Reportage

Stake place l'AB sur orbite et s'offre une relase party cinq étoiles!

Bruxelles (Ancienne Belgique), le 28-11-2019

Lundi 2 décembre 2019



Alors que nos amis flamands en sont, eux aussi, arrivés à couper dans les budgets alloués à la culture et aux projets d'artistes (60% quand même!), jeudi un petit groupe made in Wevelgem, bourgade proche de Courtrai, remplissait la grande salle du 110 du boulevard Anspach. Son nom? Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
! Et comme le budget flamand à la culture, le band emmené par Brent Vannest (chant/guitare) a lui aussi fait des coupes! De feu Stake Number  Eight, voilà une appellation plus épurée et réduite à un simple Stake. Le style, lui, reste énergique, mais bien plus mature! Le quatuor a fait du chemin, ça se voit, et se place en incontournable rouleau compresseur de la scène belge (oups, pardon flamande). Bref, jeudi les vétérans de Stake Number Eight se sont offert une release party de leur nouvel opus digne des grands soirs dans une AB boumvol de chez boumvol!
 


(ps: photo prise en 2015 au Magasin 4, mais la visibilité n'était pas meilleure à l'AB)

Connus pour leur style direct et sans fioritures, mais surtout pour leur scène plongée dans le noir et à peine éclairée de quelques flashs stroboscopiques et autres lampes frontales, les Lyonnais de Celeste
Celeste


Clique pour voir la fiche du groupe
alors habitués du Magasin 4, du regretté DNA ou d'autres salles plus ''underground'', s'offraient une première grande salle sur le sol belge en accompagnant Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
! Le début de leur set ne rameute pas les foules, et pourtant, en 40 minutes, ils vont réussir à bousculer un public qui leur était majoritairement inconnu. Puissant, tranchant, éclaboussant, le set de Celeste pourra toujours être en mal de qualificatifs, il n'en reste pas moins que chacune des apparitions du combo français reste une expérience en soi! Et si on les préférera en salle moins imposante (plus facile à enfumer), nos voisins français auront, comme à leur habitude, fait parler la poudre! A voir (minimum) une fois dans sa vie (et plus si affinité)! 



L'AB ne nous avait pas menti. A peine le temps de partir boire une pintje entre les deux concerts que la fosse a vu son taux de remplissage flirter avec l'irrespirable! Massé devant une scène épurée, le public n'attend qu'une seule chose, s'en prendre plein le minois! Et en machine à fessées, Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
n'a de leçon à recevoir de personne. Si le set commence en douceur avec ''Devolution'', titre aux couleurs légèrement pop sorti de Critical Method, nouvel opus du groupe, l'ambiance va très vite monter et la puissance sortie des enceintes atteindre son paroxysme! Car ce calme, mais plaisant ''Devolution'', n'est en fait qu'une accalmie dans un album digne d'un véritable petit brûlot! Vous avez dit ''machine à fessées''? 

Si sur scène, Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
maîtrise son sujet, le son (parfait lui aussi), se voit appuyé par un jeu de lights plus que plaisant. Après à peine un peu plus de trente minutes de show la fosse est déjà en ébullition, mais le groupe choisit alors ce moment pour sortir le début d'un petit laser show qui accompagnera le reste de la setlist. Et si auparavant Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
(Number Eight) basait l'ensemble de son show sur une dose d'énergie à l'état brut agrémentée d'un coup de folie, ici Brent et sa bande de potes ont touché à l'équilibre parfait en parvenant à produire un spectacle qui aura tenu une salle entière en haleine. 



Après un passage par les coulisses, Brent revient, au piano. ''Het zal de eerste keer en de laatste keer dat ik zal dat doen'', nous lâche le coco à la coupe mulet! Et heureusement car, s'il faut tirer une conclusion sur cette release party, c'est que ce jeune frontman est excellent dans son costume version métaul, mais pour le romantisme on repassera! Le groupe enchaîne heureusement avec la suite de ''Human Throne'' (titre sorti de leur dernier-né) et le romantique raté se transforme alors en bête de scène résistante à toute épreuve! L'AB exulte et il y a de quoi!
  
Clap de fin! En 2008, Stake
Stake


Clique pour voir la fiche du groupe
gagnait la finale du Humo's Rock Rally sur cette même, scène! Et voilà, presque douze ans après, le résultat de ce à quoi ont servi les subsides (flamands)! Alors oui, ces gars-là ont certainement bu des bières avec une partie de l'argent, mais une chose est sûre, à voir un tel résultat, cet argent n'aura certainement pas été perdu! Et by the way, les absent(e)s avaient, comme d'hab encore tort!
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE