Reportage

Découverte live de la nouvelle sensation electro metalcore française, Shoot The Girl First

Hasselt (Muziekodroom), le 13-11-2013

Vendredi 15 novembre 2013

Ce mercredi soir, j'avais choisi au menu l'autre affiche metalcore de la journée et je ne regrette pas mon choix vu la prestation très médiocre qu'a offert Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
à son public de l'AB - voir live report ici.

Fait unique en son genre, nous arrivons sur place avec une demi-heure d'avance. Et décidons donc de quitter les lieux pour découvrir les artisans gastronomiques locaux, comprenez une friterie pas trop loin de préférence. Comme on pouvait s'y attendre, après s'être perdus, trompés, vus imposer des détours de tarés suite à des déviations obscures, c'est donc à la bourre que nous sommes de retour à la porte du Muziekodroom. Surtout que comme chacun le sait, en Flandre les concerts commencent toujours à l'heure. On aurait pourtant été parfaitement à l'heure pour le premier morceau des Français de Shoot The Girl First
Shoot The Girl First


Clique pour voir la fiche du groupe
si le type à l'entrée n'avait pas été si réticent à nous valider les guests auxquelles nous avons droit. Bon comme on insiste un peu et qu'on lui montre les échanges de mails, il finit par nous laisser entrer et là je comprends pourquoi cela été si difficile. Avec environ 25 personnes dans le public, on représente quand même un gros quota d'entrées payantes potentielles.

Les membres de Shoot The Girl First
Shoot The Girl First


Clique pour voir la fiche du groupe
sont déjà bien occupés à nous envoyer leur electro metalcore dans les dents alors que le public, encore frileux, hésite à se rapprocher de la scène. Suite aux appels du chanteur à venir les voir de plus près, la foule se densifie à peu près et si elle reste discrète, certaines personnes connaissent visiblement déjà bien le groupe. Musicalement le groupe est vraiment au point, aidé par un son vraiment top. Au début du set, sur We'll Never Fall (si je ne me trompe pas), j'ai toutefois eu un petit stress en entendant que la voix claire était une bande sur laquelle le chanteur Nathan crie en live. Si vraiment il ne peut pas faire de voix claire en live c'est pas trop la peine de les placer sur album quoi. Mais heureusement, pour le reste du set les voix claires sont bien assurées par Nathan et même plutôt justes et bien placées.



Les morceaux incontournables de leur album Follow The Clouds (Give & Take, Jagerbomb, Rest In Pieces...) sont parfaitement exécutés et la meilleure réponse du public se fait entendre sur leur single à succès, Last Breath For A Capulet, issu de leur EP précédent. Bonne surprise, le groupe ne cède pas aux trop habituels chorégraphies et mouvements de scène préparés. Sans être complètement délirant et incontrôlé non plus, le groupe garde une bonne part de spontanéité et de fraîcheur. Ils terminent leur court set d'une petite dei-heure par A Party On Your Mother's Grave, toujours extrait de leur album sorti en juin dernier sur Artery Recordings .

Deux bières à 2,30€ plus tard, nous voici de retour devant la scène pour la tête d'affiche de la soirée : les Allemands de We Butter The Bread With Butter
We Butter The Bread With Butter
Clique pour voir la fiche du groupe
qui n'ont pas réussi à attirer plus de public. Si le chanteur ne partait pas dans des voix si graves, ce groupe pourrait être la réponse teutonne à Black Veils Bride. Bon c'est carré et en place mais c'est vraiment pas bon... le public ne semble pas excessivement convaincu non plus, même si une certaine partie porte le t-shirt du groupe. Heureusement, le chanteur est souriant et prend tout ça avec le sourire.



Nous prenons rapidement congé de We Butter The Bread With Butter
We Butter The Bread With Butter
Clique pour voir la fiche du groupe
, sans regret à vrai dire. Et de toute façon, les Français de Shoot The Girl First
Shoot The Girl First


Clique pour voir la fiche du groupe
nous attendent pour une interview que vous pourrez lire dans ces pages rapidement !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE