Reportage

Un samedi soir au musée, à la découverte de la nouvelle scène hardcore...

Liège (Archéoforum), le 22-11-2014

Mardi 25 novembre 2014

Alors qu’elle nous avait habitués à des affiches plutôt orientées metalcore et assimilés (djent, death-metal…), l’organisation du 6kFest a prévu pour ce soir une affiche aux accents plutôt mélodiques et très newschool, avec la présence en tête d’affiche de Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
, parfaits représentants de cette scène hardcore qui joue à cœur ouvert, et qui fait de chacune de ses prestations un véritable moment de partage avec son public. Le reste du line-up parvenait à rendre l’affiche assez variée et bien proportionnée.

Valley
Valley
Clique pour voir la fiche du groupe
, qui ouvrait le concert, attache effectivement une grande importance à la mélodie dans son hardcore teinté de passages atmosphériques. Ratant hélas le tout début du set, il me m’a pourtant fallu que quelques minutes pour rentrer dans l’univers du groupe et percevoir son aptitude à efficacement jongler entre ses aspects mélodique et agressif. Le groupe originaire du côté flamand de la région de Bruxelles est encore tout jeune, mais montre déjà un joli potentiel et a d’ores et déjà sa place au sein de la nouvelle scène de groupes hardcore belge.


Valley
Valley
Clique pour voir la fiche du groupe


Et à propos de nouvelle scène à haut potentiel, Wolves Scream
Wolves Scream


Clique pour voir la fiche du groupe
se place bien. Auteurs d’un des deux meilleurs EP à tendance hardcore sortis cette année en Belgique francophone, les Namurois sont venus ici défendre ce Hurricane fraîchement paru et l’ont attaqué de front juste après avoir ouvert leur set sur un nouveau morceau. Malgré un public encore un peu engourdi (rappelons qu’il n’est que 18h30), Wolves Scream
Wolves Scream


Clique pour voir la fiche du groupe
montre une énergie communicative surtout via son chanteur qui tente plusieurs incursions dans la fosse en laissant ses collègues sur scène. Sur les nouveaux morceaux, le groupe continue à utiliser des samples bien intégrés dans sa musique, talent qu’ils avaient déjà prouvé sur Brothers, tube taillé pour le sing-along et suivi à gorge déployée par quelques personnes ce soir. Le groupe devra encore fouler quelques scènes et faire découvrir son EP au plus grand nombre pour que le public soit plus réceptif et que l’osmose prenne complètement.


Wolves Scream
Wolves Scream


Clique pour voir la fiche du groupe


Et l’autre groupe auteur d’un des meilleurs EP hardcore (enfin, on est plus dans le metalcore / djent ici) sortis cette année en Belgique francophone suivait directement sur scène, et c’est Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
. Le groupe entame son set comme il le fait sur son EP : avec l’excellent titre Fall And Disappear. Il faudra quelques minutes pour que les choses deviennent réellement carrées, la batterie me semble un peu à la ramasse ce qui gêne un peu le côté « hâchoir » du début du morceau. Le groupe (basé entre Liège et Bruxelles) se remet vite sur les rails et enchaîne les morceaux de son EP aussi précisément que la version studio. Une belle énergie se dégage aussi de son set et avec le public qui devient plus nombreux au fil des minutes, les premiers mouvements de mosh apparaissent, désinhibant ceux qui regardaient timidement le set sans bouger jusqu’à présent. L’intensité atteint son apogée lorsque Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
joue Undepraved, premier single issu de l’EP Islanders, sur lequel certains membres du public joueront même des coudes (et des genoux) pour atteindre le micro du chanteur.


Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe


Les trois groupes de support ont donc parfaitement assuré leur mission et ont placé la barre bien haut pour les groupes principaux qui ne sont jamais à l’abri d’un set foireux. Ce qui ne fut heureusement pas le cas pour les Allemands de The Green River Burial
The Green River Burial


Clique pour voir la fiche du groupe
dont le chanteur, aussi furieux que le metalcore (on lorgne vers le deathcore par moments) du groupe, a beaucoup de mal à tenir en place (et moi du coup, beaucoup de mal à le photographier). Le groupe se démarque par un set vraiment pêchu et purement agressif, avec une intention particulière à faire mal, en alternant passages typiquement metal et rythmiques hardcore oldschool.


The Green River Burial
The Green River Burial


Clique pour voir la fiche du groupe


J’étais pas trop intéressé par Crooks
Crooks


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui évolue dans un registre pop-core quand même assez doux. Curieusement, leur set était presque un des plus énergiques de la soirée grâce au chanteur, paré d’un t-shirt de son groupe au moins cinq fois trop grand pour lui, qui avait plus les attitudes d’un chanteur hardcore que pop, même sur des passages par moments quand même bien mielleux. Si musicalement ce n’était sans doute pas le groupe le plus convaincant de la soirée, c’est clairement un groupe qui doit être découvert en live, tant l’énergie déployée contraste avec la gentillesse de sa musique.


Crooks
Crooks


Clique pour voir la fiche du groupe


Occupé par une interview à l’arrache des deux groupes wallons ce soir, je suis de retour dans la salle juste au moment où My Iron Lung
My Iron Lung
Clique pour voir la fiche du groupe
salue le public. Un peu trop peu pour pouvoir en parler donc, mais les échos étaient très positifs, manifestement le groupe apportait pas mal de fraîcheur à l’affiche de la soirée. D’ailleurs, c’est quoi cet endroit ? Habitué des salles liégeoises, j’ignorais qu’il était possible d’organiser des concerts à l’Archéoforum. Et pour cause, cela n’arrive jamais. Un choix très audacieux de la part des organisateurs, puisqu’en entrant dans l’Archéoforum, on se retrouve dans une petite pièce garnie de livres sous vitrines, et d’autres à disposition même des visiteurs du musée. Aucune protection donc pour ces biens très précieux, dont les feuilles ont dû trembler en imaginant ce dont est capable un public éméché parfois pas très discipliné. Et pourtant, tout le monde a été parfaitement respectueux, conscient du risque pris par le staff du 6k Fest en envahissant cet endroit. La salle, au sous-sol, semble taillée dans la roche sur mesure pour l’évènement de ce soir.

Quand les Américains de Vanna
Vanna


Clique pour voir la fiche du groupe
montent sur scène, ils sont immédiatement accueillis par une tournée de shots offerts par l’hôte de la soirée, Nicolas Piron, ainsi que par les acclamations du public maintenant agglutiné devant la scène. On comprend alors que Vanna joue plus le rôle de seconde tête d'affiche plutôt que de groupe de support. Et dès les premières notes, le chanteur Davey Muise prend possession de la scène et de la foule et balance la sauce. Le set, jonglant parfaitement entre mélodie et agressivité à l’image des albums du groupe, est parfaitement en place. En cours de set, le chanteur quitte sa scène pour se confronter au public dans la fosse. D’abord de manière énergique, puis plus douce sur un morceau presqu’acoustique. L’intensité augmente et hormis quelques furtifs retours sur scène, Davey Muise terminera le set du groupe dans la foule maintenant conquise chantant à l’unison, alors qu’un membre de Suasion
Suasion


Clique pour voir la fiche du groupe
prendra le micro du chanteur pour terminer le set sur scène à sa place.


Vanna
Vanna


Clique pour voir la fiche du groupe


Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
attire traditionnellement un public assez large. Les uns attirés par les mélodies et les paroles très emo du groupe (amour, joie, peine… les paroles de Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
dépassent rarement le troisième palier de la pyramide des besoins de Maslow), les autres par la fougue et la fureur qui se dégage de la musique du groupe. Comme lors de leur set au Summerblast en juin dernier, les Californiens entament leur prestation avec leur tube ou presque The Hardest Part Is Forgetting Those You Swore You Would Never Forget. Immédiatement, le chanteur Joel Quartuccio s’engouffre dans la fosse et n’en sortira que très rarement, au grand désarroi de quelques demoiselles qui s’étaient collées au bord de la scène pour ne pas en rater une miette. La question se pose alors : Est-ce que le public connaît d’autres morceaux ? Heureusement, les doutes se dissipent rapidement quand la foule entonne avec le groupe chacun des morceaux issus des deux albums du groupe qui, rappelons-le, n’existe que depuis trois ans maintenant. L’intensité ne cessera pas pendant les 40 minutes du set de Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
et, contrairement à la dernière fois où je les ai vus, le groupe ne laissera pas refroidir la sauce par de trop longs discours et interludes. Alors qu’il semblait vouloir en rester là, le public se lança dans le premier rappel de la soirée, après quelques moments d’hésitation… le groupe ne se fit alors pas prier et clôtura son set de très bonne façon avec le splendide The Loneliness Won’t Be The Death Of Me.


Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe


Alors que la soirée devait en rester là, l’organisation nous avait préparé un groupe surprise. Pas une plus grosse tête d’affiche encore non, plutôt un groupe en galère suite à un plan foireux. Stone Leek
Stone Leek


Clique pour voir la fiche du groupe
, originaire de Kyoto, grimpe donc sur scène après le foutoir laissé par Being As An Ocean
Being As An Ocean


Clique pour voir la fiche du groupe
, ce qui n’est pas une mince affaire. Une bonne partie du public quitte donc l’Archéoforum pendant le trop long changement de matos sur scène mais celle qui reste découvrira un hardcore mélodique à tendance 90s plutôt sympa mais qui a forcément du mal à passer avec une telle déferlante d’énergie et d’intensité. Voilà qui prouvera néanmoins l’esprit familial de l’organisation qui a pu trouver une place pour un groupe dans le pétrin… comme quoi, on peut faire les choses par passion et viser toujours plus haut !


Stone Leek
Stone Leek


Clique pour voir la fiche du groupe
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE