Chronique

EVERY TIME I DIE
Gutter Phenomenon

image
Ferret Music



image
Dimanche 18 septembre 2005

Every Time I Die, par son côté hype et accessible, c'est un peu le groupe qu'on a envie de faire découvrir à sa petite cousine pour l'intéresser au hardcore... Un son hyper épuré et net, une voix qui, même criée, reste assez soft... Des riffs très "sudistes" qui font parfois penser un peu à Pantera...

Globalement, assez peu de différences entre cet album et le précédent Hot Damn. La sauce prend toujours, ceux qui appréciaient le précédent devraient aimer celui-ci, cependant qui n'ont pas été impressionnés pas Hot Damn pourraient y trouver leur compte ici, comme moi... A part une poignée de groupes je ne suis pas souvent attirés par ces gros groupes ricains plutôt poseurs... Mais bon là faut avouer que la première piste, Apocalypse Now and Then, met une sacrée claque d'emblée, la voix a un petit brin de folie qui me plait, sans être complètement barrée... Le son surtout est hyper puissant, et même les parties chantées sont plaisantes. Je me suis repassé ce morceau en boucle des dizaines de fois sur le chemin du boulot... Encore une fois un groupe à écouter en été les fenêtres ouvertes !

Kill The Music, deuxième piste, prend les mêmes ingrédients et c'est reparti pour un tour, en vitesse accélérée. A noter la présence du chanteur de My Chemical Romance en guest... Pour ceux qui veulent, le clip de ce morceau est dispo sur leur site ou alors pour les plus rapides ici, faut voir combien de temps le lien va tenir... Mais sur le clip la piste de voix claire est différente et un peu trop mise en avant. Sans compter que le clip est plutôt naze, mais bon.

La suite est plutôt rock'n'roll dans l'ensemble, comme Easy Tiger ou encore Champing At The Bit, avec le type de Glassjaw en guest vocals...

Les morceaux qui me plaisent le plus sur lesquels le chanteur fait des trucs bizarres, comme The New Black, qui sonne (volontairement?) pas toujours très juste. En tout cas niveau guitare tout au long de l'album ça fait dans le technique, avec des riffs assez blues par moments. Petite surprise sur la fin de l'album avec le morceau L'Astronaut, qui présente un côté limite chaotique, qui me fait penser à leur tout premier disque, Last Night In Town... En plus posé bien sûr.

Pour conclure je dirais que ce disque m'a mis un sévère gifle aux premières écoutes, mais je trouve que ce style s'essoufle trop rapidement... Quand un morceau est trop simple on en a vite fait le tour, et on passe à autre chose. C'est du fast-food-music ! Cependant ça reste un sacré disque à écouter... une fois de temps en temps, quand il fait plein soleil et qu'on a des kilomètres à avaler ! Mais pour découvrir le hardcore c'est tout indiqué. Pour faire une transition douuuuuuuce...
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE