Chronique

TOKYO SEX DESTRUCTION
5th avenue south

image
BCore



image
Lundi 10 octobre 2005

Ces 5 Espagnols de Tokyo Sex Destruction
Tokyo Sex Destruction
Clique pour voir la fiche du groupe
, pour ceux qui ne les connaissent pas encore, sont les fervents défenseurs d'un rock'n'roll plus ou moins décadent, à l'image de ceux des seventies... Bien retro, mais pas franchement dangereux. Si le précédent album Le Red Soul Commnuite était assez roots, le nouveau est plus posé, ils suivent un peu la même évolution que The (International) Noise Conspiracy... Ils expérimentent plus également, avec sur certains morceaux quelques cuivres, bongos, tambourins et percussions en tout genre...

Si l'album est donc plus calme il n'est pourtant pas moins bon, à l'image du morceau Prisoners of our ideas, en écoute sur le net (sur notre radio entre autres) depuis pas mal de semaines avant la sortie de l'album... Album pas franchement facile à trouver soit dit en passant, ou alors je me suis pas rendu dans les bonnes crèmeries... Heureusement qu'ils en avaient sous le bras quand ils sont venus jouer par ici. En fait c'est surtout le son qui est moins gras et crade, ce qui rend ce disque beaucoup plus facile d'accès. Mais rassurez-vous, c'est toujours hyper dansant et je défie quiconque de ne pas commencer à se dandiner le cul sur Song to Apologize. On a même droit à un morceau tout calme, L.U.V. is the feeling, même un peu psyché (non mais qu'est-ce que j'y connais, je prends des risques à utiliser des mots pareils). Certains riffs me rappellent parfois Blind Melon dont j'étais fan il y a une bonne douzaine d'années et qui eux-mêmes s'inspiraient des sixties/seventies (espérons juste qu'ils ne suivent pas leurs traces, puisque le chanteur est mort d'une overdose à 27 ans - lui aussi).

Pas le temps de traîner sur cette plaque car les 8 titres passent à une vitesse folle (28 minutes ça passe vite quand c'est bien fait). Juste entrecoupé d'un petit interlude semi-instru, Good Morning, avec des sons zarbs à la Ravi Shankar (saviez-vous que Norah Jones est la fille de Ravi Shankar?) et conclu par l'acoustique (dispensable d'après moi) Tonite.

Un album qui rebutera un peu ceux qui exigent que le rock'n'roll soit gras et dégueu, mais les compos sont bien travaillées tout en gardant un côté spontané donc si vous aimez des trucs comme The (International) Noise Conspiracy, At The Drive-In ou The Hives, foncez !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE