Reportage

Master At Rock : une belle façon de finir l'été des festivals !

Torhout (Master At Rock), le 29-08-2014

Lundi 1 septembre 2014

La fin de l’été approche et donc la fin des festivals également. Si tous les mastodontes tels que le Graspop, le Pukkelpop ou Werchter sont déjà passés, il reste quelques festivals de plus petite envergure intéressants pour cette fin août dont le Master At Rock où nous avons trouvé refuge ces 29 et 30 août. L’organisation a certainement réussi sa meilleure affiche cette année en attirant Papa Roach
Papa Roach


Clique pour voir la fiche du groupe
, Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
, Agnostic Front
Agnostic Front


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Biohazard
Biohazard


Clique pour voir la fiche du groupe
. Même s’ils n’ont pas atteint les chiffres espérés, c’est environ 7000 festivaliers qui sont venus à Torhout ce weekend.



La première journée était clairement faite pour les fans de punk et hardcore. Les Belges de The Ignored
The Ignored
Clique pour voir la fiche du groupe
avaient la lourde tâche d’ouvrir l’unique scène du festival à 14h00. Mais que ce soit pour eux ou pour les Hollandais d’All For Nothing
All For Nothing


Clique pour voir la fiche du groupe
, il n’y aura pas grand monde pour les soutenir. Quoi que si tous ceux qui étaient déjà affalés au bar s’étaient avancés de quelques dizaines de mètre, ça aurait été différent. C’est malheureusement pour la fin du set de Cindy and co’ qu’on est arrivé sur le site. Le temps d’entendre en live leur nouveau single Burn The Lies. Une tuerie ! Ils seront de retour à Anvers le 6 décembre prochain pour l’Hurricane Hardcore Fest, un tout autre contexte où ils pourront à coup sûr mieux s’exprimer.



Groupe suivant à fouler les planches du Master At Rock : Black Tartan Clan. Décidément pas ma tasse de thé mais en musique de fond pour manger un burger à 5€ et une bière, ce n’est pas trop mal. Certes, c’est festif mais tellement répétitif. On aura ainsi le temps de se balader un peu sur le site, découvrir que c’est aussi cher qu’au Graspop, pas forcément meilleur et que l’accueil pour les journalistes laisse à désirer. Un très vieux préfabriqué minuscule installé à côté de la grande tente de la Croix Rouge avec 4-5 malheureuses prises, une table et quelques chaises. Dure de bosser à plus de 4 journalistes à l’intérieur. Comme de joindre les artistes. A niveau-là, les organisateurs peuvent s’améliorer pour l’an prochain.

Suite à une interview à paraître dans nos pages dans les prochains jours, on n’entendra que Born From Pain
Born From Pain


Clique pour voir la fiche du groupe
en bruit de fond. Ça avait l’air vachement bien mais malheureusement, on n’a pas pu vérifier dans la fosse ce que ça donnait… On ne ratera par contre pas une seule miette d’Evergreen Terrace
Evergreen Terrace


Clique pour voir la fiche du groupe
. Et première grosse déception de la journée. C’est plat, cela manque d’énergie, le batteur prend autant de temps à faire aller ses baguettes dans tous les sens qu’à jouer. Au point qu’il s’est d’ailleurs permis un petit solo de batterie inutile et barbant. Quand on joue à 18h, qu’on a seulement 45 minutes de jeu et que peu de personnes sont venues pour vous, à quoi ça sert ?! Mieux vaut écouter en CD chez soi en boostant les baffles.



Heureusement, les choses sérieuses vont enfin commencer. Le temps de faire une course au Colruyth du coin, manger un bout et nous revoici sur la plaine pour le trio final : Biohazard
Biohazard


Clique pour voir la fiche du groupe
, Agnostic Front
Agnostic Front


Clique pour voir la fiche du groupe
, Papa Roach
Papa Roach


Clique pour voir la fiche du groupe
. Et dès les premières notes de Biohazard
Biohazard


Clique pour voir la fiche du groupe
, on se rend compte qu’on n’est pas venu pour rien. La plaine est enfin bien remplie, l’ambiance est au rendez-vous et malgré la boue, le pit bouge bien. Et même si la compagnie d’avion avec laquelle il est venu en Europe a perdu ses valises, Billy n’est pas perturbé pour un sous ! Un t-shirt du festival sur le dos, du matos prêté en dernière minute et hop, ni vu ni connu. Une heure d’hardcore bien old-school où les titres se sont enchaînés à une allure folle ! Entre la personne handicapée en chaise roulante qui après un slam très réussi a été invité à suivre la suite du concert sur le devant de la scène, les circle-pit casse-gueule dans la boue et le final avec une scène envahie par le public, le groupe a vraiment donné envie à tout le monde de bouger. Autant le dire, c’était le concert du weekend ! Vivement l’année prochaine qu’ils reviennent avec un nouvel album dans les poches.



Environ 30 minutes de changement de plateau, le temps nécessaire pour se reposer un peu en allant féliciter le groupe pour leur show foutrement bon et revenir devant la scène pour une autre légende du NYHC : Agnostic Front
Agnostic Front


Clique pour voir la fiche du groupe
. Et là, si l’ambiance fut de nouveau au rendez-vous, le niveau sur scène fut quelque peu décevant. Mauvais jour ou poids de l’âge ? Quoi qu’il en soit, l’ami Roger était plus que fatigué et après 2 chansons, on avait déjà l’impression qu’il venait de chanter 10 chansons. Stigma n’était pas au top non plus avec ses solos très moyens. Mais malgré ça, Agnostic Front
Agnostic Front


Clique pour voir la fiche du groupe
reste Agnostic Front
Agnostic Front


Clique pour voir la fiche du groupe
. C’est-à-dire des tubes à la pelle et une notoriété qui leur permettent d’avoir le public dans la poche même en n’étant pas au mieux de leur forme. My Life My Way, For My Family, Gotta Go ou encore leur reprise des Ramones
Ramones
Clique pour voir la fiche du groupe
, Blitzkrieg Bop, tout y est passé. On aurait bien aimé avoir aussi l’occasion de monter sur scène pour pousser la chansonnette mais le public a dû rester à distance du groupe cette fois. Eux aussi sortent prochainement un nouveau disque et reviendront donc bientôt chez nous. De toutes façons, nouvel album ou pas, ils sont quand même non-stop en tournée. Pour notre plus grand plaisir certes mais que l’ami Roger prenne le temps de se reposer cette fois.



Après ces 2 bonnes heures d’hardcore bien old-school, il est venu le temps… des cathédrales ? Non. Mais d’accueillir la tête d’affiche du jour : Papa Roach
Papa Roach


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ça peut paraître bizarre après tout le hardcore qu’on a bouffé pendant la journée mais les petits jeunes étaient aussi venus en masse pour voir Jacoby et sa bande. A se demander où elles étaient toutes cachées pendant le reste de la journée car pour le reste de la soirée, on n’entendait presque plus que des cris féminins dans la fosse.

Même si le backdrop du groupe affiche fièrement la pochette de leur dernier disque, The Connection, c’est bien un de leurs plus grands succès qui sera mis à l’honneur ce soir : Infest. Pas moins de 6 titres seront joués. La chanson du même titre que l’album ouvrira d’ailleurs le bal. Suivi, déjà, du tube Between Angels And Insects. Comme à son habitude, Jacoby est en grande forme et ne tient pas en place. Ses 3 acolytes ne sont pas en reste en jouant leurs parties respectives sans fausse note. Un petit passage dans l’actualité récente avec Where Did The Angels Go, pas franchement la meilleure chanson de The Connection, avant de retourner dans l’old-school, à la mode partout aujourd’hui, avec Blood Brothers et le grand retour de Broken Home (enfin !) dans la set-list ! L’autre surprise de la set-list est certainement cette reprise de Lose Yourself d’Eminem… why not. Les titres vont s’enchaîner en parcourant un peu toute la discographie du groupe, ou presque, avec Scars, Silence Is The Enemy, Kick In The Teeth (qui fait également son retour dans la set-list), To Be Loved et le classique Last Resort pour le clôturer. Mais étrangement, celui-ci a été joué vers 00h30… un rappel est-il prévu ? Non. Initialement programmé pour jouer 1h30, les Ricains se sont contentés de 1h05 aujourd’hui. Il y a comme une arnaque, non ? Ils étaient en forme et auraient pu jouer plus longtemps mails ils n’ont décidément pas envie de jouer longtemps. Lors de leur concert en tête d’affiche à l’AB en novembre, ils devaient également joué 1h30 et se sont contentés d’1h15. Dommage. Mais ça n’enlève rien à la qualité du set et on finit tout de même sur une bonne note musicale. Il n’y a plus qu’à retourner au camping et se reposer pour la journée de samedi.



Journée de samedi qui fut bien mouillée et ça, les organisateurs ne l’avaient apparemment pas prévu… malgré les infos météo qu’ils mettaient tous les jours sur leur propre page Facebook où il était bien indiqué que la pluie serait présente ce samedi. L’entrée du camping était quasi impraticable, à moins d’avoir des bottes et il a fallu attendre le début d’après-midi pour qu’ils viennent déposer quelques planches et quelques copeaux de bois pour limiter les dégâts… sur une surface de 10m². Peut mieux faire. Le programme de ce second jour était lui diamétralement opposé à celui de la veille. De hardcore old-school, on passe à une journée typée hard-rock et power metal avec Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
, Crucified Barbara
Crucified Barbara


Clique pour voir la fiche du groupe
, Kamelot
Kamelot


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Finntroll
Finntroll


Clique pour voir la fiche du groupe
. Une fois encore, la journée était ouverte par des groupes belges, au nombre de 3 cette fois-ci : Death Enters My Ocean qui ont joué devant 80 personnes, After All
After All


Clique pour voir la fiche du groupe
et King Hiss
King Hiss


Clique pour voir la fiche du groupe
qui n’auront pas eu beaucoup plus de succès. Le mauvais temps aura eu raison de beaucoup de festivaliers. Au grand damne des organisateurs qui attendaient 6000 personnes et qui auront dû se contenter de 3000 (soit moins que le vendredi qui a accueilli 4000 festivaliers). Premier groupe étranger de la journée : Koritni. Formation australienne en tournée avec Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
. Et ça s’entend. On dit souvent qu’Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
, c’est un copié/collé d’AC/DC
AC/DC


Clique pour voir la fiche du groupe
en plus moderne. Eh bien, dans ce cas, Koritni
Koritni


Clique pour voir la fiche du groupe
, c’est un copié/collé d’Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
en plus ennuyant. Seul moment un peu intéressant de leur concert : leur reprise d’Antisocial de Trust
Trust
Clique pour voir la fiche du groupe
. Ou plutôt d’Anthrax
Anthrax


Clique pour voir la fiche du groupe
serait-on tenté de dire dans ce cas-ci.



Le niveau montra d’un cran ensuite avec Crucified Barbara
Crucified Barbara


Clique pour voir la fiche du groupe
. Le succès de ce quatuor 100% féminin continue de croître mais ce n’est pas pour autant la grande foule cet après-midi. Un public majoritairement masculin. Il en faut pour tous les goûts se dira-t-on. Un show bien énergique qui aura plus aux fans certainement. Quant aux non-initiés, impression mitigée. Une grande question se pose : ce seraient 4 mecs qui font exactement la même musique, auraient-ils le même succès ?!



Interview oblige, on devra faire l’impasse sur Corroded
Corroded


Clique pour voir la fiche du groupe
. Mais pas sur Hacktivist
Hacktivist


Clique pour voir la fiche du groupe
heureusement. Le succès de ce groupe est tout de même étonnant. Ils ont débarqué sur la toile en 2011, ont un seul EP à leur actif, ont fait une cover surprenante de Jay-Z et bam, ils se retrouvent sur les plus gros festivals (Graspop, Fortarock, Reading…) et sont pris pour faire la première partie de la dernière tournée européenne en date de KoRn
KoRn


Clique pour voir la fiche du groupe
. Rien que ça. Mélange entre musique djent et chant rap, ça pourrait faire penser à un gros coup commercial. Leur premier album complet sortira l’an prochain, l’occasion de voir si le groupe durera sur la durée ou non. Quoi qu’il en soit, ils avaient 55 minutes pour convaincre les festivaliers présents. Festivaliers qui leur ont clairement tourné le dos. Il faut dire aussi que les Anglais faisaient office d’OVNI sur cette affiche entre Crucified Barbara
Crucified Barbara


Clique pour voir la fiche du groupe
, Corroded
Corroded


Clique pour voir la fiche du groupe
et Finntroll
Finntroll


Clique pour voir la fiche du groupe
… Du coup, ce sont 300 personnes, pas plus, qui étaient attentifs à ce qui se passait sur scène. Et il s’en est passé des choses et pas que du positif. C’est bien le seul groupe du weekend qui a eu des problèmes de son : intro qui ne fonctionne pas, la musique d’ambiance du fest qui ne se coupe pas, jack du micro chant qui coince à répétition, pieds de cymbales qui tombent… un véritable enfer. Heureusement, malgré leur jeune âge, ils ont su garder une attitude professionnelle et assurer leur show de jusqu'au bout. En plus des chansons de leur EP, ils nous offert 3 nouveaux morceaux qui montrent déjà une belle évolution où les deux chanteurs semblent avoir trouvé leur place l’un par rapport à l’autre, une meilleure cohésion. Mais le maillot fort du groupe, celui qui tient la barque, c’est bien leur guitariste qui ajoute en plus sa voix claires sur quelques chansons. On parle beaucoup de leurs 2 chanteurs mais la perle de la formation, c’est bien lui.



Et c’est malheureusement sur leur show que le festival se finira pour nous. Logistique oblige, nous n’aurons pas l’occasion de voir les concerts de Finntroll
Finntroll


Clique pour voir la fiche du groupe
, Kamelot
Kamelot


Clique pour voir la fiche du groupe
et Airbourne
Airbourne


Clique pour voir la fiche du groupe
. Ce qui ne nous empêche pas de dire bravo à l’organisation de ce festival qui n’en est qu’à sa cinquième édition mais qui a de quoi durer longtemps, très longtemps. Il y a bien quelques détails à arranger comme l’espace presse ou le camping mais cette année leur aura sûrement servi de comprendre cela. A l’année prochaine donc !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE