Chronique

UFOMAMMUT
Ecate

image
Neurot Recordings

Sorti le 30-03-2015


image
Vendredi 20 mars 2015

Après la double sortie, Oro (Opus Premium et Opus Alter) en 2012, le nouvel album des Italiens de UFOMAMMUT était attendu avec une impatience certaine. Autant parce que le trio a réussi à s'imposer avec ses prouesses soniques que pour découvrir sa nouvelle interprétation atmosphérique de la lourdeur.

Ecate (Hécate) est dédié à la déesse païenne du même nom. Avec ses trois visages, elle se déplace entre le royaume des vivants, des morts et des dieux, représentant ainsi le lien entre le passé, le présent et le futur.

Ce passé, UFOMAMMUT l'entretient par cette force quasi-cosmique explorant les différents pans du Doom. Cette impression d'espace est aussi obtenue par les techniques d'enregistrement du groupe qui forgent le son des Italiens depuis plusieurs albums. Comme ses prédécesseurs, Ecate a été enregistré au milieu d'une ancienne école située dans le petit village de Sarezzano profitant ainsi des réverbérations naturelles de son grand hall. On retrouve par conséquent cette production étouffée mais impressionnante de présence.

Si le passé plus proche et psychédélique de Oro reste légèrement en toile de fond sous la forme de pulsars, il est malgré tout abandonné progressivement sur Ecate pour céder sa place au présent. Un présent bien plus Sludge et répétitif. Cette pachydermie de UFOMAMMUT devient même paresseuse sur Chaosecret. Version écrasante mais aussi trop redondante pour amorcer le virage annoncé vers un futur qui marquerait l'évolution des compositions sur plus de concision et d'agressivité.

C'est en fin d'album, avec Daemons que le futur de UFOMAMMUT s'exprime pleinement. Si l'agressivité s'est déjà manifestée par la biais d'une basse distordue bien plus présente et la concision par un minimalisme rythmique hypnotique, cette dernière plage déboite avec une fureur plus qu'assurée. UFOMAMMUT qui avait l'habitude d'étouffer son auditeur simulant l'effet d'abus de drogues, va le réveiller avec force à l'aide de tous ses instruments.

Bien que l'évolution soit moins marquée que son double prédécesseur, Ecate souligne une redéfinition de la consistance opérée par UFOMAMMUT. Tout en conservant un son forgé d'album en album, les trois têtes pensantes restent tournées vers un avenir refusant de s'enfermer purement et simplement dans ce qui a été fait.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
3

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE