Reportage

Deap Vally : Girls Just Want To Have … Fuzz !

Bruxelles (VK concerts), le 23-09-2016

Lundi 3 octobre 2016



Elles avaient défrayé la chronique il y a trois ans en sortant « Sistrionix », un premier album de garage rock furieux… Les demoiselles de Deap Vally
Deap Vally


Clique pour voir la fiche du groupe
sont de retour avec une nouvelle galette, « Femejism », et continuent sur leur lancée en balançant une sauce blues-rock particulièrement efficace ! Par chance, leur tournée faisait halte au Vk et nous étions sur place pour observer ce curieux phénomène ! Attention, on vous prévient : les Thelma et Louise des années 2010 manient la pédale fuzz mieux que quiconque !


C’est au groupe belge A Supernaut
A Supernaut


Clique pour voir la fiche du groupe
que revient la lourde tâche d’inaugurer cette soirée. Les influences du trio semblent être assez larges et l’on sent cette envie de brasser énormément de périodes et d’explorer le rock de fond en comble avec des éléments psychédéliques, pop, stoner voire même soul par moment. On ne peut s’empêcher de sourire à la vue du chanteur/guitariste semblant possédé par le démon du rock ! Regard hypnotique, mouvements brusques, chant plaintif : nous ne sommes plus très loin des catacombes. Mention spéciale au combo pour son groove entraînant et ses lignes de basse efficaces. On les retrouvera en première partie de La Muerte
La Muerte


Clique pour voir la fiche du groupe
au Centre Culturel René Magritte à Lessines le 15 octobre prochain.

Elles ont beau être deux sur scène, la puissance et l’énergie déployées par les Californiennes de Deap Vally
Deap Vally


Clique pour voir la fiche du groupe
vont s’avérer ravageuses et ce, dès l’intro Little Baby Beauty Queen avant que les riffs saignants du rapide et accrocheur For My Body ne nous démontrent immédiatement leur agressivité maîtrisée. On se prend le single Gonna Make My Own Money en pleine poire : le son est fort, direct et pour Gonnawanna, qui nous dévoile la face la plus pop du duo, la voix de Lindsey Troy (la brune) est intense. Très vite, cette dernière ne se privera pas de réclamer l’un ou l’autre remontant offert gracieusement par des membres du public. La vitesse et le rythme ne retombent cependant pas, même avec l’arrivée de nouveaux morceaux tels que Smile More qui présente de puissants et excitants riffs et peuvent être accompagnés par un chant colérique ou plaintif comme sur Julian. Julie Ewards (la blonde aux reflets roses) cogne brutalement sa batterie et ne laisse aucun moment de répit aux fans grâce à ses chœurs intenses.

À la moitié du show, le groupe demande à une de leurs amies de monter sur scène afin d’interpréter quelques morceaux dont Raw Material avant que l’on ne reparte pour une série de chansons frénétiques telles que Lies embelli par les frappes lourdes de Julie, Six Feet Under à l’atmosphère sombre ou encore Grunge Bond mettant en évidence leur amour pour la pop mélodique. Dernier baroud d’honneur avec Heart Is An Animal avant un rappel soutenu et réclamé de vive voix par une foule plus que conquise par le show proposé. Les bad girls reviennent pour trois cinglants titres que sont Baby I Call Hell, le dévastateur Walk of Shame et le déjà culte et triomphant Royal Jelly qui solde le concert par une explosion de décibels.

Il n’aura fallu que 70 minutes au duo pour mettre une nouvelle fois tout le monde d’accord. Des titres enflammés à la guitare fuzzy, des riffs heavy et stoner, une batterie cogneuse et un chant ravageur sont d’autant d’éléments propres au son de Deap Vally
Deap Vally


Clique pour voir la fiche du groupe
qui semble avoir découvert le rythme de croisière idéal. Nul doute qu’il faudra miser sur elles à l’avenir car le tandem Troy/Edwards nous a mis KO en moins de deux. Qui pourra arrêter la machine infernale ?

Remerciements au Vk
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Panda
Mordu de concerts depuis de nombreuses années, Panda aime écumer les salles, clubs et festivals de tout le pays. Bibliothécaire-documentaliste, pas...
Mordu de concerts depuis de nombreuses années, Panda aime écumer les salles, clubs et festivals de tout le pays. Bibliothécaire-documentaliste, passionné d'Histoire, de théâtre, de bande dessinée et de football, il est très (voire trop) éclectique dans ses goûts musicaux (metal/rock mais aussi pop, folk, new wave, electro). Il a rejoint l...
Mordu de concerts depuis de nombreuses années, Panda aime écumer les salles, clubs et festivals de tout le pays. Bibliothécaire-documentaliste, passionné d'Histoire, de théâtre, de bande dessinée et de football, il est très (voire trop) éclectique dans ses goûts musicaux (metal/rock mais aussi pop, folk, new wave, electro). Il a rejoint l'équipe de SMA en février 2016 en tant que chroniqueur de concerts désireux de partager ses expériences live ! ...
Mordu de concerts depuis de nombreuses années, Panda aime écumer les salles, clubs et festivals de tout le pays. Bibliothécaire-documentaliste, passionné d'Histoire, de théâtre, de bande dessinée et de football, il est très (voire trop) éclectique dans ses goûts musicaux (metal/rock mais aussi pop, folk, new wave, electro). Il a rejoint l'équipe de SMA en février 2016 en tant que chroniqueur de concerts désireux de partager ses expériences live ! ...
Mordu de concerts depuis de nombreuses années, Panda aime écumer les salles, clubs et festivals de tout le pays. Bibliothécaire-documentaliste, passionné d'Histoire, de théâtre, de bande dessinée et de football, il est très (voire trop) éclectique dans ses goûts musicaux (metal/rock mais aussi pop, folk, new wave, electro). Il a rejoint l'équipe de SMA en février 2016 en tant que chroniqueur de concerts désireux de partager ses expériences live ! ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE