Article

Pourquoi les télé-crochets séduisent (ou pas) les artistes alternatifs ?

Jeudi 26 avril 2018

Dans les quatre coins du monde, les concours de chant télévisé se succèdent les uns après les autres. Je ne sais pas vous mais moi j’ai l’impression que de plus en plus d’artistes issus de la scène alternative s’y frottent alors que, à première vue, les deux univers sont plutôt antagonistes.
Certains prennent même le siège de coach comme Nergal de Behemoth
Behemoth


Clique pour voir la fiche du groupe
pour The Voice Pologne en 2011 ou, pour le moment, Christina Scabbia de Lacuna Coil
Lacuna Coil


Clique pour voir la fiche du groupe
pour The Voice Italie. Lors de sa présentation aux téléspectateurs en mars dernier, Christina disait. « D'habitude, je suis plus exubérante et bavarde mais je me suis un peu « retenue » hier soir parce que je n'aime pas faire des coudes. Mieux vaut entrer par la pointe des pieds dans la maison des Italiens, avec respect. Entre-temps, je me présente avec un peu d’AC/DC et je vais vous faire découvrir un peu plus de mon monde. Je vous promets des surprises! »




Donc, si je comprends bien, à la télévision, on ne pousse pas directement une gueulante avec un gros son de guitare derrière ? On fait un peu bébelle, quoi (expression idiomatique voire barakie de par chez moi)?
Jack de l’émission radio metal Headbanging me confirme la chose. D’autant plus qu’il sait bien de quoi il parle. Jack a, en effet, une autre casquette. Il travaille aussi à la rédaction de The Voice Belgique. Il s’occupe entre autres des castings et de la réalisation des interviews que l'on peut voir à l'écran. Donc, le jeune homme m’explique que ce qui freine souvent les musiciens alternatifs c’est la peur d'être rejetés par le milieu musical dont ils sont issus. « Ce frein est contrebalancé par les possibilités de remanier des chansons pop en version rock, poursuit-il, voir plus selon la volonté de l'artiste. Au cours des saisons, de nombreux artistes ont montré que l'on pouvait imposer son style et le partager avec le public. C'est clair, ils ne feront pas un Megadeth sur le plateau, mais pouvoir chanter un Marylin Manson, ou un Nirvana sur un prime du service public, c'est plutôt inédit et ça pèse dans la balance lorsqu'un chanteur de rock ou de metal se demande comment il pourra se présenter à la télé. »

Chercher la gloire

Allons voir ce qu’en pensent les principaux intéressés. Dans la version belge 2018 de The Voice Belgique, j’ai chopé les trois candidats connus pour leur implication actuelle ou passée dans des groupes alternatifs : Stéphanie qui était la chanteuse de Shah-Mat
Shah-Mat


Clique pour voir la fiche du groupe
, Erik le bassiste d’Ilydaen
Ilydaen


Clique pour voir la fiche du groupe
et Brieuc le guitariste d’Aktarum
Aktarum


Clique pour voir la fiche du groupe
.
On pourrait penser que le metal et les émissions comme The Voice n'ont rien avoir ensemble. Si on vous regarde, il semblerait que ce soit de moins en moins vrai. Quel est votre avis là-dessus?

Stéphanie (qui est allée jusqu’en finale ce mardi) m’explique que son univers musical est bien plus large que celui qu’elle a exploré jusqu’à maintenant. De ce fait, elle ne se sent pas éloignée de l’univers des télé-crochets. « J’aurais aimé réussir en étant repérée en concert par un producteur mais ce rêve fait partie d’un temps révolu, avoue-t-elle. Aujourd’hui on est repéré sur le net ou à la tv. Je suis juste une chanteuse avec une multitude de facettes qui n’ont pas été révélées faute d’être tombée sur les bonnes personnes. Je n’ai jamais pu vivre de ma passion. On n’a qu’une vie donc pourquoi perdre du temps à rester coincé dans une seule case, tant que l’on se respecte bien sûr! »




Brieuc ajoute que même si on n'apprécie pas ce type d'émission, la plupart des musiciens aimeraient pouvoir vivre de leur musique. Il m’explique aussi que le metal est une musique extrêmement marketing et cite l’exemple des tournées « pay to play ». « Donc finalement, dit-il, on ne va pas se mentir, on cherche la gloire. En tout cas, moi, je la cherche. Pas encore trouvée mais ça ne saurait tarder (rires) ! » Brieuc confirme que les deux univers sont fondamentalement différents. « Une chose assez cocasse, poursuit-il, c'est qu'en étant là-bas, et en affirmant que j'étais fan de metal avant tout, j'ai vraiment senti que ça leur plaisait. Cet univers un peu badass. Du coup, ils m'ont demandé de surjouer le metalleux méchant mais calme pour faire contraster la musique et ma personnalité. J'avoue en avoir joué et ça m'a quand même pas mal amusé ! C'est une émission de télévision avant tout. Ces mecs ne sont pas des philanthropes, je savais bien dans quoi je m'engageais. »

Erik poursuit en disant que si tu es un fan de metal acharné et que tu ne jures que par ça, The Voice n'est pas fait pour toi parce qu'inévitablement, tu devras t'ouvrir à d'autres styles. Par contre, il me confie qu’il est très heureux de voir des rockeurs dans cette émission. « Je fais partie des gens qui pensent que le rock se meurt en Belgique, dit-il. Les chaines de télé et de radio ne diffusent quasi plus de rock. Honnêtement, je me suis dit : « Allez, je fais The Voice et mon but c'est de faire écouter du rock aux gens qui n'y sont plus habitués » Et quand j'ai vu le nombre de rockeurs cette année, j'étais super heureux de constater que je n'étais pas le seul à vouloir me battre pour notre style. Donc, moi je dis merci aux metalleux et rockeurs qui ont l'audace de se montrer sur un télé-crochet! Et je sais que ce n’est pas facile parce qu'on peut vite être jugés par nos amis de la sous culture. »
Tiens, justement, qu’est-ce qu’ils en ont pensé tes amis ? « Globalement, ils étaient contents pour moi, tout en me vannant sur le fait que j'allais peut être devoir chanter du Calogero. »

Qui profite de qui ?



Louis-Paul c’est le candidat qui, lors des auditions à l'aveugle, avait séduit le jury avec « Stabwound » de Necrophagist en 2017. Rien que ça ! Il a été éliminé en demi-finale de The Voice Québec. Je lui ai demandé pourquoi les musiciens alternatifs/underground comme lui tentaient de séduire le système musical commercial. « Tentent-ils vraiment de le séduire ou est-ce le système commercial qui se dit qu'il y a des sous à faire avec ça?, me répond-il. Un peu des deux, je crois! Après tout, si le promoteur n’avait pas voulu de metal dans son émission, il n’y en aurait pas eu! Les gens en avaient assez de la même recette mainte et mainte fois utilisée. »
Il me confie que sa vision du milieu artistique et du metal n’a pas changée. Il continue à faire ce qu’il aime au sein des groupes The Unconscious Mind, Helzgate et Incandescense. « Le metal évolue tout comme la société, poursuit Louis-Paul. Je crois que les gens étaient prêts pour ça et que mon aventure à The Voice a montré au monde que les metalleux sont, la plupart du temps, des gens de gauche très humain, bien élevés et cultivés. Il ne faut pas se laisser emporter par les stéréotypes. »

Les metalleux qui se présentent dans ce genre d’émissions peuvent faire bouger les mentalités dans le bon sens. C’est aussi l’avis de Christophe (Attraction Théory, Pat O'May) qui, en 2013, a accompagné à The Voice France un pote avec qui il jouait dans Headline. Il souligne que le public metal n'est pas si tolérant que l'on veut bien le croire. Dès que l'on sort de ses codes, c'est compliqué. « Ce que je veux dire par là, précise Christophe, c'est que parfois je trouve que le public metal ne sais pas trop ce qu'il veut. Il a toujours eu un problème avec le terme « commercial » et pourtant ce sont les premiers à se trémousser avec une pinte de bière en mains sur « The Final Countdown » d'Europe alors qu'à l'époque on trouvait ça trop commercial pour être du hard/metal. »




JP de Lamiral
Lamiral


Clique pour voir la fiche du groupe
, El Comer Ocho
El Comer Ocho


Clique pour voir la fiche du groupe
, Volver
Volver


Clique pour voir la fiche du groupe
, etc. a participé au casting de La Nouvelle Star en 2005. Il ne pense pas que l’opinion publique soit plus ouverte aux musiques alternatives. C’est même plutôt le contraire. D’après lui, le grand public n’a plus accès à rien, les médias sont cadenassés. « Il suffit de regarder MTV pendant cinq minutes pour s’apercevoir qu’ils ne passent même plus de musique, dit-il. Où sont passées les émissions comme « Headbangers Ball » (MTV) et « Blah Blah metal » (MCM), nondedjossss! »
JP m’explique aussi que c’est très prétentieux de penser que le metal ou le hardcore est au-dessus de ces émissions. « On est tous le baraki de quelqu’un, ajoute-t-il. Pour ma part, deux mois après « l’audition », je partais au Japon pour une tournée de quinze jours en tant que guitariste de Jesus Project
Jesus Project


Clique pour voir la fiche du groupe
et bassiste pour Arkangel
Arkangel


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ça, c’est sûrement la meilleure réponse à apporter aux personnes qui critiquent beaucoup mais qui ne feraient ni l’un ni l’autre. »

En oublier sa personnalité artistique

Oui, tiens, les chanteurs qui ne participent pas, qu’est-ce qu’ils en pensent ?
Si James, le chanteur de Concealed Reality
Concealed Reality


Clique pour voir la fiche du groupe
, avait l’occasion de participer à une émission comme The
Voice, il choisirait une chanson qui commence tout doux avant de balancer un bon scream sorti de nulle part et se barrer ! Quand il était gosse, il rêvait de participer au prime de La Nouvelle Star mais comme il n’a jamais pris de cours de chant il pense que c’est peine perdue. « Si quelqu’un est chaud pour lancer le concept en metal, dit James, d’office, je participe à l’élaboration du projet. Si tu es un excellent chanteur, autant en scream quand voix claire, ça peut être une méga opportunité de faire avancer ta carrière de musicien ou celle de ton groupe. Même si je pense que dans le cas d’un groupe très violent, ça n’apporterait pas grand chose à part du buzz a durée très courte. »



Pierre d’Ithilien
Ithilien


Clique pour voir la fiche du groupe
ajoute qu’il n’est pas contre les émissions comme The Voice mais il a un peu pitié des musiciens et artistes qui pensent pouvoir devenir des stars de cette manière. « Ils seront inévitablement déçus un jour ou l'autre, poursuit Pierre. C'est certainement une expérience très enrichissante pour eux, mais ça s'arrête là. Pour moi c'est de la téléréalité. C'est du business avec une forme de manipulation du public. Ce sont les coaches qui sont mis en avant et dont les ventes sont boostées au final. »

Tom de Desdemonia
Desdemonia


Clique pour voir la fiche du groupe
ne participerait pas non plus à The Voice. Pour lui, cela n'a rien avoir avec la musique ni avec une carrière de musicien. C'est du cirque pour l'audimat, tout simplement. « Une carrière de musicien ou de groupe se forge en jouant beaucoup et en construisant ainsi un lien réel avec les fans, explique t-il. En outre, chanter des reprises ce n’est pas être musicien. C'est juste un concours, rien de plus. L'artiste ne gagne en rien et perd même sa crédibilité. Je n'ai jamais aimé le concept de battle puisqu'il fait de la musique un concours. »

Pompon (Jacques de Pierpont) partage l’avis de Tom. Si le vertige de la médiatisation est tel que l’artiste trahit son objectif artistique, c’est dommage. De plus, le milieu va essayer de transformer l’artiste en produit rentable, de malaxer son image et sa musique. « Je pense que ça peut être dangereux si le musicien n’a pas une connaissance complète de l’univers dans lequel il évolue, poursuit Pompon. Sortir de l’ombre, oui, mais à quel prix ? C’est la question qu’ils doivent se poser. Ce sont des gens qui n’y connaissent rien qui vont décider de qui va gagner. Ca me fait penser aux gladiateurs romains avec le public qui décide avec le pouce vers le haut ou vers le bas. Dans le principe, je n’aime pas. »



Je termine avec le Hellfest parce que, oui, lui aussi, a (eu) un lien avec The Voice. Le tremplin, The Voice of Hell, qui permet à un groupe d’être plébiscité par le public pour jouer sur la mainstage 2 du festival, ça vous dit quelque chose ? Eh bien, le logo original (qui vient de changer) reprenait celui de The Voice avec la main et le micro, à quelques doigts près.
« Comme cette émission possède un certain succès et repose sur le même phénomène de concours et d’un gagnant, explique Shannon du Hellfest, on a essayé de surfer sur cette vague en la détournant à la sauce metal. Il y avait donc une référence à l’origine. » Ne voulant plus être associé à l’émission, le Tremplin du Hellfest s’est trouvé sa propre identité graphique et a modifié son logo.

Le sujet fait réagir, dans un sens comme dans l’autre.
Je ne suis pas convaincue que le grand public qui regarde ces télé-crochets soit plus ouvert aux musiciens alternatifs et undergrounds. Ces derniers restent des extraterrestres qu’on veut bien accueillir mais en les formatant quelque peu pour mieux coller aux réalités du média et de son public. Ils perdent donc un peu de leur âme, de manière consciente ou non. Et ce n’est pas forcément un problème, chacun fait ce qu’il peut ou ce qu’il veut.
Toujours est-il que, sauf erreur de ma part, aucun artiste issu de la scène alternative n’a encore remporté le trophée ! On en reparle, si ça arrive, ok ?
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
42
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE