Chronique

THE OCEAN
Phanerozoic I Palaeozoic

image
Metal Blade Records / Pelagic Records

Sorti le 02-11-2018


image
Mercredi 7 novembre 2018

Amateur d'albums conceptuels, souvent déclinés en deux volumes, Robin Staps, la tête pensante de THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
n'en est donc pas à son premier coup d'essai. Si son projet a commencé comme un véritable collectif où de nombreux intervenants s'ajoutaient et s'en allaient au gré des premiers albums et des rencontres, on a cru, et son créateur également, que THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
était en passe de devenir un véritable groupe. Le double volume Heliocentric - Anthropocentric a d'ailleurs été pensé dans ce contexte et cette optique. Suite à plusieurs remaniements de musiciens que l'on pensait stabilisés autour de Robin Staps, THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
revient à ses origines et revendique de nouveau cette formule participative du collectif.

On sait que les racines de THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
sont Metal même si graduellement la musique du collectif a fortement évolué depuis Fluxion et Aeolian, notamment en s'habillant d'atours plus progressifs et atmosphériques. Ce n'est par conséquent pas sans une certaine logique que Robin Staps est fier de pouvoir compter sur Jonas Renkse de KATATONIA
KATATONIA


Clique pour voir la fiche du groupe
comme invité de choix pour les parties vocales sur Devonian Nascent, lui qui est un grand amateur de l'album The Great Cold Distance des Suédois.

C'est en Islande que le processus d'enregistrement a débuté. Robin Staps a travaillé avec Julien Fehlmann, ingé-son accoutumé du travail de THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
, dans le studio de SIGUR ROS
SIGUR ROS


Clique pour voir la fiche du groupe
.

D'ailleurs si vous connaissez la discographie de THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
, vous aurez surement constaté que tant l'artwork que l'intitulé de l'album renvoient et font penser à Precambrian, l'album qui a propulsé le projet là où THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
se situe musicalement depuis. Et avec Robin Staps, rien n'est dû au hasard même si parfois l'homme n'est pas toujours facile à suivre ou à percer dans ses visions. Il reprend donc la ligne du temps vieille de plusieurs millions d'années qu'il a commencé à explorer et intercale très logiquement cette nouvelle ère après Precambrian mais avant Heliocentric/Anthropocentric.

A plusieurs reprises, Phanerozoic I laisse à nouveau entrevoir une écriture à partir du piano. Un exercice que s'est imposé à Robin Staps depuis près de 10 ans maintenant. Les débuts de THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
avaient permis de découvrir un projet innovant qui n'hésitait pas à prendre des risques et à casser les codes de genres pour remodeler son ADN. Depuis Precambrian, THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
s'est toutefois quelque peu enfermé dans un concept qu'il déclinait tout au long d'albums pointus et détaillés. Son évolution s'est faite moins marquante malgré des disques brillants.

Voilà pourquoi sans doute Phanerozoic I donne cette impression de stagnation. Une impression d'autant plus décevante qu'avec le temps et la fréquence des sorties étalées, un décalage entre ce que propose THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
aujourd'hui et le monde musical actuel se crée. THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
semble aujourd'hui figé dans le temps, laissant s'échapper le train.

A force d'orchestrations alambiquées, THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
a aussi progressivement mis de côté ses accents durs et une place, pas toujours avec le meilleur effet, à un chant plus clair a été accordée de manière de plus en plus importante. Phanerozoic I n'échappe pas à cette évolution bien qu'ici la maîtrise soit clairement au rendez-vous au point d'entendre beaucoup de véritable chant techniquement irréprochable.

Paradoxalement la déception des premières écoutes s'effiloche peu à peu au fur et à mesure des écoutes. Parce que c'était sans compter sur le génie de Robin Staps. Un génie qui s'explique d'ailleurs difficilement en termes d'analyse. Phanerozoic I se montre de plus en plus séduisant. Les apparences sont trompeuses et l'album se révèle écoute après écoute bien plus émotionnel qu'il n'y parait et réellement physique alors qu'on avait tendance à le trouver ramolli. Après de nombreuses écoutes, ce 8ème album s'impose finalement pour maintenir THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
au-dessus du panier. Une fois encore, Robin Staps et THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
proposent un disque qu'il est nécessaire d'écouter en profondeur tant les premières couches en cachent d'autres. En définitive, ce Phanerozoic I souffre plutôt de sa longueur qui parait ici trop courte, d'autant qu'il faudra attendre 2020 avant que THE OCEAN
THE OCEAN


Clique pour voir la fiche du groupe
habituellement auteur d'oeuvre fleuve ne dévoile la suite.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
6

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE