Chronique

BEING AS AN OCEAN
Waiting For Morning To Come

image
Autoproduction

14 titres - 50min
Sorti le 07-09-2017


image
Dimanche 10 septembre 2017

C’est avec 3 mois de retard que sort enfin cet album, mais au moins il arrive en toute liberté. Libéré de leur label, Being As An Ocean ont enfin pu sortir leur nouveau bébé de manière indépendante.

Il y a quelques mois, OK et Dissolve n’avaient pas assouvi notre faim concernant l’un des groupes de post-hardcore le plus écorché, mais aussi prometteur de ces dernières années. Thorns ainsi que Black And Blue, singles dévoilés plus récemment, avaient donné le ton plus électonisé du disque.

Et voici enfin Waiting For Morning To Come, spoiler alert : ça change pas mal. Objectivement cette évolution prise par BAAO n’est pas déplaisante, mais pourrait faire grincer quelques dents tout de même. Being As An Ocean a su garder fidèlement son style déjà bien affirmé au cours de ses 3 albums précédents. Notre Joel qui fait parfaitement son boulot de chanteur et leader inspirant, des cœurs bien placés, des instrumentales toujours bien adaptées et travaillées qui prennent à l’écoute et en live.

Mais cette fois, une touche électronique vient agrémenter le tout. Des beats légers, des samples assez soft qui reviennent parfois à des drones d’ambiance, sont présents tout au long de l’album. Cela vient atténuer le côté « écorché à vif » que le groupe possédait, mais sans toutefois diminuer l’intensité des morceaux. Rien qu’une boucle en fond résume cette petite touche : la célèbre phrase d’un morceau de Justice « we are your friends, you will never be alone again » avec quelques effets sur la voix montre l’influence présente. Ceci sur un scream poussé, une batterie syncopée et une mélodie de guitare assez aérienne, voilà le mini résumé.

Bien qu’il y ait cette nouvelle source musicale, Being As An Ocean est resté dans le post-hardcore rassurez-vous ! La structure de ce 4ème opus est faite d’un enchaînement de morceaux « normaux » et d’interludes (souvent courts). Les Américains ont clairement profité de cet album pour expérimenter de nouvelles choses au maximum. L’originalité et l’intensité ne manquent pas; la qualité est toujours là, grandie par l’expérience acquise au fil des années. Pour exemple eB tahT srewoP ehT, à l’envers donc et qui est une chanson mise à l’envers (logique) après enregistrement. Ou encore : le savant mix qui forme le morceau Glow.

Concrètement, les guitares sont plus clairsemées, la basse et la batterie sont parfois remplacées par des samples assez travaillés, mais qui servent plus d’introduction. Les instruments reviennent assez vite, avec cependant moins de force que dans les précédents disques. D’un autre côté, Suddently, I Was Alone est le meilleur exemple pour montrer que le quatuor parvient toujours à se passer de samples ou autres. Being as An Ocean s’est véritablement laché d’un point de vue musical tout en réussissant à garder son identité.

Certes ça manque un peu de sings-alongs, on bien des paroles qui restent en tête comme on se souvient en nombre sur Dear G-B ou encore How We Both Wondrously Perish. Mais l’ambiance est tout de même présente.

Finalement, les « vrais » titres sont donc moins nombreux du à ces interludes, mais la qualité est toujours aussi présente. Cette structure donne un album à part entière avec son propre univers complet. BAAO nous a quand même pondu des pépites qui peuvent aussi faire office de hit en single, comme parfaitement s’intégrer à Waiting For Morning To Come, 4ème album bien réussi. Being As An Ocean a fait une expérience sans trop se perdre. Ce disque s’écoute parfaitement d’une traite, et de plus le groupe pourrait très bien réussir à arranger des interludes dans ses concerts. Un gros plus qui peut déplaire, mais dont on ne peut pas nier la qualité et l’originalité !




Tags : Being As An Ocean - post-hardcore - USA - autoprod
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2
AUTEUR : Clément
Etudiant en communication à l'IHECS depuis 2014. Passionné de musique et concerts/festivals en général, je suis ouvert sur beaucoup de genres mais...
Etudiant en communication à l'IHECS depuis 2014. Passionné de musique et concerts/festivals en général, je suis ouvert sur beaucoup de genres mais les musiques alternatives restent largement la majorité de mes préférences. Aime les médias et l'actualité, j'en parlerai passionnément aussi. Même si en discuter au bord d'une scène ou d'u...
Etudiant en communication à l'IHECS depuis 2014. Passionné de musique et concerts/festivals en général, je suis ouvert sur beaucoup de genres mais les musiques alternatives restent largement la majorité de mes préférences. Aime les médias et l'actualité, j'en parlerai passionnément aussi. Même si en discuter au bord d'une scène ou d'une table de merch à propos d'un bon groupe serait encore mieux! ...
Etudiant en communication à l'IHECS depuis 2014. Passionné de musique et concerts/festivals en général, je suis ouvert sur beaucoup de genres mais les musiques alternatives restent largement la majorité de mes préférences. Aime les médias et l'actualité, j'en parlerai passionnément aussi. Même si en discuter au bord d'une scène ou d'une table de merch à propos d'un bon groupe serait encore mieux! ...
Etudiant en communication à l'IHECS depuis 2014. Passionné de musique et concerts/festivals en général, je suis ouvert sur beaucoup de genres mais les musiques alternatives restent largement la majorité de mes préférences. Aime les médias et l'actualité, j'en parlerai passionnément aussi. Même si en discuter au bord d'une scène ou d'une table de merch à propos d'un bon groupe serait encore mieux! ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE