Chronique

WAKING THE CADAVER
Beyond Cops Beyond God

image
S.O.A.R



image
Mardi 1 février 2011

C’était le quatre décembre dernier à Louvain-la-Neuve. Ce jour là, sous une épaisse couche de neige et dans un vent polaire, avait lieu à la ferme du Bièreau, un grand rassemblement d’amateurs de métal extrême. Le bien nommé Mass Deathtruction Festival accueillait les vétérans de la scène grindcore, Napalm Death
Napalm Death


Clique pour voir la fiche du groupe
et d’autres joyeusetés telles que Gronibard
Gronibard


Clique pour voir la fiche du groupe
, Severe Torture
Severe Torture


Clique pour voir la fiche du groupe
et Immolation
Immolation


Clique pour voir la fiche du groupe
. La goutte me pendant au nez après avoir passé un long moment dans le blizzard à faire la file pour m’acheter un pain poulycroc. Heureusement, la main stage était dans une grande salle bien isolée et puis le show des marseillais de Dagoba
Dagoba


Clique pour voir la fiche du groupe
venait de bien réchauffer le public. En reniflant violemment, je prends connaissance de la suite du programme. Tiens donc, un groupe de Shore Points, New Jersey, qui vient se perdre en pleine tempête de neige, dans la province du Brabant. Ca promet d’être beau !

Son nom Waking The Cadaver
Waking The Cadaver
Clique pour voir la fiche du groupe
, un groupe de deathcore à l’allure bad boy qui vient de sortir un nouvel album sur S.O.A.R intitulé Beyond Cops Beyond God. Le huit titres est à conseiller aux fans de Nasty
Nasty


Clique pour voir la fiche du groupe
, il est en effet très beatdown dans son ensemble. Comme pour les morceaux Sadistic Tortures et Boss Status où le tempo ralenti soudainement pour injecter une bonne dose de groove.
Mais le style reste toutefois death métal, comme sur Reign Supreme dont la batterie rapide et la guitare technique rappellent le son du death métal oldschool. Waking The Cadaver tire sa principale influence (comme beaucoup) de la scène death de Tampa Bay (Floride), le terreau de la scène death métal des 80’s et du début des 90’s.

S’il est intéressant d’assister à leur show, c’est notamment pour le registre vocal très varié du chanteur Don Campan dont l’usage répété de la technique du pig squeals est totalement renversant. Ces hurlements sourds systématiques font de Beyond Cops, Beyond God toute sa singularité.
Ainsi si le deathcore teinté de gore vous charme, il est plus que recommandé d’écouter cet album dont la production, très soignée, est signée par Joe Cincotta. Ce dernier étant connu également pour avoir travaillé sur le dernier Suffocation
Suffocation


Clique pour voir la fiche du groupe
.

On espère en tout cas qu’ils reviendront bientôt pousser leur gueulante dans le blizzard de nos contrées enneigées.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE