Reportage

Au coeur de la Church Of Ra pour la sortie de Mass V

Bruxelles (Ancienne Belgique), le 22-12-2012

Samedi 29 décembre 2012

Merci à Levy (Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
), Caro et Ivo (Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
) pour leur participation !


Sold-out en trois jours à peine, cette soirée était diablement attendue. Il faut dire qu’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
a su, au fil des années, créer une effervescence autour de lui qui transforme le moindre de leurs concerts en véritable évènement. Alors vous pensez bien : la release party de l’album dans une salle peu propice à ce genre de groupes, avec l’annonce d’une expo qui s’avérait tout du moins intrigante, puis l’annonce des groupes avec lesquels Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
partagerait l’affiche… les absents frustrés auront eu tort de ne pas être assez réactifs. Surtout que Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
, de nos jours, se montre rarement sur scène tant et si bien que chaque date devient un évènement.

D’ailleurs Levy, est-ce que c’est volontaire le fait de jouer si rarement ?

Levy : Oui, on veut simplement que chaque concert compte et que les gens en aient pour leur argent. En plus, un concert comme ce soir prend beaucoup de temps de préparation avec les visuels et tout ce qu’il y a autour donc c’est pour ça qu’on joue si peu. C’est aussi une façon pour que les gens continuent à s’intéresser à nous parce que si on jouait toutes les semaines les gens en auraient marre de nous. On préfère faire ça comme ça plutôt que faire les choses à moitié.




Si Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
a les dimensions pour jouer dans la grande salle de l’AB, ça a dû réfléchir et discuter ferme pour savoir si Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
, The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
et Scott Kelly
Scott Kelly


Clique pour voir la fiche du groupe
partageraient la même scène. Et manifestement ils ont fait le choix commun d’y préférer l'AB Club, salle plus petite à l’étage. Ca m’oblige à jeter un pavé dans la mare. A vue de nez, 500 ou 600 entrées payantes (prix plein, donc 19€ en préventes) et la Box a une capacité de… 280 places. Ce qui laisse mathématiquement plus de 200 personnes sur le carreau. Une partie l’accepte très bien en passant du temps aux stands de merch ou au bar, mais ce n’est apparemment pas le cas de tout le monde vu la file de plusieurs mètres au niveau de l’escalier qui mène vers l’étage formée par des visiteurs malchanceux qui se voient l’accès aux concerts refusés et attendent que des places se libèrent. Parce qu’on reprend un peu le principe du « qui va à la chasse perd sa place » dans le Club. Si tu quittes la salle un type a le droit de monter et toi tu dois juste refaire la file pour arriver juste à temps pour la dernière note du concert. Ca a d’ailleurs été mon cas après le concert d’Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Ah oui, le concert d’Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
. Après avoir été bloqué une bonne demi-heure dans les rues de Bruxelles, j’arrive comme à mon habitude à la bourre au concert. Heureusement, l’ouverture des portes à 18h a dû en décourager certains et c’est sans encombre que j’accède au Club et rejoins mes comparses. Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
arrive sur scène à 19h pile-poil et balance les premières notes de Mindless, l’intro de leur premier EP. Ca tape sévère à la tronche mais ils n’étaient pas obligés de régler leur ampli sur 11. Dans les passages plus rapides on a juste droit à une bouillasse sonore certes agressive mais peu compréhensible. Pendant leur set ils nous gréent d’un nouveau morceau aux relents doom, comparable à leur Glimpse Of The Unseen sorti en clip vidéo l’an dernier.

D’ailleurs, la musique d’Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
est devenue plus sombre avec le temps. Ca me donne envie d’en savoir plus.

Depuis que Lennart a rejoint Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
en 2008, on dirait que la musique de Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
est devenue plus sombre. Comment Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
influence-t-il encore Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
aujourd’hui ?


Ivo : C’est assez difficile de répondre car je ne sais pas si c’est simplement le fait que Lennart ait rejoint Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
qui nous a influencés ou plutôt le fait que nous ayons évolué en tant que groupe parce que si tu regardes bien, nous avons sorti le premier EP en 2008 et nous étions toujours concentrés sur ce que nous voulions être et quand le temps a passé nous avons commencé à écrire Maelstrom et maintenant nous écrivons de nouvelles chansons. On essaie de faire évoluer notre son et de ne pas se cantonner à ce que nous faisions au départ.

Caro : Aussi, Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
existe depuis très longtemps déjà et le fait que Lennart ait rejoint le groupe n’a pas changé le son d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
donc ça ne nous a pas vraiment influencés en tant que groupe. Lennart a simplement rejoint Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
quand les sons des deux groupes étaient déjà formés donc je pense que nous voulons simplement créer quelque chose de plus lourd au fil du temps, sans que ce soit vraiment lié à un membre d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
dans notre groupe.

Ivo : Je pense que personne n’attend de nous que nous devenions un groupe clairement influencé par Amenra mais je veux dire, c’est clair que nous faisons partie de la Church Of Ra donc ça nous lie quelque part mais quand tu regardes Hessian
Hessian


Clique pour voir la fiche du groupe
, Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
, Syndrome
Syndrome


Clique pour voir la fiche du groupe
, Semper Deah et nous, nous faisons tous de la musique sombre mais sommes tous très différents quand même.

Caro : Nous formons surtout une grande famille de groupes influencés par le côté sombre de la musique, mais avec des individualités bien marquées.




Bien que très loquaces lors d’une discussion, les membres d’Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
n’ont jamais vraiment misé sur la communication sur scène et ils ne trahissent pas leur réputation ce soir. Les gens qui les découvraient pour la première fois ont globalement apprécié le concert mais de l’avis de tous ceux qui les avaient déjà vus avant, ce n’était pas leur meilleure prestation, surtout quand on garde en mémoire les excellents sets qu'ils ont donné à l'Ieperfest 2011 ou à Liège en novembre 2011.

Et là c’est le drame. Poussé par un besoin naturel je quitte le Club pour aller visiter les sous-sols de l’AB et lorsque je veux remonter pour voir The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
, le vigile qui filtre les accès vers le Club me signale que c’est complet et qu’il y a d’ailleurs une file de 15 personnes. Je m’installe dans la file mais après 15 minutes j’y suis toujours donc par dépit et protestation je la quitte et fais l’impasse sur le set de The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
. J’en profite pour visiter l’expo qui me faisait de l’œil mais je déchante rapidement. Je m’attendais à une grosse mise en valeur de l’univers visuel de la Church Of Ra mais on a seulement droit à quelques photos, une projection d’une image fixe assez mystique et trois corbacs crucifiés. Un peu léger je trouve. Les gens regardent les photos d’un air très concerné, comme s’ils voulaient absolument y trouver une touche de génie ou le détail qui tue savamment dissimulé par un photographe torturé. Selon moi ce sont de chouettes photos backstage, simplement. Mais tout ceci rentre dans le concept étrange qu’est la Church Of Ra. On a voulu en savoir plus en interrogeant certains de ses membres.

C’est quoi la Church Of Ra, et c’est quoi le but derrière tout ça ?

Levy : Mmmmm… jepense que c’est juste un nom de collectif pour tous ceux qui sont impliqués dans ce qu’on fait avec Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
. Beaucoup de groupes sont liés à Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
, comme Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
qui partage un guitariste avec nous, Hessian
Hessian


Clique pour voir la fiche du groupe
dans lequel je joue aussi, et il y a plein de liens comme ça. Ca ne concerne pas que la musique, des gars de The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
font pas mal d’artworks, on a des photographes qui nous aident, et on se voit tous comme un groupe de personnes très soudé, on travaille l’un pour l’autre. Il ne faut pas faire partie d’Amen Ra pour être dans la Church Of Ra.



Ivo : Je pense que c’est une question à laquelle chacun d’entre nous devrait décider par lui-même, pour moi c’est un collectif de personnes travaillant ensemble pour créer et c’est tout… pas créer de le musique ou des images ou de l’art mais simplement la création en tant que but.

Et ça peut aller plus loin que la musique ? Avec tout l’aspect visuel qui s’est ajouté au collectif récemment, vers quoi elle va la Church Of Ra ?

Ivo : Aucune idée.
(rires)
Caro : Je pense que personne n’en sait rien (rires)

Ivo : Il n’y a pas de vrai projet, donc s’il n’y a pas de projet il n’y a pas de focus. Nous créons et pour l’instant tout se passe assez bien. Je pourrais te dire maintenant que c’était notre but de jouer à l’Ancienne Belgique mais ce n’est pas vrai. Si tu m’avais demandé il y a un an d’avoir un groupe comme Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
ou The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Scott Kelly
Scott Kelly


Clique pour voir la fiche du groupe
ou nous à l’Ancienne Belgique ça aurait semblé dingue. On fait ce qu’on fait et on voit où ça nous mène.

Caro : Pareil pour le concert dans l’église. Si tu nous avais dit qu’on aurait joué dans une église un jour, je t’aurais traité de fou et pourtant c’est arrivé. Je pense que la Church Of Ra a pas mal évolué mais et tous les gens qui l’ont rejoint ont la même envie mais on comme le disait Ivo, on fait ce qu’on fait et on voit où ça nous mène.

Ivo : Personne ne décide de ce qu’on va faire l’année suivante, les choses se mettent en place naturellement. Je pense que la vraie valeur de la Church Of Ra, en tant que collectif, est de montrer qu’en travaillant ensemble et en se battant pour être le meilleur dans ce que tu fais, alors tu peux faire des trucs incroyables comme jouer dans une église ou à l’Ancienne Belgique ou signer sur Neurot… il y a 5 ou 6 ans rien de tout ça n’aurait été possible dans la scène hardcore et ce qui est vraiment bien avec cette soirée-ci que c’est que la Church Of Ra en tant que collectif est parvenue à occuper l’Ancienne Belgique sans le support de medias mainstream.

Caro : Et c’est dingue de penser que tout s’est vendu en 3 ou 4 jours, pour des groupes de la scène hardcore underground.


C’est clair que c’est dingue. Tout comme le fait qu’alors que The Black Heart Rebellion
The Black Heart Rebellion


Clique pour voir la fiche du groupe
n’a pas encore terminé son set, le public prend peu à peu place devant la scène principale où Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
présentera son Mass V dans moins d’une heure. Inutile de préciser qu’au moment où tout s’éteint pour laisser place au groupe, la salle est archi-comble. Surprise, le groupe commence par The Pain. It Is Shapeless, issu du Mass III, au tempo traditionnellement diminué. L’ambiance noire posée par le groupe fait mouche, les premiers rangs du public uniquement composés de têtes qui acquiescent au rythme de la musique font l’effet d’une horde de zombies consentants prêts à recevoir la grâce ou le chatiment des maîtres sur scène. Au bout de quelques titres un voile translucide descend entre la scène et le public. Les projections passent donc au premier plan et le groupe n’est visible que par transparence. L’effet est réussi, c’est visuellement impeccable. Pourtant, je ne rentre réellement dans l’ambiance du concert que lorsque je ferme les yeux et me laisse entièrement guider par la musique (au passage, mes excuses au gars devant moi qui s’est pris plusieurs coups de tête). Comme je le disais, l’effet visuel est réussi mais je rentrais beaucoup mieux que les concerts d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
quand ils jouaient dans l’obscurité presque totale, avec comme unique éclairage un set de néons disposés sur le sol. Etrangement, j’ai même eu l’impression que Colin avait mis une bonne demi-heure à entrer dans son set. J’ai enfin atteint cet état second tant recherché au moment où le rideau s’est relevé et que les premières notes de Am Kreuz ont retenti. Pour tout dire, je ne me suis même rendu compte que Scott Kelly
Scott Kelly


Clique pour voir la fiche du groupe
était apparu sur scène pour participer à Nowen 9|10 alors que la fin du set pointait son nez. Tout comme ils le font pour leurs morceaux, les cinq membres d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
ont su monter en intensité tout le long de leur concert pour arriver à l’apogée, l’excellent Silver Needle. Golden Nail pendant lequel Colin s’est enfin retourné pour cracher à la face du monde tout le mal qu’il semble penser de lui. La dernière note du morceau sonne la fin du spectacle, malgré quelques rappels le groupe ne reviendra pas.



Je suis partagé entre la satisfaction d’un concert réussi et la frustration d’en avoir sans doute attendu plus, pour rien. Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est construit une certaine aura suite à plusieurs concerts renversants (le 23/10 à Courtrai, Colin est apparu au fond de la scène suspendu par des crochets fixés à ses bras, symbolisant ainsi une crucixion – un an plus tard, ils ont joué dans une église à Gand en compagnie de plusieurs groupes de la Church Of Ra) et les voir jouer un concert « normal » pour leur release party, ça peut être déconcertant. Mais ils ont décidé de ne pas trop se mettre la pression comme nous l’a gentiment expliqué Levy :

Levy : On essaie de ne pas être trop affectés par la pression et ce que les gens attendent de nous. On fait simplement notre truc et ce qu’on a envie de faire mais bien sûr, depuis ce concert il y a quelques années à Courtrai dans lequel Colin a fait ses suspensions…

LE concert…

Levy : Oui ce concert, effectivement ! Dans un sens, les gens attendent de nous qu’on fasse des trucs de plus en plus fous, et ce soir ce n’était pas aussi dingue que ce concert. On voulait vraiment le faire de cette façon, avec les visuels et revenir avec des trucs plus minimalistes et on essaie de faire un pas en arrière de temps en temps pour que les gens voient que nous sommes toujours un groupe et qu’on ne fait pas que des numéros de cirque. On veut juste jouer nos chansons et que les gens apprécient notre musique en tant que telle.


C’est clair qu’il ne faut pas oublier qu’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
c’est avant tout de la musique. Mais on voulait aussi en savoir plus sur ce qu’on peut ressentir sur scène pendant un fait aussi marquant.

Caro, dans le fameux concert du 23.10, tu as chanté la dernière chanson du set. Est-ce que tu savais ce que Colin était en train de faire ça ce moment ?

Caro : Je savais ce qu’il allait faire mais je ne savais pas que ça allait être si intense.

Tu n’imaginais pas être en train de participer à quelque chose dont les gens parleraient encore des années plus tard ?

Je savais que ça allait être quelque chose que les gens n’oublieraient pas mais je ne peux vraiment décrire ce que j’ai ressenti ce soir-là. C’était un des moments les plus intenses que j’ai vécus sur scène. Je savais que tout le monde regardait derrière moi et je ne savais pas vraiment ce qui se passait parce que je ne pouvais pas me retourner et tout le monde, même sur scène, était retourné. Et j’étais là, à me dire « merde je serai la seule de toute la salle à ne pas avoir vu ça » (rires). Je ne peux vraiment le décrire, j’ai juste eu la chair de poule. C’est indescriptible.


Scott Kelly
Scott Kelly


Clique pour voir la fiche du groupe
, en afterparty, est une véritable légende. Le co-fondateur de Neurosis
Neurosis


Clique pour voir la fiche du groupe
ne parvient toutefois à ne remplir qu’une partie de l’AB Club. A la fois écrasé par le poids d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
et peu séduit par la folk pour puristes de Scott Kelly
Scott Kelly


Clique pour voir la fiche du groupe
, le public lui préfère le bar, le DNA juste en face ou simplement un sage retour à la maison. De notre part, nous sommes contraints de faire l’impasse sur la quasi-totalité du set vu que nous avons encore du boulot pour préparer cet article. On restera donc sur le souvenir d’un concert d’Amenra
Amenra


Clique pour voir la fiche du groupe
qu’il ne fallait pas appréhender en tant que spectacle mais en tant que concert à part entière de la part d’un groupe qui a réussi à marquer le coup en jouant dans une salle d’une grande envergure mais qui restera toujours plus efficace dans des lieux plus confinés. Quitte à ce qu’ils fassent des sold-out de 200 personnes jusqu’à la fin de leurs jours.

Merci à Peps pour son aide inestimable lors de cette soirée !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► AU MEME CONCERT

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE