs du Brakfest auraient voulu une grosse exclusivité américaine. Mais ce côté plus intimiste, qu’on ne retrouvait plus précédemmennt à cause des grosses têtes d’affiche, fait du bien. Moins de monde, un public plus jeune que d’habitude, des groupes moins vus, vus et revus … C’était clairement le petit plus du Brakfest de cette année.

Cette année encore, on a reconnu beaucoup de visages amicaux parmi les festivaliers, on a assisté à des performances de qualité, et notre samedi était plus que réussi. A l’année prochaine, Brakfest !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
31
AUTEUR : Manon
Etudiante en communication à l'IHECS à Bruxelles et organisatrice de concerts pour Facebreaker Bookings, agence de booking qu'elle tient seule. L...
Etudiante en communication à l'IHECS à Bruxelles et organisatrice de concerts pour Facebreaker Bookings, agence de booking qu'elle tient seule. La musique est le centre de sa vie ... Voilà pourquoi elle s'est mise à écrire pour SMA : vous faire partager ses coups de coeur, ses mauvaises surprises et ses expériences. Attendez vous à décou...
Etudiante en communication à l'IHECS à Bruxelles et organisatrice de concerts pour Facebreaker Bookings, agence de booking qu'elle tient seule. La musique est le centre de sa vie ... Voilà pourquoi elle s'est mise à écrire pour SMA : vous faire partager ses coups de coeur, ses mauvaises surprises et ses expériences. Attendez vous à découvrir tout ce qu'il y a de meilleur au niveau de la scène hardcore en Belgique et ailleurs !...
Etudiante en communication à l'IHECS à Bruxelles et organisatrice de concerts pour Facebreaker Bookings, agence de booking qu'elle tient seule. La musique est le centre de sa vie ... Voilà pourquoi elle s'est mise à écrire pour SMA : vous faire partager ses coups de coeur, ses mauvaises surprises et ses expériences. Attendez vous à découvrir tout ce qu'il y a de meilleur au niveau de la scène hardcore en Belgique et ailleurs !...
Etudiante en communication à l'IHECS à Bruxelles et organisatrice de concerts pour Facebreaker Bookings, agence de booking qu'elle tient seule. La musique est le centre de sa vie ... Voilà pourquoi elle s'est mise à écrire pour SMA : vous faire partager ses coups de coeur, ses mauvaises surprises et ses expériences. Attendez vous à découvrir tout ce qu'il y a de meilleur au niveau de la scène hardcore en Belgique et ailleurs !...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE