Reportage

Dour Day 3

Dour (Dour Festival), le 15-07-2006

Mardi 1 août 2006

Troisième jour de dour et c'est reparti pour une journée bien remplie !
La grande scène présentait une configuration particulière. En effet, c'était une programmation rock jusque 17h avant de laisser la place au reggae. Et on regrette une fois de plus que les groupes aient du se produire dans cet espace. Des prestations en chapiteau auraient été beaucoup plus torrides. Par ordre d'entrée sur scène, on a pu voir les courtraisiens de Hitch
Hitch


Clique pour voir la fiche du groupe
, toujours aussi à l'aise. Il me semble que le rythme a pas mal baissé, c'est beaucoup plus fin, moins pied au plancher qu'auparavant. Leurs potes de Haymarket Riot
Haymarket Riot
Clique pour voir la fiche du groupe
suivaient avec un punk indie teinté d'émo toujours efficace, mais un peu perdu dans la grandeur de l'espace scénique. High On fire
High On fire


Clique pour voir la fiche du groupe
, c'est du gros son. Et il le reproduisent à merveille sur scène. La composition du groupe avait subi un petit changement, le bassiste habituel, Joe preston, étant en tournée, c'est le quatre corde de chez Zeke qui tenait la basse. Le set de High on Fire fut comme prévu : pied au planche. Plus Motörhead que stoner rock mais avec une belle efficacité. Les vétérans de Mudhoney
Mudhoney


Clique pour voir la fiche du groupe
m'ont fait penser au temps qui passe. Réentendre les vieux classiques, cela frise la nostalgie ! mais c'est vraiment agréable de voir ces musiciens qui n'en ont plus grand-chose à foutre du cirque rock and roll prendre simplement plaisir à jouer ensemble. Le sourire de Mark Arm en sortant de scène valait tous les discours. Enfin, je trouve trise que les centaines de jeunes avec des tshirts Nirvana n'étaient pas présent pour voir ces légendes du grunge. A quand un petit cours d'histoire du grunge !
Au niveau massacrés belges, The dancing naked ladies
The dancing naked ladies
Clique pour voir la fiche du groupe
ont ouvert la deuxième scène en plein air. Ce fut vraiment pas mal du tout. Le groupe est bien en place et son indie rock prend maintenant vraiment une belle énergie en live.
Au niveau de la scène hardcore, j'ai pu voir deux bons groupes. Tout d'abord les gallois de Taint
Taint
Clique pour voir la fiche du groupe
avec un stoner rock and roll très bon et joué avec les tripes. Pas évident pour le groupe qui jouait à midi devant un parterre peu au courant de ce qu'ils voyaient. Une fois de plus, les anglos saxons nous montrent qu'ils savent comment on doit rocker ! les suédois de The Haunted
The Haunted


Clique pour voir la fiche du groupe
perpétuent la tradition bien ancrée du métal suédois. C'est donc bourrin, très métallisé et sans nuance. Un rouleau compresseur ! mais ça fait vraiment du bien !
On retiendra encore de cette riche journée la classe de 31 Knots
31 Knots


Clique pour voir la fiche du groupe
. Même si je n'adhère pas à leur musique sur certains points (chant aigu, rythmique parfois un peu dub), il faut bien avouer que c'est une véritable machine de guerre sur scène. Pas un break à côté, les musiciens jouent sans se regarder et ça déroule. Très fort.
On notera une des plus belles prestations du festival avec Fennesz
Fennesz
Clique pour voir la fiche du groupe
. Seul derrière son laptop (eh oui, je ne susi pas un taliban de la guitare), le bonhomme alterne murs du son et passage ambiant très éthérés. Le tout donne la chair de poule ! la journée se clôturera doucement en compagnie des écossais d'Arab Strap. Ils sont débonnaires et lachent leur indie rock mélancolique avec un flegme approprié. Une bonne soirée musicale avec pas mal de choses différentes.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE