Chronique

TARS
Stay

image
autoproduit

3 titres
Sorti le 26-09-2020


image
Vendredi 9 octobre 2020

Un peu moins d’un an après la sortie de son premier album, Tars
Tars


Clique pour voir la fiche du groupe
revient faire parler de lui avec EP, simplement intitulé «Stay». Si on jette tout d’abord un œil au visuel, on peut se rendre d’une certaine continuité par rapport au premier effort : sobriété, esthétique géométrique et background plutôt sombre. Un constat qui s’applique après avoir écouté les trois nouveaux titres, se situant en appendice de ce qui a été composé précédemment.

S’il est sûr que l’ambiant reste toujours le maître-mot pour qualifier ce mini-album, le maître de cérémonie qu’est Damien Polfliet a remis une louche d’aérien et de spatial dans le bouillon musical. Et de l’emphase. Les morceaux démarrent généralement de manière minimaliste pour venir, petit à petit, grappiller des effets sonores au passage voire même des instruments. En témoigne Lazarus, titre d’ouverture, qui n’est initialement qu’un signal sonore perdu dans un espace qu’on imagine immense. A l'image d'une boule de neige dévalant la côte, ce signal accroche avec lui tout ce qu’il peut comme sonorités pour, en bout de course, atteindre son climax et s’évaporer. Une construction qu’on retrouvera, peut-être un peu moins marquée, sur «It Says STAY» et «See You On The Other Side». Le passage d’un point A à un point B, propulsé tout au long par une dramatisation graduelle. Le tout en gardant ce subtil équilibre composé d’un paysage froid et aseptisé et dans lequel vont faire des apparitions, telles des touches de couleurs chaudes, au moyen d’une guitare, d’une basse ou d’une batterie.

Avec cet EP, on peut ressentir que Damien Polfliet n’avait pas encore eu l’occasion d’expulser tout ce qu’il avait à faire entendre dans son premier album. Tel un spin-off, pour reprendre le langage de la fiction. Peut-être une étape nécessaire afin d’attaquer la saison deux?
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Sekhorium
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près ...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouve...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musica...
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....
Chargé de communication dans le secteur culturel et journaliste à ses heures perdues, Pierre explore les méandres du Metal depuis maintenant près de 20 ans. Privilégiant les sensations au détriment de la raison, il recherche sans arrêt de nouvelles formations qui viendront titiller les cinq sens. Si vous le croisez en concert, vous le trouverez certainement dans la fosse, voire face aux barrières quand le show s'avèrera intense. Plus qu'un style musical, le Metal est devenu est philosophie de vie....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE