Reportage

L’étrange Halloween de Mr The ARRS

Nilvange (Le Gueulard), le 31-10-2015

Dimanche 1 novembre 2015

L’évocation de la scène Metal française s’accompagne généralement d’un listing circonscrit aux noms d’une certaine génération de la scène, se produisant régulièrement en territoires francophones, tels que Mass Hysteria
Mass Hysteria


Clique pour voir la fiche du groupe
, Lofofora
Lofofora


Clique pour voir la fiche du groupe
, Dagoba
Dagoba


Clique pour voir la fiche du groupe
et consorts. Des noms auxquels il ne faut surtout pas oublier d’ajouter The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
depuis une dizaine d’années : forts de maintenant six albums et d’une présence scénique assez infaillible, il serait en effet dommage de ne pas citer les franciliens dans la catégorie des groupes qui comptent en France.



Tout en restant fidèle à sa formule Metalcore qu’il était parmi les premiers à faire sonner de cette façon en France dès le début des années 2000, The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
a su évoluer et proposer un contenu restant valable à l’heure actuelle, comme le montrait déjà Soleil Noir en 2012 (très justement chroniqué par Fred par ailleurs). A l’heure où sort Khronos, promu par une tournée automnale, nous voilà donc bien motivés en cette soirée d’Halloween pour aller vérifier la santé actuelle du groupe lors de cette date organisée de main de maître par Damage Done.



Qui dit soirée d’Halloween dit – principalement - deux choses : accompagner la collecte des bonbons locale, et ... déguisements ! De fait, et je tiens à m’en excuser auprès de l’orga et des groupes Sipping
Sipping
Clique pour voir la fiche du groupe
et First Rage
First Rage
Clique pour voir la fiche du groupe
qui se produisaient en ouverture, le premier effet Kiss Cool cité m’empêche d’assister au début de la soirée. Quant au deuxième... Outre la déco supplémentaire, Damage Done proposait un concours de déguisements pour cette soirée particulière et force est de constater que de nombreuses personnes ont répondu présentes. Certains se sont lâchés sur les costumes et maquillages, jusqu’aux membres du groupe Tess
Tess


Clique pour voir la fiche du groupe
qui est donc le premier que je verrai ce soir.



J’étais resté sur un bon souvenir de leur prestation il y a moins d’un an de cela à Rombas, non loin de là, en ouverture de Lofofora
Lofofora


Clique pour voir la fiche du groupe
, pour un set aussi dynamique que sympathique, auquel j’avais quand-même reproché la difficulté à saisir les nuances nées des influences limites Screamo, en tout cas plus Hardcore. Avec un nouvel album en poche (sorti en début d’année) et de nombreuses dates données en France et en Russie, on sent que Tess
Tess


Clique pour voir la fiche du groupe
a gagné encore plus d’assurance – même si après dix années d’activité le groupe n’en manquait pas. Evoluant toujours entre Metal et Hardcore, le son de Tess
Tess


Clique pour voir la fiche du groupe
se veut encore plus épais que par le passé, et reste plus touffu que son pendant studio. Si un peu plus de précision serait plus agréable à l’oreille, on discerne cette fois bien mieux les quelques mélodies sautillantes disséminées çà et là. Le tout est toujours méchamment mis en paroles par les aboiements de Thibaut : communicatif et mordant, il effectue également quelques sorties plutôt décalées ("bon on se la touche ou on joue ? Non j’aime pas trop jouer") et n’oublie pas de remercier tous les acteurs de la soirée sans oublier de souligner la vitalité de la scène locale et la "meilleure orga du monde".



Je l’avais déjà écrit dans le live report du concert de The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder


Clique pour voir la fiche du groupe
, cette salle du Gueulard + de Nilvange est aussi jolie que particulière, ainsi dotée de cet espace concert en sous-sol de la partie accueil / bar. Mais gare à ne pas rater le début des concerts si on ne prête pas attention à l’horloge ! Curieusement, c’est ainsi devant une affluence moindre que The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
démarre son concert. Un fait d’autant plus étonnant si on se remémore leur dernier passage en Lorraine lors d’une date surchauffée aux Trinitaires de Metz en mai 2013.



Mais si Nico se dissimule sous sa capuche, le groupe semble content de se retrouver ainsi sur scène, comme il le dira lui-même en tutoyant le public (un gimmick qui me fera toujours penser à Reuno). Le son, pas toujours précis mais très bon dans l’ensemble, sèche comme il faut l’assistance, et c’est non sans satisfaction que The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
met en valeur son nouvel album avec Du ciel et de la terre, et ses quelques wohoho de bon alois repris par une partie du public. C’est loin d’être un reproche, mais durant cette chanson, je suis frappé par les quelques points de comparaison possibles avec Parkway Drive
Parkway Drive


Clique pour voir la fiche du groupe
, chose qui ne m’avait jamais effleurée avant.



La salle se remplit (à nouveau) de ses 200 et quelques personnes et le premier circle pit de la soirée est lancé. Il faut dire que, à l’image de Mon Epitaphe, le Metalcore parsemé de mélodies et de leads qui font la différence produit toujours son effet et amène clairement à (au moins taper du pied) et (si possible) s’investir dans les premiers rangs ; même si ce soir le public se fait remarquer par sa relative sagesse.



Dans la plus pure tradition Metalcore d'inspiration swedish, ça riffe donc dans tous les sens avec un certain sens du style. Le moment est bien choisi pour introduire un peu de nouveauté avec Hors Norme, récemment illustré d’un clip. Un mocreau efficace et des leads bienfaisants, mais aussi une ligne de chant à base de "va y avoir su sport" qui rappelle assez l’époque Neo – un style et une mouvance auxquels on ne voudrait pourtant pas assimiler The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
.



Se référant à la thématique de la soirée, Nico demande au public de "réveiller les morts" après un Ennemis bien enlevé et avant un Prophétie assez intense – samples incorporés. Plus encore, le groupe souhaite tester si la salle du Gueulard + "porte bien son nom" et exhume alors une petite vieillerie époque Trinité pour faire plaisir aux plus anciens avec Originel et son refrain en chant clair plutôt bien foutu. Globalement, cette fin de set marque d’ailleurs une certaine volonté du groupe de continuer à s’appuyer sur ses bases passées, sur ses morceaux emblématiques ("pour voir si on est toujours jeunes" dixit Nico), ce qui dénote aussi de l’état de forme 2015 d’un The ARRS
The ARRS


Clique pour voir la fiche du groupe
à l’aise dans ses baskets.



Après des remerciements (mérités) pour la sonorisation et les lights, la conclusion du dernier né Khronos, Le Journal de ma Haine, conclut également ce set très bien troussé avant un rappel attendu qui verra les premiers rangs se disputer un peu le micro pour assurer à ce bon concert un peu plus de vie dans le pit. Une petite folie pour aller enfin au-delà de l’apparence, seule, des déguisements dans ce qui restera en tout cas comme une bien bonne soirée !

Remerciements à Max, Damage Done et au Gueulard + !

Prochains concerts de Damage Done :
20/11/2015 : FEAR FACTORY + ONCE HUMAN @ NILVANGE, Le Gueulard +
12/12/2015 : SOILWORK + HATESPHERE + ARCANIA @ METZ (FR) @ Les Trinitaires, Metz
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE