Reportage

T’es pas venu au Damned Soul Fest ? T’as loupé un truc ! Fred et moi, on y était.

Bomal-sur-Ourthe (Le Confluent), le 19-01-2019

Dimanche 20 janvier 2019

Oui, je sais, pour certains, Bomal et/ou la province de Luxembourg c’est le trou de cul du monde.
Oui, ça caillait (-7°) et il fallait faire gaffe sur les routes.
Oui, tu te lèves tôt le dimanche matin pour prendre soin de ton corps sur un vélo ou en compagnie de tout autre engin de torture.
Oui, ça se pourrait que, le 19 janvier 2019, tu aies encore des obligations familiales à remplir pour la nouvelle année mais on n’y croit pas trop.
Donc, en route pour le Damned Soul Fest, le premier festival metal de l’année. Et déjà la deuxième édition.



C’est donc à Bomal que ça se passait, à la salle Le Confluent, un peu plus loin que le Sassin (Durbuy Rock Festival).
Prix très démocratique. Tu vois 10 groupes (Coalition
Coalition


Clique pour voir la fiche du groupe
, Blackest Sunset
Blackest Sunset


Clique pour voir la fiche du groupe
, Alwaid
Alwaid


Clique pour voir la fiche du groupe
, Oddism
Oddism


Clique pour voir la fiche du groupe
, Catarrhal
Catarrhal


Clique pour voir la fiche du groupe
, Lifers
Lifers


Clique pour voir la fiche du groupe
, Drakwald
Drakwald


Clique pour voir la fiche du groupe
, Lamiral
Lamiral


Clique pour voir la fiche du groupe
, Reject the Sickness
Reject the Sickness


Clique pour voir la fiche du groupe
, Oldd Wvrms
Oldd Wvrms


Clique pour voir la fiche du groupe
) pour 14€ en prévente ou 18€ sur place. Donc, même si, comme moi, tu ne viens pas à l’ouverture des portes à 13h, ton portefeuille ne tourne pas de l’œil.
C’était blindé, d’ailleurs, salle comble. 249 entrées précisément. Fallait pas une de plus, ça aurait pué grave la transpiration masculine. C’est bien connu, les filles sont plus propres et il y avait une majorité de mecs, pas de chance.

Le DSF c’est Mathieu Addonisio et « une équipe de bénévoles en béton armé » comme il dit.
Il me semble que le Mathieu, il est connu comme Barabbas et fort apprécié (plus que Barrabas sur ce point-là). J’ai rencontré plusieurs personnes, dont mon cousin Olivier que je n’avais plus vu depuis dix ans, qui ne sont pas fans de metal mais qui sont venues juste pour lui faire plaisir.
Plein de monde donc et une ambiance super sympa. La salle est bien équipée au niveau de l’éclairage et du son. Tout s’enchaine très bien. Rien à redire.

Entre les concerts, je papote, je colle des autocollants Shoot Me Again un peu partout, je rigole, je revois des gens, je comprends rien parfois à ce que certains me racontent mais bon… Je ne suis visiblement pas la seule à passer une bonne soirée.
Kevin aussi passe un festival dans la joie et la bonne humeur. « C’est agréable, dit-il, je découvre des groupes mais c’est un peu trop linéaire pour moi au niveau de la programmation. »
Quand à Nancy, elle a aimé certains groupes, d’autres non. « Mais l’ambiance est super et franchement c’est cool ! »



Au niveau de l’affiche, j’ai pas compris un truc. Lamiral
Lamiral


Clique pour voir la fiche du groupe
était annoncé comme tête d’affiche et jouait en 8e place sur 10. Pour moi ce n’est donc pas une tête d’affiche. De plus, on sent que le groupe a du potentiel, les gars ont de l’expérience chacun de leur côté, c’est indéniable, mais la nouvelle formation n’a pas (encore) l’habitude de jouer ensemble. Un tour de chauffe en quelque sorte. À revoir dans quelques concerts.

Perso, j’ai carrément flashé, non sur le bonnet d’Oli, mais sur la musique d’Oldd Wvrms
Oldd Wvrms


Clique pour voir la fiche du groupe
. J’en avais beaucoup entendu parler et il était temps que je vois ça de mes propres yeux. On m’avait dit que c’était une musique déprimante mais j’ai pas trouvé. Une musique lourde, envoutante avec quelques touches de musique classique parfois (oui, d’accord, il y a des effets, mais moi j’aime bien). Tout bon pour terminer la soirée.
Et n’en déplaise à certains, Oli n’était pas bourré !



Un peu plus tôt dans la soirée, l’affiche proposait aussi un show strip-tease. Bon, parlons-en !
L’idée de faire quelque chose de différent entre deux groupes est sympa. Le show piercing de l’année dernière était vraiment chouette. Ici, ça m’a moins plu.
Il y avait un strip masculin et un féminin. Le mec termine à poil en-dessous d’une longue chemise ouverte. On ne voit rien. La fille termine à poil aussi dans de longues bottes. On voit tout. Allez comprendre. Oui, ok, je suis un peu féministe sur les bords. Ça m’a mis un peu mal à l’aise de prendre en photo cette demoiselle nue, dans ce contexte, avec des mecs qui crient « à poil ». Oui, oui, du calme, c’est le principe ! Une lumière plus tamisée pour rester plus dans le suggestif aurait peut-être modifié mon impression. Pour la prestation du mec, c’était très cliché et sans grand intérêt pour moi.
En allant aux toilettes, je demande à un groupe de filles ce qu’elles ont pensé du strip-tease. L’une d’elles me répond « Ah, c’était vous ? ». Euh, vous êtes gentilles, mais non lol. Elle m’a bien fait rigoler, celle-là ! Bref, une fois qu’elles ont compris qui j’étais et pourquoi je leur posais cette question, elles m’ont répondu que le show de l’homme était trop court. Une autre fille a trouvé ça carrément nul et une autre encore se demandait ce que ça faisait dans un festival metal. Les mecs interrogés ont trouvé les strip sympa mais j’ai senti une certaine retenue dans leurs réponses. Hmhm.

J’ai encore noté quelques petits trucs qui ont retenu mon attention.
La dernière bière sans alcool a été servie à 20h. Vu l’état de certains, on pourrait en tirer des conclusions mais je vais m’abstenir ????
L’orga proposait aussi un putain de burger vegan. A tomber par terre. Je veux bien la recette !

Quand j’ai demandé à Mathieu s’il y aurait une 3e édition, il m’a répondu « surprise ». Je prends les paris que oui !

Fred, quand tu auras fini avec tes pédales, tu posteras tes galeries photos ?
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE