Reportage

IeperFest 2014 - Jour 1 : monumentale entrée en matière

Ypres (Ieperfest), le 08-08-2014

Mardi 26 août 2014



Que dire en préambule à cette nouvelle édition du mythique Ieper Fest ? Pour sa 22e, le festival avait concocté une affiche en or, rassemblant comme d’habitude plusieurs perles des scènes Hardcore/Punk, Metal, Death, Grind, sans oublier quelques groupes belges prometteurs, et autres raretés (Antisect, Blind to Faith
Blind to Faith


Clique pour voir la fiche du groupe
,…) ou reformations (Morning Again
Morning Again


Clique pour voir la fiche du groupe
avec Damien Moyal ou No Warning
No Warning


Clique pour voir la fiche du groupe
). Notre preview revenait d’ailleurs déjà sur ces temps forts annoncés.

Les organisateurs prévoyaient ainsi de dépasser leur record d’affluence de l’édition anniversaire de 2012. Je ne sais pas si cette prédiction a été réalisée (notamment en raison de la météo capricieuse du week-end et des nombreuses – et tardives ! - annulations), mais il est clair que nous étions nombreux à être venu profiter de ces trois jours de jouissance musicale.

Pour diverses raisons d’emploi du temps, nous arrivons sur le site du Ieper vers 13h seulement. Un horaire un chouia tardif pour ce IeperFest aussi matinal que d’habitude, les premiers groupes jouant en effet à 11h. « Premiers » au pluriel, car, nouveauté, le festival s’est doté cette année d’une troisième scène à capacité réduite (200 places), la Trench Stage, dont les groupes jouent en même temps que ceux de la (grande) Marquee. Une idée remarquable sur laquelle on reviendra.
Le site est déjà très boueux, la voiture devant nous étant « secourue » par quelques « shitworkers » très sympatiques, à l’image de ceux croisés durant le weekend.

Nous nous garons néanmoins dans le parking improvisé et gagnons l’entrée du festival en profitant du fond sonore de qualité proposé par les anglais de Malevolence
Malevolence


Clique pour voir la fiche du groupe
, déjà vu pour ma part lors du Summerblast en juin dernier. Leurs riffs à la Pantera
Pantera


Clique pour voir la fiche du groupe
/ Lamb of God
Lamb of God


Clique pour voir la fiche du groupe
résonnent fort bien sur la Main Stage : voilà donc une ouverture agréable pour ce IeperFest et de quoi compenser (un peu) ma grande déception d’avoir manqué Corrupt Moral Altar
Corrupt Moral Altar


Clique pour voir la fiche du groupe
le matin même.

Nous nous rendons aussitôt sous la Trench Stage pour Herder
Herder


Clique pour voir la fiche du groupe
. Menés par le chanteur de Born From Pain
Born From Pain


Clique pour voir la fiche du groupe
, mais œuvrant dans un style des plus Stoner, le groupe fait l’impression d’un Mastodon énervé avec un son live vigoureux mais clair. Un très bon concert, couvert par un public déjà nombreux et une ambiance à propos. A revoir !

Depuis la sortie de l’excellent Pretty Low plus tôt cet été, et après leur déjà remarqué passage européen l’hiver dernier, Expire
Expire


Clique pour voir la fiche du groupe
suscite énormément d’attente. Les premiers rangs se garnissent donc déjà avant l’entame de leur set, et plusieurs curieux s’approchent. Comme à son habitude, Expire
Expire


Clique pour voir la fiche du groupe
délivre son énergie Hardcore et impressionne. Mais c’est bien l’averse abondante qui démarrera peu de temps après le début de leur set qui impressionnera le plus, et dégarnira le public de ses éléments les moins courageux. Dommage (et pas mérité) pour ce groupe talentueux et plus que prometteur.

Retour sous la Trench Stage, et transition stylistique délicate (mais c’est pour ça qu’on aime le IeperFest !) avec Conan
Conan


Clique pour voir la fiche du groupe
. Confondant de lourdeur, on se rend compte combien leur réputation live n’est pas usurpée, tout comme on comprend pourquoi leurs sets au Roadburn et au Hellfest ont déclenché tant de hype. Leur maelstrom reste difficile d'accès sur album, mais constitue un pur délice en live. Superbe.

Dans la foulée de Expire
Expire


Clique pour voir la fiche du groupe
, une autre tuerie de pur HxC défie le temps et la Main Stage : Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
. A la suite de leur tournée printanière avec Stick To Your Guns
Stick To Your Guns


Clique pour voir la fiche du groupe
, Backtrack
Backtrack


Clique pour voir la fiche du groupe
confirme son NYHC et assure l’ambiance. Les quelques mots de remerciement à destination du public qui brave le mauvais temps sont également bien appréciés des fans !

A un horaire assez inhabituel de milieu d’après-midi pour un groupe qui aurait pu assurer la tête d’affiche du jour (mais qui doit suivre aujourd’hui un planning serré), Dead Kennedys
Dead Kennedys


Clique pour voir la fiche du groupe
nous fait le plaisir de délivrer ses vieux hits et sa fougue d’antan, sans non plus déclencher de passion. Bon à prendre néanmoins.

Martyrdod
Martyrdod


Clique pour voir la fiche du groupe
c’est clairement un des groupes que je ne voulais pas rater durant ce festival. Leur combinaison Crust/Grind/Death mélo fait des ravages sur leurs productions studio, dont le petit dernier (Elddop) constitue sans doute une apothéose (plus mélodique certes). Le groupe va peut-être rentrer dans une forme d’âge d’or que cette tournée avec Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
amorce, et cette prestation dans la petite Trench Stage augure du meilleur. Clairement, je n’ai pas été déçu. Si on peut reprocher un son un peu brouillon qui empêche de bien reconnaitre les morceaux, on ne peut nier l’intensité furieuse qui anime tout le set des Suédois, partagés entre l’amusement/la ravissement devant la réaction du premier rang et du pit, dans lequel j’ai passé tout le concert : une première depuis bien longtemps !

Sur la grande scène, Ringworm
Ringworm


Clique pour voir la fiche du groupe
vient faire sa démonstration de Hardcore métallisé/thrashisé pour le plaisir de leurs fans des années 90. Gagnant quelques nouveaux fans au passage, et le chant de Human Furnace marquant les esprits comme il se doit, Ringworm
Ringworm


Clique pour voir la fiche du groupe
satisfait le public et gagne la colonne des groupes que l’on est content d’avoir vu ce week end.

Ayant atteint un degré de fatigue alcoolisée assez prononcé, je garde un souvenir assez brumeux du concert de Terrorizer
Terrorizer


Clique pour voir la fiche du groupe
(une de mes rares incursions dans la grande Marquee aujourd’hui). Avec un set basé sur le mythique World Downfall quasi identique à celui du dernier Neurotic DeathFest, Terrorizer
Terrorizer


Clique pour voir la fiche du groupe
fait danser les uns pendant que les autres secouent la tête avec ravissement. Cette incarnation du groupe avec Pete Sandoval à la batterie aidé des ex-Monstrosity est finalement plus plaisante que prévu et gagnerait peut-être à perdurer avec un nouvel album à la clé.

Dog Eat Dog
Dog Eat Dog


Clique pour voir la fiche du groupe
ou la grosse fiesta du jour ! Armé de son All Boro King et de ses gros tubes à la Rookie, les Américains ont peut-être vieillis mais ont sûrement enchanté leur public qui s’en donne à cœur joie dans le pit. Un super concert et l’ambiance qui va avec, clôturé par une cover fort sympathique du Genocide de The Offspring
The Offspring


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Réussite déjà adoubée par un public bien présent tout au long de la journée, la Trench Stage a sûrement gagné ses galons durant le concert de Blind to Faith
Blind to Faith


Clique pour voir la fiche du groupe
. Leur evil Hardcore enragé fait péter les plombs à certains (ce slam depuis les amplis ! Cette violence dans le pit !) pendant que le reste du public participe à l'ambiance un peu dingue qui se dégage de ce concert survolté. Un des grands moments du festival, pour un groupe dont les prestations scéniques restent très rares.

Groupe assez emblématique du IeperFest, Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
réalise aujourd’hui sa troisième prestation. Non content d’être un des groupes phares de la scène, Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
se permet en plus de proposer un son impeccable permettant de bien discerner leurs riffs si singuliers, au service d’une setlist qui frise le parfait, alternant l’excellence de leur dernier album (All We Love We Leave Behind) avec un mini best-of (Concubine, Axe to Fall,…) forcément frustrant mais percutant. Les maitres!

Après ce déferlement, le contraste avec la musique de Jesu
Jesu


Clique pour voir la fiche du groupe
est donc forcément saisissant. Si on se plait à se perdre dans leur musique planante, aérienne, on se dit aussi que l’effet aurait été magnifié en clôture de la journée plutôt qu’intercalé ainsi entre Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
et No Warning
No Warning


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Un No Warning
No Warning


Clique pour voir la fiche du groupe
bombardé tête d’affiche du jour pour leur concert de reformation et premier concert européen. La grande question était de savoir si le groupe allait se concentrer sur leur emblématique Ill Blood (qui influence encore de nombreux groupes Hardcore aujourd’hui), ou s’il mettrait à l’honneur son mélodique et contesté Suffer,Survive. Un peu des deux finalement, même si le premier cité se voit davantage mis en avant (à l’image du furibond Short Fuse), sans oublier le matériel plus récent avec Resurrection of the wolf. Quelques mots sont prononcés au sujet du pic rencontré lors de la sortie de Suffer,Survive en pleine vague mi néo mi Sum 41
Sum 41


Clique pour voir la fiche du groupe
, mais je n’ai personnellement pas tout saisi. Reste que pour un chanteur qui ne voulait plus entendre parler du live, Ben Cook m’a donné l’impression d’apprécier être sous les projecteurs, malgré de curieuses sorties telles que « I am not singing that bridge ».
Les Canadiens et les Américains ont eu raison de nous envier ce concert qui a prouvé l’influence évidente de No Warning
No Warning


Clique pour voir la fiche du groupe
sur la scène Hardcore moderne (sans oublier que le guitariste Jordan Posner joue dans Terror
Terror


Clique pour voir la fiche du groupe
).

En résumé, ce vendredi qui s’annonçait comme une journée très ambitieuse en terme de groupes à voir fut effectivement épuisante en raison du temps et de l'enchaînement incroyable proposé dès le début de l’après-midi. Et encore, c’est sans compter le programme bien fourni des workshops de la More Than Music Tent : si nous ne sommes pas revenus dessus en détail, nous avons eu l’occasion d’y passer un peu de temps et d’en apprendre un peu plus sur des sujets liés au veganisme ou autres…
En repartant, nous constatons comme le site est couvert de boue, ce qui occasionnera quelques voitures embourbées et amènera l’organisation à prendre plusieurs mesures dès le samedi matin…
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE