Chronique

MUTINY ON THE BOUNTY
Digital Tropics

image
Redfield Records

10 titres - 45 minutes
Sorti le 22-05-2015


image
Samedi 30 mai 2015

Chaque nouvelle sortie de Mutiny On The Bounty
Mutiny On The Bounty


Clique pour voir la fiche du groupe
est dans mon coeur un petit évènement, un peu comme le fan de foot qui attend la Coupe du Monde tous les quatre ans. Il faut dire que malgré les nombreux changements de line-up (uniquement pour la basse et l'une des deux guitares toutefois), le quatuor luxembourgeois est toujours parvenu à aller de l'avant et à réinventer sa musique. Musique qu'il transcendait complètement sur scène, provoquant chez son public une envie compulsive de danser et de participer à la fête que les quatre musiciens donnait sur scène.

La fête. Je pense qu'il s'agit du premier terme qui me vient à l'esprit lorsqu'on me demande ''Et ils sont comment Mutiny On The Bounty
Mutiny On The Bounty


Clique pour voir la fiche du groupe
sur scène ?''
- en effet leur musique, principalement sur leur premier full-length Danger Mouth, était taillée pour le live : une conception très mélodique de leur musique, un côté technique déjà très présent surtout pour agrémenter la puissance communicative des morceaux et, malgré ces changements de rythme et ces déferlantes de guitares, ce petit quelque chose qui permettait de retenir les morceaux après une seule écoute.

Passons Trials que nous bien sûr déjà chroniqué dans nos pages, et venons sur ce très attendu Digital Tropics. Déjà, inutile de chercher à apprendre les paroles puisqu'il n'y en a pas. Déjà bien mises en retrait sur Trials, elles n'ont plus leur place dans la nouvelle approche musicale du groupe apparemment. Et quelle est cette approche musicale justement ? Sans grande surprise, le côté math-rock et technique est toujours présent. Plus que jamais. Partout. Toujours. Le binôme d'introduction Telekinesis / Countach nous montre l'étendue des qualités techniques des quatre musiciens. Mais inconsciemment, au fil de ces neuf premières minutes, je commence à écouter plus attentivement. Et attendre. Attendre le passage qui décolle, qui va tout dégommer sur scène. Et ce passage n'arrivera que sur la troisième piste, Dance Automaton Dance. Le gratteux Clément, dernier arrivé en date chez MOTB, sort ses effets de gratte qui semblent la transformer en une multitude d'instruments différents. Les possibilités techniques sont infinies.

Bizarrement, le single Mkl Jksn, que j'avais trouvé assez monotone au moment de sa sortie, sort ici du lot comme si au final c'était encore un des morceaux qui offre le plus de contraste. En prenant le parti de faire de la technique l'aspect le plus important de sa musique, Mutiny On The Bounty
Mutiny On The Bounty


Clique pour voir la fiche du groupe
a perdu quelque chose. Cette communication, cette bonne humeur insouciante et complètement folle qu'il transmettait dans sa musique. A croire qu'il est parti dans ce cercle vicieux du toujours plus et qu'il pousse l'aspect technique toujours plus loin aux dépends de ce qui a fait le charme de sa musique, cette parfaite communion de ses différentes facette musicales qui lui permettait de s'adresser au plus grand nombre et à un public très varié.

Bien sûr, il y a quelque chose chez Mutiny On The Bounty
Mutiny On The Bounty


Clique pour voir la fiche du groupe
qui tient du génie. Le sens de la musicalité est toujours bien présent et exprimé d'une manière qui s'adresse peut-être plus aux musiciens et en tout cas, à ceux qui sont déjà familiers de l'univers math. Un délit d'élitisme sans doute involontaire. Après une grosse dizaine d'écoutes, il est évident que certains morceaux me donneront malgré tout envie de bouger en les entendant sur scène (Dance Automaton Dance, Mkl Jksn, Strobocop). J'espère de tout coeur qu'ils parviendront à y communiquer ces émotions que je n'ai pas pu ressentir sur la version studio de ce Digital Tropics. Faute de quoi je ne pourrai, comme à l'écoute de cet album, m'empêcher d'attendre quelque chose : les anciens morceaux sur lesquels le groupe donnera toujours autant de pêche !


Tags : luxembourg math-rock instrumental
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE