Reportage

Motocultor 2017: jour 3!

Saint-Nolff (Motocultor Festival), le 20-08-2017

Mercredi 18 octobre 2017


On commence cette dernière journée avec Sangdragon et leur métal medieval. N'étant pas un inconditionnel du genre, j'écoute d'une oreille distraite mais je dois reconnaitre que les gars défendent bien leurs concept et le public est très réactif, parfait pour soigner les gueules de bois du dimanche matin.



Qui dit gueule de bois dis troubles d'estomac. Du coup les hollandais de Rectal smegma prennent le relais. Les gaillards font leur premier festival en France et ils sont bien en forme. Pour le reste, c'est du grind, rien de plus à dire.




Les allemands de Perfecitizen montent sur la suppositor stage. Ce que l'on retiendra de la prestation? Des enregistrements audio des traductions Googletranslate entre chaque morceau pour texte de présentation. Ca a le mérite de faire marrer le groupe et le public, c'est déjà ça. Un moment agréable mais qui ne laissera pas de souvenir impérissable.

Monkey 3 c'est l'ovni de ce début de journée. Devrais-je avoir honte d'avouer que j'ai profité de leur passage pour m'offrir une sieste sous le chapiteau? Et bien je crois pas car Monkey 3 c'est du rock atmosphérique, planant, qui se pogotte pas, qui ne se slame pas, ce sont de vraies envolées musicales qui nous offre un répis en vue des hostilités prévues pour le reste de la journée. Alors profitons et merci pour cet excellent moment!





Maintenant, place à Jucifer. Assez statique et fermé sur soi, le groupe est tres en retrait dur la scène et reste dans leur bulle sans vraiment exploser comme il devrait. Dommage, je rentre pas dans le show et décide d'aller faire un tour au merch'.


Et maintenant place à Point mort, mon coup de coeur de la dixième édition du Motocultor. Le groupe est arrivé là via le tremplin mis en place par le festival. Cette formation va scotcher le public présent en masse pour leur passage en terre Bretonne. De part une musicalité très varié, chose pas toujours évident dans le post hardcore, et de l'intelligence de leurs compos, le public est très receptif aux compos des parisiens. Les influences sont variées, tant mieux, cela nous donne des compos très hétérogènes mais coérentes. Bref vous l'aurez compris, une formation a surveiller. Sur ce, je m'en vais acheter leur EP sur le merch' pour ré-écouter ça tranquillement à la maison!




Vital remains c'est du black qui joue les stéréotypes, les faux os en plastique a la ceinture, le chanteur aurait meme vu un public plus enragé sur un concert de bring me the horizon (de par ses dires). On reste pour profiter du soleil et du son tout en siestant au soleil. Le groupe nous joue une exclu: ''in a world without god'' du prochain album. N'accrochant pas, je file au ravitaillement avant la fin du concert.


Le concert le plus acclamé, le plus applaudit et le plus suivis était, contre toute attente, celui de Giedre! Elle nous enchaine tous ses classiques avec notamment Le nain, grand mere, toutes des putes... Le public est litéralement en délire et Giédré semble amusée et touchée de l'accueil que lui offrent les métaleux.
Ceci se confirmera aux dédicaces où la file pour Giedré sera deux fois plus importante que celle pour Devin Townsend Project juste à coté...
Si certains grincent des dents, la plupart s'ammusent pendant cette heure de show.




Insomnium, l'autre claque de ce dernier jour. Alors oui c'est du death mélo, oui et alors? Les morceaux sont très bien interprétés, le son est bon, alors pourquoi se géner? Seule surprise, le public est assez stoïque, préférant écouter les mélodies finlandaises... ou s'abbreuver ! En tout cas ce concert est une belle claque.

Une des légendes de la sphére métal est présent ce soir, avec ce bon vieux Devin. Il faut dire que le gars a un sacré CV et il est responsable d'un nombre impressionnant de références musicales des années 90 et 2000. Simplement, Devin Townsend Project prend une direction qui ne me touche pas et la setlist s'en ressent.
Le public est déchainé mais l'absence de morceaux vraiment rentre dedans me font poireauter 1h devant une pop presque mieleuse. Bref, vous l'aurez compris, j'adore Devin mais la setlist de ce soir est vraiment pas ce que j'attendais, dommage! Allez, à la limite, un petit ''Animals'' aurait été rigolo. Meme pas. Tant pis!




On termine avec Possessed qui vient enfoncer le clou. Le frontman, en fauteuil roulant, assure une belle performance. Le groupe est très bien accueilli et les festivaliers se lachent une dernière fois, histoire de bien cloturer cette soirée. Bref ce concert aura eu le mérite de réconcilier tout le monde après les bonnes et mauvaises surprises de la journée.




Bref, ce dimanche est assez mitigé, on oscille entre déceptions et surprises, qui finallement équilibrent la balance.
Avec un gout de passé trop vite, on quite le Morbihan et on a hate d'y revenir en 2018 puisque depuis le festival a confirmé que l'édition 2018 aura lieu, avec notamment les Nantais de Ultra Vomit!

Ce qu'on a aimé de cette édition:
- La configuration des scenes, introduite en 2016
- Les scènes couvertes
- La nourriture se diversifie
- L'aspect famillial du festival qui est une des marques de fabrique de l'orga
- Le prix du pass 3 jours comparé aux autres festivals européens

Ce qu'on a moins aimé:
- Le stand des crowdfunder ouvert seulement quelques heures par jour pour que les 800 supporters récupèrent leur lot
- Le burger à presque 10€ composé de 2 bouts de pain et un steack pas cuit
- L'excès de fumigène sur pas mal de concert (mention spéciale à Kreator)
- Encore et toujours, l'absence de point d'eau sur le festival
- Plus de vin le dimanche à 21h. What???

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE