Reportage

Dropkick Murphys : Boston - Dublin en une soirée !

Bruxelles (Ancienne Belgique), le 12-02-2018

Dimanche 18 février 2018

Ces 2 groupes sont des habitués des tournées, on ne compte plus les endroits où ils passent. Cependant, que Dropkick Murphys
Dropkick Murphys


Clique pour voir la fiche du groupe
et Flogging Molly
Flogging Molly


Clique pour voir la fiche du groupe
s’unissent sur la même tournée, ça c’est exceptionnel !




Les dates sont assez limitées en quantité et géographiquement, peut-être pour mieux revenir sur les festivals en août ? Les grandes salles sont au programme de ce beau combo auquel on a ajouté le humble mais légendaire : Glen Matlock (guitariste des Sex Pistols
Sex Pistols
Clique pour voir la fiche du groupe
). De passage par Bruxelles, le fait étonnant est que c’est l’Ancienne Belgique qui accueille cette splendide tournée qui fut très rapidement complète.

À la vue des artistes, la soirée débute à 18H45 avec Glen Matlock. Le guitariste des Sex Pistols
Sex Pistols
Clique pour voir la fiche du groupe
a pris de l’âge, mais bluffe complètement par sa maîtrise vocale et son attitude. Devant un parterre très éparpillé, l’anglais prend son pied et ça se sent. Que cela soit vocal, musical ou bien juste pour l’ambiance on sort de ces 25min le sourire aux lèvres. Juste armé d’une guitare sèche, de sa bonne humeur, quelques chansons et d’un bon vieux God Save The Queen la soirée débute bien.

Glen Matlock sorti de scène, quelques techniciens viennent faire les derniers checks des instruments de Flogging Molly
Flogging Molly


Clique pour voir la fiche du groupe
. Les Irlandais arrivent sur scène bière à la main en rappelant que : « la Belgique a de la bonne bière et que l’AB est très chouette », le ton est donné.

Dave King se lance avec le dernier album du groupe et The Hand Of John L. Sullivan, issu de Life Is Good, sorti en 2017. Malgré que l’ambiance n’ait pas trop décollé ce le hit du nouvel album, le trio de classique qui suit va faire exploser l’AB déjà : SwaggerSelfish ManDrunken Lullabies. Rien que les titres de ces 3 morceaux font comprendre à n’importe qui l’ambiance qui s’est dégagée aux premières notes de ce trio.
L’heure de concert passe très vite, voire trop vite malheureusement. Dave King, présente ses musiciens, fais des blagues et remerciements entre chaque morceau. La setlist alterne bien les titres punk et les très folk.

Tel un best of un peu raccourci du groupe on peut citer cette 2ème demi-heure composée de chansons bien ancrées dans le groupe. Que cela soit Tobacco Island, Crushed (du nouvel album Life Is Good) ou bien What’s Left Of The Flag, Float, If I Ever Leave This World Alive, Devil Dance Floor’s, etc. Celles et ceux qui n’avaient pas encore vu Flogging Molly
Flogging Molly


Clique pour voir la fiche du groupe
seront dès à présent convaincus du charisme et de ce que ce nom signifie en concert. Toujours un réel plaisir de voir ce groupe !

Heureusement qu’il y a 30min de repos avant les principaux attendus du jour, car on est tous bien essoufflés après cette heure très festive. 2ème tournée hivernale (sans compter les festivals) afin de présenter 11 Shorts Stories Of Pain & Glory, sorti début 2017, Dropkick Murphys
Dropkick Murphys


Clique pour voir la fiche du groupe
vient surtout ici nous faire un bon gros concert comme à leur habitude. Au fil des années on a vu les albums passer, une qualité rester stable, mais les salles et les scénographies devenir de plus en plus impressionnantes.


Le temps passe, on boit une bière, on profite de la ventilation et on se demande ce qu’il y a derrière le grand rideau noir sur scène.

Il est 20H55 lorsque le rideau tombe dans le noir et une bande-son passe « If The Kids Are United » repris presque correctement en cœur par le public bruxellois.
Un grand écran, une forme olympique dès The Boys Are Back, oui c’est bien Dropkick Murphys
Dropkick Murphys


Clique pour voir la fiche du groupe
! Mais ce soir dans l’Ancienne Belgique on va avoir droit à une setlist complètement différente du reste de la tournée. Les Dropkick, habitués à toujours changer chaque soir plusieurs morceaux, ont chamboulé tout pour Bruxelles… Au menu, beaucoup de vieux morceaux, et qui fait plaisir à voir et vous allez comprendre pourquoi.

Directement avec The Gang’s all Here, Black Velvet Band, Citizen CIA, The Warrior’s Code, qui sont mélangées aux chansons plus récentes comme Blood ou I’ve Had a Hat. Le public, plus âgé vu le prix de la place et la rapidité du soldout, prend son pied avec ces morceaux qui ont entre 15 et 20 ans. Pour la plupart des gens ce n’est pas une première, mais le groupe possède une discographie tellement large que revoir des morceaux qui sortent des setlist de ces dernières années joue sur l’ambiance déjà chaleureuse.
Suivi d’un beau meddley issu de Do Or Die, on continue à travers les anciennes perles comme Captain Kelly’s Kitschen et (F)lannigan’s Balls. Peu d’arrêts ou de discussions entre les chansons, juste pour remercier vite fais les gens, applaudir les supports ainsi que dater les premiers albums du groupe.

On a évidemment droit aux basiques tels que Going Out In Style, Rose Tattoo, Johnny, I Hardly Knew Ya ou encore Paying My Way et You Never Walk Alone. L’ambiance de faiblit pas, la fosse ainsi que les balcons sont bouillants, la magie Dropkick Murphys opère.

Après 1H10 de concert, vient déjà l’heure du rappel. Chaque temps mort est relancé par le public à coup du traditionnel « Let’s go Murphys » qui résonne dans toute l’AB. Le public, émerveillé par ces vieux titres, se demande s’il va encore avoir une surprise pour ce rappel. En toute évidence, cela commence sur le tremblement de terre créée par I’m Shipping Up To Boston. Après ces 2 minutes d’hystérie générale vient la chanson de fin – Until The Next Time – où le public est invité sur scène (qui remplace le regretté Kiss My I’m Shitfaced) suivi dans la foulée d’un magnifique Skinhead on the MBTA . Malheureusement pour ce morceau final on dirait bien qu’une partie du public a oublié cette pépite qu’on voudrait bien réentendre plus souvent !

C’est un peu sur notre faim, mais sonné par cette belle setlist que l’on sort après 1h25 de concert d’un Dropkick Murphys
Dropkick Murphys


Clique pour voir la fiche du groupe
qui part sans grands discours ni remerciements. On pourra regretter aussi certains classiques, mais il faudrait un show de 2 bonnes heures pour avoir un setlist de qualité qui mélange vieux morceaux et les classiques, ou perles d’albums comme Going Out In Style, et nouveaux hits du groupe.

Pour la soirée qu’on a eue et comme m’a dit un ami en sortant, dégoulinant de sueur : « eh bah je reviendrai ! ». Car on ne risquera pas d’oublier cette fabuleuse tournée, pensant déjà à la prochaine fois où l’on verra Flogging Molly
Flogging Molly


Clique pour voir la fiche du groupe
et Dropkick Murphys
Dropkick Murphys


Clique pour voir la fiche du groupe
.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
30
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE