Article

A Day To Remember est-il sur le point de sortir son meilleur album ?

Qu’attendre d’un groupe qui sort un album décevant à l’apogée de sa carrière ?


Dimanche 5 juin 2016

A la question “Quel est le meilleur album de A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
?”
, rarent sont ceux qui répondent Common Courtesy. L’album autoproduit du groupe, sorti fin 2013, n’aura pas marqué les esprits… comment on l’avait prévu dans notre chronique de l’album. Les ventes de l’album le confirment, avec un chiffre honorable mais bien en dessous des cargaisons de Homesick et What Seperates Me From You que le groupe est parvenu à distribuer à travers le monde. Propulsé sur la scène mainstream grâce à des singles imparables, All I Want en tête de rayon, A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
accède au rang de superstar.


Alors, qu’attendre d’un groupe qui sort un album décevant à l’apogée de sa carrière ? Soit il continue à s’enfoncer jusqu’à retourner dans un semi-anonymat et un succès relatif, soit il réagit et revient plus fort encore, comme Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
par exemple.

Remettons la sortie de Common Courtesy dans son contexte. Déjà épuisé par sa bataille juridique avec son label Victory Records sur lequel il a sorti trois albums (For Those Who Have Heart en 2007, Homesick en 2009 et What Separates Me From You en 2010), le groupe décide de produire lui-même Common Courtesy. Et produire un album à cette échelle, demande une attention et un travail autrement plus complexe qu’une demo pressée à 100 exemplaires et diffusée gratuitement sur Bandcamp. Cet album, annoncé par un single assassin (Violence – Enough Is Enough), était prometteur mais le reste de l’album a globalement déçu. Hormis quelques singles catchy et évoluant principalement dans une veine pop-punk, l’album présentait plusieurs morceaux manquant clairement d’inspiration et d’envie.

Quand le groupe a diffusé en mars 2016 le single Paranoia, l’accueil du public a unanime. Et pour cause : le groupe présente une hargne simple encore rarement dévoilée jusqu’à présent. Alors les passages agressifs du groupe ont toujours évolué dans une veine plutôt metalcore, le début de ce Paranoia va clairement jouer sur le terrain du punk-hardcore basique en deux accords (oui, je confirme – j’ai compté). A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
reste fidèle à lui-même sur la structure du morceau, puisque le pre-chorus et le chorus reviennent dans un schéma plus classique, en voix claire sur un riff clairement pop-punk. Mais là, on est face à un A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
de toute bonne fournée, avec un refrain qui reste en tête dès la première écoute, digne d’un All I Want.


Le même genre d’engouement du public avait été réservé à… Violence, diffusé près de trois ans plus tôt avec le même rôle de teaser d’album (pour Common Courtesy donc). Voilà pourquoi il n’était pas temps de s’emballer à ce moment pour cet album (si on considère le contraste Violence et le reste de Common Courtesy), pas encore clairement annoncé d’ailleurs. C’est trois mois plus tard, début du mois de juin, que le groupe annonce les détails de ce sixième album : intitulé Bad Vibrations, il sortira le 19 août prochain sur leur propre label – autant dire, en autoproduction – et distribué sur Epitaph Records .

Evidemment, ils accompagnent cette annonce d’une autre vidéo : Bad Vibrations, le morceau-titre de l’album donc. Tiens, c’est la première fois que A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
donne le titre d’un morceau à un de ses albums. De là à en conclure que ce morceau sera le meilleur représentant de l’album à venir, il y a un pas que nous ne nous risquerons pas à franchir. Mais il y a de quoi imaginer que ce Bad Vibrations sera bien un niveau d’agressivité au-dessus des deux albums précédents, si l’on met bout à bout Paranoia et ce Bad Vibrations. Avec ses cris scandés sur fond de larsens, on est de nouveau très proche du hardcore axé oldschool, avec une comparaison facilement faite avec Hatebreed
Hatebreed


Clique pour voir la fiche du groupe
sur I Will Be Heard par exemple… comparaison qui ne tiendra que quelques secondes (ne vous étouffez pas) - précisons-le quand même.


Si le refrain est toujours en voix claire (on ne change pas une formule gagnante), elle est plus aérienne que purement mélodique ce qui leur évite de tomber dans le piège de la facilité et l’overdose de voix claire. Au niveau des sonorités, le groupe multiplie les bandes de guitare pour mieux enrober sa musique d’ambiances variées mais plutôt sombres et malsaines sur ce Bad Vibrations.

Sortis de leurs déboires juridiques avec Victory Records , les membres de A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
ont peut-être utilisé leur musique comme exutoire en écrivant un album plus agressif que chacun des précédents (même And Their Name Was Treason, premier album du groupe souvent considéré comme le plus metal). En tout cas, le choix des producteurs oriente le groupe vers un axe clairement punk / hardcore : Bill Stevenson a récemment produit les albums Diamond de Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
et Awakened de As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
– son duo de production avec Jason Livermore s’est entre autres occupé du dernier album de Hot Water Music
Hot Water Music


Clique pour voir la fiche du groupe
. Pour le mixage par contre, c’est Andy Wallace qui s’en charge. Le nom ne vous dit sans doute rien, mais en sachant qu’il a travaillé sur des albums comme Reign In Blood de Slayer
Slayer


Clique pour voir la fiche du groupe
, Nevermind de Nirvana
Nirvana


Clique pour voir la fiche du groupe
, l’album éponyme de Rage Against The Machine
Rage Against The Machine


Clique pour voir la fiche du groupe
, Toxicity de System Of A Down
System Of A Down


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Relationship Of Command de At The Drive-In
At The Drive-In


Clique pour voir la fiche du groupe
, on peut se surprendre à croire que ce Bad Vibrations pourrait devenir, comme les classiques précités, l’album de référence du groupe.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
6
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE