Chronique

INQUISITION
Magnificent Glorification Of Lucifer

image
Season of Mist

12 titres - 49 minutes
Sorti le 23-03-2015


image
Jeudi 23 juillet 2015

Album numéro trois pour Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
, et naturellement réédition numéro trois pour Season of Mist . Tout comme ces prédécesseurs, Magnificent Glorification Of Lucifer fascine et continue à faire parler de lui après toutes ces années tant il poursuit cette quête vers un son froid, distant, irréel – un véritable rituel proche de la transe. Alors que Invoking The Majestic Throne Of Satan n’égalait peut-être pas la majesté infernale de leur premier album (Into the Infernal Regions of the Ancient Cult), il restait néanmoins un brûlot qui montrait comment Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
avait su sculpter son propre monstre tout en s’inspirant de Mayhem
Mayhem


Clique pour voir la fiche du groupe
, Bathory, Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
, Samael
Samael


Clique pour voir la fiche du groupe
voire Root
Root


Clique pour voir la fiche du groupe
. A nouveau, ce nouvel effort (à l’époque) ne pouvait rivaliser en terme de révélation néfaste avec l’épique premier album, et comportait lui aussi quelques défauts, mais il reste clairement un manifeste hypnotique d’un groupe captivant en pleine construction – consolidation de SON son.

Si nous êtes nouveau en terre inquisitienne, vous serez probablement frappé par le dynamisme remarquable latent dans chaque morceau. Débutant à coups de blasts bien extériorisés, bientôt complétés par des accords rythmiques dissonants et déformés, Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
embraye ensuite sur une section doomy prononcée, où un riff plus cohérent et à moitié mélodique s’épaissit à l’aide d’une percussion envoutante. Avec à la clé un résultat qui fait frissonner ; ce qui sera en quelque sorte votre lot pour la suite de l’album.

Evidemment vous serez saisis aussi par les vocaux de Dagon. Ces croassements ressemblent toujours autant à un robot programmé davantage qu’à un humain – exacerbant ainsi son détachement démoniaque et infernal. Sur Under The Black Inverted Pentagram il alterne son chant type avec ce que produirait un drone cybernétique inhumain. A la différence du premier album, ce type de vocaux est utilisé avec plus de parcimonie, ce qui renforce son emphase et sa dimension.

Les fans de toujours remarqueront des chansons plus consistantes, proposant davantage de variation de tempo et des riffs plus prononcés. De quoi montrer que, l’expérience venant, Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est aussi amélioré techniquement parlant, sans pour autant chercher à jouer de complexité ou de trop grande technique. Avec ce duo, il est toujours question d’atmosphère et de feeling avant tout. Un aspect que l’on retrouve notamment au niveau de jeu d’Incubus à la batterie, toujours au service des chansons avant tout, et non de quelconque démonstration stérile.

Quel dommage en revanche que le groupe se soit laissé aller avec cette outro de 13 minutes, entre coassement de grenouilles, silence et autres bruits blancs. Impossible également de ne pas signaler l’évident sentiment de répétitivité qui peut nous parcourir (surtout dans le cadre de rééditions si rapprochées), même si des titres comme Baptized in Black Goat Blood, Crush the Prophet ou Under the Black Inverted Pentagram captivent et amènent cette sensation si étrange propre à Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
. Encore une belle réussite.


Tags : 1349 black metal metal atmospheric metal bathory behemoth darkthrone immortal in
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE