Interview

WOLVENNEST

Interview de Kirby et de Leslie


Vendredi 6 mars 2020



Le samedi 29 février 2020, lors de la soirée avec Dread Sovereign
Dread Sovereign


Clique pour voir la fiche du groupe
, The Ruins of Beverast
The Ruins of Beverast


Clique pour voir la fiche du groupe
, Saturnalia Temple
Saturnalia Temple


Clique pour voir la fiche du groupe
, et Wolvennest
Wolvennest


Clique pour voir la fiche du groupe
en tête d'affiche, j'ai eu l'honneur de pouvoir rencontrer deux membres du groupe pour leur poser quelques questions.
Kirby (guitare) et Leslie (scénographie et projections vidéos live, A Thousand Lost Civilizations) se sont prêtés au jeu.






J'ai noté que Vortex (2019) avait un côté légèrement plus black que les autres albums.
Est-ce depuis la collaboration avec Déhà ? Même si elle date de Void (2016)


Kirby
: Ce côté plus black était déjà avec Alex lorsqu'on a fait l'Heure Noire. Mais je ne crois pas qu'on pense black, en fait, lorsqu'on créer un morceau. J'ai l'impression que c'est expérimental aussi. Nous n'essayons pas de rendre le groupe plus black. C'est vraiment un hasard. Ou peut-être que Déhà a des artifices qu'il ajoute discrètement et qui donne cette impression là [rires]

Leslie : il produit beaucoup de black, donc cela a nécessairement son influence

Vu que tu [Kirby] écrit les textes, as-tu des influences littéraires précises ?

Kirby : Je fais la musique avec François et Marc mais je m'investis beaucoup dans les lyrics. Je suis passionné par Jean Cocteau, Jean Genet un peu de Louis-Ferdinand Céline, par des univers comme ça. Mais souvent cela passe d'un fait, d'une phrase.
Comme Vortex (2019), pour moi, c'est une femme ou une drogue. C'est un processus qui me suit depuis longtemps. Depuis Length of Time
Length of Time


Clique pour voir la fiche du groupe
. Un moment je voulais me distancer pour ne pas imposer aux autres ce qui me passionne moi, mais je n'y arrive pas. Je retombe toujours dedans.
C'est également dans l'attitude, dans l'aura de ces gens là. La personne, le cinéma. C'est comme si j'approchais la personne même. Ce qu'elle dégage.

Tu as aussi une forte influence orientale dans ta manière de composer et concevoir la musique.
Peux-tu m'en dire plus ?


Kirby : J'essaie de toujours venir avec quelque chose de différent. Différent du coup que lorsque j'étais dans ma période hardcore/metalcore.
Je ne voulais pas être inspiré par ce qui se disait dans la scène metalcore parce que je trouvais ça un peu faible. Je voulais faire des choses plus réalistes. Je suis très inspiré par le néo-folk aussi. Je trouvais ça beaucoup plus mature dans l'esprit, dans les paroles. C'est ce qui se passe ici avec le côté oriental, j'ai envie d'emmener quelque chose qui fasse un peu une nouveauté pour les gens. J'aime pas mal de chanteuses orientales, j'aime le son du oud, tout ce qui touche à la musique orientale.
Et il faut aussi, ce qui n'est pas toujours facile, on est dans une scène qui...

Leslie : ...Qui a des codes

Kirby : Et, par exemple, dans le chant de derviche tourneurs, où il y a quand même le mot « Allah » qui est répété plusieurs fois, mais ça n'a jamais posé de problèmes, et je pense que ça n'en posera jamais.
Il m'arrive quand même de demander dans certains endroits si ça passe. Mais jusqu'ici les gens sont assez réceptifs en rentrent dans l'atmosphère directement.



Est-ce que vous avez un rituel dans votre phase de composition ? En étant beaucoup sur scène, comment est-ce que vous vous arrangez pour les lives, travaillez-vous par couche ?

Kirby : En fait, comme on compose directement en studio, rien n'est préalablement testé en live. Après c'est un partage en live, on se connaît, on sait que Marc par exemple, sait faire dans les solos, il gère mieux que moi, il a plus de dextérité. Moi, c'est plus les solos chaotiques on va dire, je n'ai pas la dextérité qu'il a, de faire des solos de plus de cinq minutes.
Mais François [aka Corvus] et moi nous nous partageons souvent les rythmiques. Le batteur aussi participe à l'hypnose car il garde le beat, il est très précis dans sa frappe. Il y a le bassiste qui met un mur derrière. C'est un tout. Et cette magie, ce rituel, cet hypnotisme ce trouve beaucoup dans le live.

Comment vos projets personnels à tous influent dans cette harmonie ?

Kirby : On se connaît mais on appartient à des univers bien précis, Shazzula c'est le cinéma, le côté psyché.
François qui a touché la scène metalcore aussi. Mais tout cela change. Chacun explore avec ses qualités.
J'avais vu Shazzula dans Aqua Nebula Oscillator
Aqua Nebula Oscillator
Clique pour voir la fiche du groupe
et ça répondait à ce que je voulais comme projet.
Et, même si elle n'a pas fait le premier album, elle est très bien rentrée dans le truc. Elle évolue au fil des tournées et apporte sa personnalité au maximum, comme chacun.
Marc, par exemple, apporte sa conception, de par son projet Mongolito
Mongolito


Clique pour voir la fiche du groupe
. Il apporte son son sans dominer toute la musique de Wolvennest.
C'est ce mix qui apporte la force.
J'ai même tendance à dire que si quelqu'un venait à quitter le groupe, ce qui est arrivé une fois mais nous avons trouvé un très bon batteur par la suite, j'aurais vraiment peur, car ça serait dur d'harmoniser le tout avec un nouveau membre.

Je pense qu'il y a un côté très rituel. D'une part par la participation de A Thousand Lost Civilizations qui emmène une scénographie, particulière.

Kirby : Leslie est un membre à part entière du groupe. On pourrait faire des photos à 7 ou à 8 pour montrer le band au complet, comme on l'a fait au Desertfest.
Au tout début du groupe, je lui ai proposé de faire du chant, mais sa position était plus le visuel.

Quelle est la portée de cette scénographie purificatrice , qui s'apparente à une messe ?

Leslie : Moi ça a toujours été un hommage à la mort, assez simplement. La seule certitude que l'on a. Tout ce qui est représenté sur scène illustre cette transe de passage, cet oubli total.

Kirby : C'est ce qu'on retrouve aussi à travers la musique orientale

Leslie : L'idée de la répétition transcendantale. Comme les derviche tourneurs, qui sont dans les projections vidéos live du coup.

Kirby : On a fait le morceau qui s'appelle La Mort pour mettre les choses aux clair.
Mais l'idée de l'ambiance aussi vient de la collaboration.

Leslie : Oui, le premier concert de ATLC, on l'a fait ensemble avec Michel [Kirby] en 2011.

Kirby : Moi, le côté qui me plaît beaucoup, c'est ce côté humain. Comme dit Leslie, ça fait depuis 2011 qu'on fait des concerts ensemble et déjà lui avant était dans la scène et en 2020 en retrouve encore des personnes, c'est une scène qui reste, ce n'est pas une mode. C'est ce qu'on redoute un peu.
On existe depuis 5 ans à peu près, et c'est un aspect qui me donne entière satisfaction.

Ce Unplugged de Ritual Lovers, c'était un one shot ?

Leslie : C'était un one shot demandé par l'AB en fait

Kirby : C'était proposé par l'AB. C'est très stéréotype leur ''AB Sessions'', tu peux vite tomber dans quelque chose de téléphoné.
On a essayé de prendre l'ambiance du concert. Et vu que j'aime tout ce qui est néo-folk, quand on m'a proposé, j'ai testé le morceau chez moi en acoustique., et je me suis dit que ça sonnait bien.
Et là j'ai emmené le groupe dans une zone un peu plus à risque si on peut dire, car il n'y a pas eu de répétitions. Tout le monde est rentré dans le truc, même notre batteur, je lui ai donné deux-trois infos et il a suivi.
Évidemment, il y a eu de la demande après mais, on verra [rires]

Leslie : Les sessions unplugged, c'est quelque chose que j'ai toujours eu envie de faire avec Maia, mon amie et collègue dans ATLC, et cette session là m'a confirmé dans l'idée.

Kirby : Et même le gars de notre label Ván Records m'a dit hier soir qu'il aimerait bien réaliser quelque chose dans cette vibe là. C'était inattendu.

Leslie : C'est vrai que vu que c'était proposé par l'AB, il y avait ce côté plus teasing de concert, on ne s'attendait pas à ça.

Kirby : J'ai été étonné de voir autant de vues en deux ou trois jours, ça a fait un bon buzz. J'ai même blagué en disant que nous allions faire un MTV Unplugged [rires]
Mais encore une fois, on a voulu garder notre signature.




Et ce fût un succès.
Le concert a été transcendantal et hypnotique. L'harmonie entre chaque membre du groupe était totale et l'expérience optimale.

Merci



Photos : Emilie Foudelman
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Reshma Goolamy
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décén...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les con...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...
Française arrivée sur Bruxelles depuis 2015, Reshma écume la scène Doom/Drone/Sludge/Métal et Black Métal avec passion depuis plus d'une décénnie. Littéraire dans l'âme, elle use une plume immersive pour ses live-reports, pour une expérience amplifiée. Vous la croiserez souvent au Magasin 4, au Botanique, à l'AB et à tous les concerts des scènes citées en Belgique. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE