Reportage

Stick To Your Guns : l'interminable ascension

Bruxelles (Ancienne Belgique), le 26-11-2017

Mercredi 29 novembre 2017

Une fois n’est pas coutume, c’est par Bruxelles et sa magistrale Ancienne Belgique qu’une tournée hardcore va passer. Cette tournée automnale n’est pas n’importe laquelle, car 2 des groupes les plus émergents de cette scène s’allient ensemble.
Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
en soutien à Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
, 2 groupes très populaires appuyés par First Blood
First Blood


Clique pour voir la fiche du groupe
et Silent Planet
Silent Planet


Clique pour voir la fiche du groupe
: belle affiche en perspective.


Ma soirée débute tôt, mais surtout après avoir attendu Karl, frontman/chanteur de First Blood
First Blood


Clique pour voir la fiche du groupe
pour une interview à sa table de merch. L’AB s’est ouverte sans barrière, chose assez rare, mais plaisante vu le style de ce soir.

Il est 18H40 lorsque les 4 gars de San Francisco viennent réveiller les kids bruxellois. Fort d’une grosse expérience de 15 ans et d’avoir écumé les petits clubs comme les gros festivals, ils n’auront cependant pas eu la tâche facile. Il y a un peu de monde, mais le style « HxC brut » n’a pas l’air connu de tous, en tout cas sans échauffement difficile de répondre aux appels à mosh et two-steps de Karl. Il faudra du temps pour que, timidement, une dizaine de personnes ouvre le pit. Pourtant, First Blood résume parfaitement l’énergie du true hardcore US, et les titres de Rules font bien mal. 25 bonnes grosses minutes, malgré le public un peu mou. Le ton est donné !

On a à peine 15 minutes pour se préparer à Silent Planet
Silent Planet


Clique pour voir la fiche du groupe
. La fosse s’est bien densifiée pour ce groupe de metalcore aux influences (attention) : post-metal, djent, ambient et progressif. Il est difficile de rentrer dans le set lorsque l’on ne connaît pas, surtout quand on découvre complètement comme une grande partie du public apparemment. Musicalement ces 4 Américains maîtrisent leur sujet, parfois le son reste un peu brouillon certes, mais la performance ne fait pas pâle figure.

Le public est à l’écoute et applaudi bien entre les titres, la demie heure restera sur le ton de l’écoute/découverte/interrogation. Une chose est sûre, Silent Planet
Silent Planet


Clique pour voir la fiche du groupe
est à revoir dans un meilleur contexte !

Maintenant place aux choses sérieuses. Récemment passé indépendant et donc avec un album à la sortie retardée, Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
vient présenter son 4ème LP – Waiting For Morning To Come – sorti il y a quelques mois. Le lightshow minimaliste mais travaillé rend bien, comme la qualité du son. Le set débute sur le trio des nouveautés : OkBlack And BlueDissolve. L’ambiance plus pop se résume par de nombreux sings-alongs et stage diving, et dès que d’anciens titres surgissent le pogo se lance sans hésitations.

Sans surprise, car publié sur Spotify avant, la setlist n’étonne pas grand monde. Le show est (trop) carré dû à tous les samples des nouveaux titres, mais sur scène les 5 gars sont bien concentrés et le chanteur en totale communication avec le public et lui-même. How We Both Wondrously Perish est aussi mis à l’honneur avec 4 morceaux sur 10. Le temps passe assez vite, même si une partie de la foule n’est là que pour attendre les stars de la soirée.

Aucun des interludes du nouvel album n’est à signaler en live pour le moment, dommage, tout comme le fait de ne jouer aucune chanson de l’album éponyme, tout comme les vieux hits. Les 45 minutes se terminent sur le titre le plus long du groupe - « The Hardest Part Is… » - rallongé par Joel qui prend une guitare et décide de finir le morceau comme une outro. Un groupe chaleureusement applaudi, un public chaleureusement remercié et voilà. Résultat : bon, mais on peut espérer mieux de la part de Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
, ainsi que plus naturel qu’un show aussi millimétré.

Voilà donc enfin la dernière attente de la soirée, et surtout première fois pour Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
à Bruxelles ! Malgré l’inflammation des cordes vocales du chanteur, le groupe a décidé de maintenir le reste des dates ; seul bémol : on passe de 17 à 13 chansons. Avec 1H10 prévue de base on passera donc sous le cap fatidique de l’heure.

Il est alors 21H15 lorsque le message vocal de la mère de Jesse – l’intro de l’album True View - résonne dans une AB qui n’attend que d’en découdre. Rien que le duo 3 Feet From Peace suivi de Married To The Noise retourne l’avant de la salle, un gros pogo et des stage-dive à gogo font monter la température de quelques degrés. Au final la fosse (seule partie accessible) est quasi complète en plus, de quoi bien faire honneur à cette belle tournée. Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
est aussi venu présenter son nouvel album sorti il y a un mois, et on a bien droit à ces nouveaux morceaux musclés lors de ce concert.

Disobedient revient après ça avec les puissants Nobody et What Choice Did You Give Us ? On se jette sur scène et dans les micros, la salle donne de la voix avec sincérité, tout comme le pit. Comme à leur habitude, les Californiens donnent tout ce qu’ils ont. Même si le fond de la salle à l’air impassible, la communion est totale devant lors de Such Pain, You Are Free, Nothing You Can Do To Me ou Doomed By You.

Better As Than Dust reste bien représenté avec les touchants Better Ash Than Dust et The Suspend, même si entendre un peu plus de Disobedient ou Diamond n’aurait pas été de refus. Après presque 45min de concert, le frontman/speechman Jesse, fait son quotidien discours engagé à la suite du beau a cappella de The Suspend. Il n’est donc pas chanter les chansons acoustiques prévues, à savoir Left you Behind et The Reach For Me : « Forgiveness of Self ».

Il est donc l’heure de la dernière partie du concert, composée par le duo AmberAgainst Them All. Bruxelles donne ses dernières ressources, surtout quand Jesse invite à envahir la scène pour la fin de morceau et qu’il ne se jette en slam de la batterie pour l’ultime refrain/breakdown.
©Jaqen Hghar

On n’aura pas eu droit à un concert complet, mais STYG aura encore une fois assuré le show avec une voix qui a tenu bon (sans prendre de risque en évitant le chant clair). Stick To Your Guns se hisse toujours plus haut musicalement et scéniquement, même sans des classiques comme We Still Believe ou Bringing You Down.

Il ne reste que 2 choses à espérer : que Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
reviennent en force avec un show de tête d’affiche et parviennent à tenir de longs concerts. Mais aussi que l’AB nous programme plus de hardcore, et ce sans barrières !

Galeries photos par Laurent Burnier à retrouver sur le site.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
16
AUTEUR : Clément
Etudiant en communication et journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur ...
Etudiant en communication et journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire ente...
Etudiant en communication et journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plai...
Etudiant en communication et journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en communication et journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE