Article

Liberté d’expression : faut-il séparer l’artiste de son œuvre ?

Mardi 2 juillet 2019

Ça vous dérange d’écouter un mec ou une nana chanter la haine de l’autre et propager des idées nazis?
Ça vous choque qu’un membre d’un groupe que vous venez de voir sur scène participe au massacre de baleines dans les îles Féroé ?
Et si un des musiciens du groupe dont vous êtes fan a été reconnu coupable du meurtre de sa femme, vous en pensez quoi ?



Peut-on tout dire ? Tout chanter ? Tout faire ?
Nous, on s’est sérieusement posé la question lors du Durbuy Rock Festival d’avril dernier avec Tyr
Tyr


Clique pour voir la fiche du groupe
. On a élargi la réflexion aux groupes ou musiciens catalogués par certains de racistes (Disma, Eagles Of Death Metal
Eagles Of Death Metal


Clique pour voir la fiche du groupe
, Phil Anselmo, etc.) qui sont retirés de plusieurs affiches. À la scène oi !. A des cas comme As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
annulé, cette année, au Resurrection Fest parce que plusieurs festivaliers n’ont pas toléré que le chanteur, Tim Lambesis, ait tenté de faire assassiner son ex-femme.
On a donc réuni notre grand conseil pour en discuter autour d’un barbecue chez notre chef Erik et c’était pas facile d’en sortir un avis commun tant le sujet est vaste et porte à discussion et questionnement.
Mais comme on aime bien sortir de notre zone de confort, on a creusé la question.

« La liberté d’expression n’annule pas les conséquences »

Donc, revenons au Durbuy Rock, au samedi 13 avril 2019 plus précisément, où Tyr
Tyr


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est produit vers 20h30. Le fait est connu, le chanteur du groupe de folk metal danois, Heri Joensen, participe au grindadrap c’est-à-dire au rabattage et au massacre de cétacés aux îles Féroé. Lui, il dit que la chasse à la baleine fait partie de sa culture et qu’il n’est pas interdit de chasser et de manger des baleines sur les îles Féroé.
Aussi, à travers des chansons comme « Grindavísan », le groupe ferait l'apologie du grindadrap mais j’avoue que je n’ai pas pu vérifier, Google traduction n’étant pas au top avec le danois.

Bref, moi, je trouve ça dérangeant. J’ai d’ailleurs quitté le fest lors du concert et emmerdé un peu (beaucoup) l’équipe de SMA présente pour qu’on ne publie ni texte ni photo à propos de ce groupe.
Depuis des années, Sea Shepherd Belgique est présent au Durbuy Rock Festival. « Bien que le concert de Tyr
Tyr


Clique pour voir la fiche du groupe
n'ait finalement pas été annulé,
explique Tom de Sea Sheperd, nous n’avons pas non plus été limités dans nos actions. Ainsi, par respect pour l’organisateur du DRF, il a été décidé de ne pas agir de manière offensive pour éviter d’éventuels débordements de violence. Par contre, plusieurs volontaires de Sea Shepherd ont mené différentes actions de sensibilisation au cours de la journée. L’un des membres du groupe s’est senti obligé de demander de la sécurité supplémentaire face à notre soi-disant « menace terroriste ». La liberté d'expression n'annule pas les conséquences. Ceux qui encouragent les abus, la cruauté et la destruction de vies auxquels ils participent activement ne devraient pas être surpris lorsque les défenseurs de la vie et de la nature s'y opposent. »



D’une manière générale, les artistes metal jouissent d'une liberté d'expression importante. C’est ce que m’explique Nicolas Benard, auteur et spécialiste du metal. Il cite l’exemple des groupes très agressifs envers le christianisme qui peuvent propager leur critique sans grande difficultés. Deicide
Deicide


Clique pour voir la fiche du groupe
pour ne citer qu’un. Idem pour certains groupes de black metal.
« Je n'ai jamais entendu, chez les artistes metal, de propos racistes et/ou négationnistes, poursuit Nicolas. Au contraire, cette scène s'est construite autour de la diversité et l'on voit bien, au travers de l'apport des différentes cultures (blues, hip hop, folk, électro, etc.), que le metal est un univers ouvert, absolument pas xénophobe. Cette ouverture se reflète aussi dans les festivals qui accueillent et fédèrent des artistes et des fans du monde entier, de toutes les cultures. Les faits divers que tu rappelles ne sont absolument pas constitutifs de cette subculture. »

Une scène gangrenée ?

Pourtant, d’après le blog Veille Antifa Liège, la scène wallonne est gangrenée par les supporters du metal national socialiste.
« Lorsque des personnes antifascistes font concrètement barrage aux extrêmes-droites, on entend alors des réactions outrées de « démocrates », sincères ou hypocrites selon les cas », peut-on lire sur le blog. Veille Antifa Liège souhaite que les asbl ou propriétaires de salles ne se fassent pas leurrer par ce milieu national socialist black metal qui agit sous le couvert de la liberté culturelle.
Comment, face à cette tendance nauséabonde, réhabiliter le metal en général, et le black metal en particulier, qui ont toujours été des musiques désobéissantes et critiques du pouvoir en place ?
Veille Antifa Liège me confie également savoir que des personnes, de plus en plus mal à l'aise dans la scène metal, préparent l'organisation de soirée metal antifasciste.

Xavier de la Péniche Legia a dû annuler un festival pour cause de comportement d’extrême droite. « C’est un organisateur de concerts qui m’a prévenu avec un dossier complet sur les groupes et les labels, etc. J’ai surtout voulu éviter la bagarre générale. Je n’ai pas vraiment le temps de chercher ni même d’écouter ce que font les groupes. Je suis pour la liberté d’expression même si les mensonges sont inacceptables. »



Bigjo, membre du 6K Fest à Liège, se rappelle qu’en novembre 2015, le 6K a annulé le concert de Slaughter to Prevail
Slaughter to Prevail


Clique pour voir la fiche du groupe
, groupe russe soupçonné d’entretenir des accointances avec l’extrême droite, notamment à cause d'un tatouage sur le coude du chanteur. Bigjo n’était pas d’accord pour annuler ce concert. Il s’explique. « C’est une cabale montée de toutes pièces par un noyau dur « antifasciste » de Liège et ça a pris une ampleur énorme à cause des réseaux sociaux. Sans oublier les menaces que certains membres du 6K ont reçu contre leur famille. Pour moi, on est à la limite d’un comportement terroriste. On a tous le droit de dire ce qu'on pense même si ce sont des idées de merde. Libre aux gens de ne pas écouter. Museler les gens pour leur idées, ça reste une activité fasciste en fin de compte non? »

En 2016, Phil Anselmo (ex Pantera
Pantera


Clique pour voir la fiche du groupe
, leader actuel de Down
Down


Clique pour voir la fiche du groupe
) a hurlé un « white power » en faisant un salut nazi. Après, il a dit « sorry, les mecs, j’étais saoul ». Suite à cet incident, plusieurs festivals ont annulé le groupe dont le FortaRock qui précise. « Nous avons annulé la représentation en raison de ses actions racistes alors qu’il était ivre. Nous croyons en la liberté d’expression mais cela ne signifie pas que vous pouvez tout faire sans conséquence. Nous avons aussi reçu des commentaires quand nous avons booké Tyr
Tyr


Clique pour voir la fiche du groupe
et Watain
Watain


Clique pour voir la fiche du groupe
. Mais nous croyons que c’est tout à fait dans les limites, bien que chacun puisse avoir sa propre opinion. »


Plus récemment, en juin 2019, le Schild und Schwert Festival en Allemagne a été à la une de la presse quand les habitants d'Ostritz se sont emparés du stock de bière de l’unique supérette du village pour protester contre la tenue de cet événement qualifié par certains de « rassemblement néonazi ».
« La musique est une expression de l’art. Normalement, nous avons la liberté artistique en Allemagne, explique Thorsten du Schild und Schwert Festival. Mais cela est limité par les lois. Nous devons organiser le festival pour un public âgé d’au moins 18 ans sinon nous pourrions avoir des problèmes juridiques. Nous pouvons célébrer notre festival sans alcool, les pubs d’Ostritz sont ouverts. Malheureusement, les dirigeants ne comprennent pas que la musique est apaisante. Vous pouvez calmer votre agressivité en faisant de la musique ou en écoutant de la musique. Qu’y a-t-il de mal à faire la fête et à chanter? »



La musique avant tout ?

Manu (e.a. NCID
NCID


Clique pour voir la fiche du groupe
, Nervous Chillin’
Nervous Chillin’


Clique pour voir la fiche du groupe
, Hell-o-Tiki
Hell-o-Tiki


Clique pour voir la fiche du groupe
, Motueka
Motueka


Clique pour voir la fiche du groupe
, Faust Project
Faust Project


Clique pour voir la fiche du groupe
) ajoute qu’en Belgique francophone, la diffusion de la musique anglo-saxonne a une très grande place, même si la plupart des gens ne comprennent pas ce qui est raconté dans ces chansons. Selon lui, l’art doit être libre, que l'on soit en accord ou pas avec le message qui est transmis, la liberté de celui qui créée ne doit jamais être mise à mal. « Dans Nervous Chillin’, poursuit-il, le mot d'ordre était pas de discussion ni d’allusion politique car les avis des uns et des autres étaient trop opposés. J’ai mal vécu ça. Avec le recul et plus d'expérience, je n'aurai jamais dû faire ce genre de compromis. Mais cela m'a permis de refuser certaines propositions parfois très lucratives pour ne plus avoir ce genre de problèmes de conscience. »

Vincent, fan de metal, regrette de ne pas être bilingue pour pouvoir comprendre les paroles mais, pour certains groupes, il fait souvent des recherches de traductions car il aime mettre une histoire sur la musique. « Pour les polémiques, folies et idées des artistes, poursuit Vincent, je n'y prête guère attention, la musique passe avant tout sauf évidemment s'il y a un défilé sur scène de flamingants aux bras tendus, je n'accepte pas. Si j'étais sensible à tous les dires et actes, je ne serais pas fan de Burzum
Burzum


Clique pour voir la fiche du groupe
et de son charismatique Varg Vikernes au passé tordu. »


Mathieu aussi essaye de se renseigner sur les groupes qu’il écoute en évitant de coller des étiquettes trop facilement. « Rammstein
Rammstein


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Laibach
Laibach


Clique pour voir la fiche du groupe
ont des images extrémistes de droite qui leur collent à la peau alors qu'en réalité ces types sont tous de gauche,
précise le fan. Ils ne passent pas leur temps non plus à démentir les rumeurs, ceci dit. J'ai vu Phil Anselmo plusieurs fois, par exemple, mais avant son fameux salut nazi. Du coup, je ne suis pas allé le voir cette année au Hellfest. »

Pour terminer, je vous avoue que je n’ai pas de réponse tranchée sur le sujet. Certains faits et paroles sont pour moi plus sensibles que d’autres, en fonction de ma sensibilité qui est sans doute différente de la vôtre.
J’aurais tendance à dire qu’il faut interdire les groupes et musiciens qui ne respectent pas le vivant et qu’il ne faut pas séparer un musicien ou une musicienne de son œuvre. Un artiste est un personnage public qui propage des propos, encore plus à notre époque hyper connectée. Propos qui peuvent être entendus par le monde entier. On est loin d’une discussion avec quelques amis au coin d’un bar ou dans un lit avec son amant après une partie de jambes en l’air.
Mais j’ai un problème avec le fait qu’interdire à certains de s’exprimer c’est aller contre le principe même de la liberté d’expression. Elle ne peut pas être à deux vitesses.
La discussion reste ouverte...

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE