Chronique

STRAY FROM THE PATH
Make Your Own History

image
Sumerian Records

11 morceaux - 29 minutes
Sorti le 26-10-2009


image
Jeudi 3 janvier 2013

C’est un jeune groupe et pourtant c’est déjà leur cinquième album en 7 ans. Tout de même. Mais ce n’est qu’avec celui-ci que Stray From The Path prend vraiment, enfin, son envol. Second disque signé chez leur label Sumerian Records , important label américain, ça aide évidemment niveau pub. Les New-Yorkais évoluent dorénavant dans un hardcore moderne tout en gardant des structures parfois assez rocambolesques typées mathcore. Si vous êtes fans de Converge ou Every Time I Die, ce disque est pour vous !

Et c’est sur les chapeaux de roue que commence ce nouvel opus avec en guise d’introduction Lucid Dreaming. Dès les premières notes, on est scotché à notre siège tellement c’est puissant. Ames sensibles s’abstenir. Les chœurs, comme la structure en général, tourne en boucle comme un message diabolique et subliminal. Impression confirmée par le titre suivant Manipulator. Un groove dévastateur à la batterie, une guitare qui part dans tous les sens et que dire de la voix de Drew, terrifiante. Le tout sonne hyper lourd. On sent une réelle agressivité dans leur musique mais aussi dans les paroles (« F*ck My Life »). Cette haine restera présente tout au long des 11 chansons que comporte ce nouvel opus. Le groupe a clairement un message à faire passer et n’y va par quatre chemins pour se faire entendre ! Car faire passer un message, tel était le but d’origine du hardcore. Stray From The Path perpétue donc cette tradition à travers ce nouvel album.

Et un des sujets contre lesquels ces Américains militeront, c’est la religion. Le morceau Damien, notamment, est là pour le prouver. Les paroles traitent des veilles traditions de l’église catholique ou font référence à certains passages de la Bible (Jésus qui passa 40 jours dans le désert) qu’ils trouvent aberrants. Le clip sorti pour cette chanson illustre le texte à merveille en montrant différents extraits télévisés du Pape Benoit XVI et autres manifestations dans les rues, entrecoupées par des images du groupe. Mais ils font aussi réfléchir leur public en leur disant de se bouger, d’arrêter de rester cachés derrière la vie simple, banale et contre l’émancipation individuelle, comme le chant Drew dans le titre Negative And Violent (« Vous avez construit cette année car vous ne voulez pas faire un effort pour dire ce que vous pensez » ; « Tout le monde est identique, tout le monde vous savez »).

Avec la complicité de Jonathan Vigil, chanteur de The Ghost Inside, Drew criera toute la haine qu’il a contre la situation au Nigéria dans la chanson qui porte le nom du pays : « Depuis 1996, ils ont arraché les économies de nos familles, détruisant des vies et des industries » ; « les désirs de fortune nous aveugle de notre sens commun »).

Et c’est sur la chanson qui donna son nom à ce nouvel effort studio que se clôture que l’album. Comme l’indique le titre du morceau, le groupe invite ceux qui les écouteront à faire de la vie, leur vie, d’oublier ce passé qui nous colle à la peau (« Faites votre propre histoire » ; « Laissez derrière vous votre héritage » ; « Arrêtez d’essayer d’être quelque chose que vous n’êtes pas »).

Faites votre propre vie. Ecoutez ce disque et faites-vous votre propre avis.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE